• Ils ont été arrêtés pour vols avec violence à Floréal et Albion : Donovan et Noorina, un jeune couple à l’impressionnant «criminal record»
  • J’y suis, j’y reste !
  • Hippisme - 17e journée : Trippi’s Express gagne et Rameshwar Gujadhur repasse en tête
  • Hippisme - 18e journée : Rule The Night veut retenir la «princesse»
  • La vie de... fashionista d’Amanda
  • La PS5 rend impatient
  • Tennis de table - formation : ouverture d’une école à Port-Louis
  • Pétanque – Championnat national doublette mixte : Wong et Sookharry conservent leur titre
  • 15 ans du Collectif Arc-en-Ciel : Mon meilleur souvenir autour d’une Marche des Fiertés
  • Le «kombucha» : à adopter ou à éviter ?

Niama : Shenaz Patel raconte une histoire d’esclave et de réussite

L’auteure bosse actuellement sur un livre ayant pour sujet les femmes esclaves.

Il était une fois… Niama, princesse du Sénégal âgée de 9 ans, qui a été arrachée à sa terre pour devenir une esclave à Maurice. En 1755, elle deviendra une des toutes premières femmes affranchies à La Réunion. Et ensuite, elle accompagnera son fils Lislet Geoffroy, brillant scientifique, qui deviendra pour sa part le premier homme de cœur à être élu à l’Académie des Sciences de Paris. Une histoire hors du commun, qui gagne à être racontée et qui est maintenant l’œuvre d’une pièce, Niama, écrite par Shenaz Patel et jouée les 30 et 31 janvier, à la veille du 1er février, jour de la commémoration de l’abolition de l’esclavage, au Caudan Arts Centre (voir hors-texte), avec des chansons dont l’une par Virginie Gaspard. L’auteure, qui bosse aussi actuellement sur un recueil d’histoires autour du même sujet, nous livre les secrets derrière cette histoire et ce spectacle.

Comment avez-vous découvert cette histoire ?

 

J’ai dû entendre parler de Niama à travers un article dans une publication spécialisée. Elle m’avait intriguée. Puis, alors que j’étais en résidence à l’université de Harvard en 2018, je suis tombée par hasard sur un témoignage d’un voyageur du XVIIIe siècle qui parlait de Niama. J’ai voulu en savoir plus. En 2019, j’ai vu un appel à projets du Conseil départemental de La Réunion, dans le cadre du 170e anniversaire de l’abolition de l’esclavage à l’île sœur, avec une résidence aux Archives départementales de La Réunion. C’était l’occasion rêvée d’avoir accès à ces archives très riches. Et grâce au personnel de cette institution, j’y ai découvert des trésors. Un matin, ils m’ont remis l’acte original d’affranchissement de Niama ! C’était une émotion extraordinaire de tenir ce document en se disant qu'un jour, en 1755, une femme esclave a tenu ce papier entre ses mains et s’est dit : je suis libre…

 

Qu’est-ce qui vous a touchée dans cette histoire, au point d’en faire une pièce ?

 

Niama m’est apparue comme une femme d’une grande force intérieure. Il me semble qu’elle a, au quotidien, mené et fait aboutir des combats essentiels. Elle a 9 ans quand elle est emmenée en esclavage. En 1755, elle deviendra une des toutes premières femmes affranchies à La Réunion, presque un siècle avant l’abolition de l’esclavage. Et elle accompagnera le destin extraordinaire de son fils, Lislet Geoffroy.  Je voulais, à travers elle, raconter ce que l’esclavage peut détruire mais aussi ce que les esclaves peuvent construire, envers et contre tout. Et j’insiste sur le mot «esclavée» que j’ai créé pour l’occasion, comme une façon de dire qu’être esclave n’est pas une identité mais un état qui est imposé à certaines personnes. Je voulais aussi mettre en lumière à quel point cette histoire peut être inspirante pour nous aujourd’hui, lorsqu’il s’agit de vouloir aller plus loin quand on est confrontés à des circonstances adverses. J’ai d’ailleurs créé un hashtag : #FaisTaNiama !

 

Alors pourquoi une pièce et pas un roman ?

 

Niama fait justement partie d’un roman que je suis en train d’écrire et qui s’appellera Marronnes. Il sera basé sur l’histoire de cinq femmes qui, à leur façon, ont «marronné», c’est-à-dire mené un combat pour la liberté. Cette pièce de théâtre est une étape dans ce processus de création.

 

Parlez-nous de la mise en place de la pièce…

 

Je voulais une approche contemporaine de notre histoire. Dans cet esprit, j’ai voulu la collaboration créative d’un certain nombre d’artistes réunionnais et mauriciens. J’ai donc choisi deux comédiens réunionnais : Léone Louis de la Compagnie Baba Sifon, qui a présenté l’an dernier la pièce Kala au Festival d’Avignon, et le talentueux jeune comédien Laurent Atchama. La création vidéo est signée le vidéaste réunionnais Lionel Lauret. Je voulais aussi qu’il y ait une «chanson de Niama». J’ai demandé à Michel Ducasse de m’écrire un texte en trois langues (français, créole réunionnais, créole mauricien) et le compositeur et musicien Daniel Riesser (qui a fait notamment partie de Ziskakan) a composé la musique. Il restait la voix. Un soir, par hasard, en passant devant la télé, j’ai entendu la voix de Virginie Gaspard qui participait à The Voice. Elle m’a saisie au cœur. Je l’ai contactée. Elle a tout de suite accepté. Virginie porte la chanson de Niama avec une sensibilité et une intensité qui me bouleversent à chaque fois que je l’entends.

 


 

Une pièce pour les écoles et le grand public

 

Un devoir pédagogique et une logique de découverte. Le grand public pourra découvrir la pièce au Caudan Arts Centre les 30 et 31 janvier à 19h30. Mais il y a aura deux matinées pour les écoles à 11 heures, histoire de faire découvrir à un public jeune et ciblé cette histoire d’esclavage et de liberté. Les billets, à Rs 300, sont à retirer sur le site du Caudan Arts Centre (www.caudanartscentre.com).