• Ashar Sobratee condamné à 39 ans de prison pour le meurtre d’Ayaan, 2 ans - Adil, le père du garçonnet : «Aucune sentence n’apaisera ni mon chagrin, ni ma colère !»
  • Boulangers : après les menaces, l’espoir
  • Débats budgétaires : un marathon houleux
  • Michael Lalljee nous ouvre les portes du «Gardien du Robinet d’Or»
  • Vidéos montrant des tortures policières : lueur d’espoir pour Krishna Seetul et David Jolicoeur
  • Décès de Gilbert Rousset : poignants adieux à une grande figure du turf
  • Chair2chair : la santé mentale au cœur de l’action
  • Naomi Buan & Cyril Rasoamanana : en attendant de passer le flambeau aux prochains Gold Faces…
  • Salam mister Joe !
  • Les Komiko ont leur site pour voir toutes leurs productions !

L’humoriste D’Jal : «Je repars avec le coeur mauricien...»

«Vous êtes un peuple trop gentil. C’est très bizarre pour nous, les Parisiens. Tout le monde ici est très gentil, très serviable et très à l’écoute», a déclaré D’Jal lors de sa rencontre avec la presse.

«Mon humour est toujours lié au cœur. C’est toujours de la bienveillance, jamais de la méchanceté…» Confidences de l’ancien membre du Jamel Comedy Club, qui a fait un détour par Maurice. Il se raconte...

Il est venu avec son humour chevillé au cœur. Dans l’île dans le cadre de son one-man show À coeur ouvert qui, à l’heure où nous mettions sous presse, était prévu pour le vendredi 6 mai, l’humoriste D’Jal n’a pas manqué de se prêter au jeu de la rencontre avec la presse le mercredi 4 mai. Et c’est dans le cadre magique et enchanteur de l’hôtel Lux* Grand Baie que l’artiste, drôle et attachant, a démontré que son talent pour faire rire est intimement lié à sa personnalité.

 

Et c’est pour cette raison notamment que Moshin Moossa de Titanium Events Club, l’organisateur de l’événement, a voulu que l’humoriste se produise sous notre ciel. «Maurice n’a pas ri depuis plus d’un an et demi, si je ne me trompe pas. Maurice n’a pas autant ri avec un calibre du niveau de D’Jal», a déclaré Moshin Moossa en guise d’introduction pour présenter l’humoriste. Ce dernier, de son côté, a tout de suite répliqué avec son talent naturel : «Si ! Pendant un an et demi, les politiques vous ont fait rire...»

 

Pour Moshin Moossa, qui a eu l’occasion de côtoyer l’artiste le temps de son séjour chez nous, l’homme fait non seulement beaucoup rire mais il a aussi et surtout un grand coeur. «Les billets sont partis très vite. Je pense que les Mauriciens avaient besoin de s’évader», a aussi précisé l’organisateur de l’événement.

 

D’Jal, de son côté, s’est dit ravi d’être chez nous : «Je suis très heureux d’être à l’île Maurice. Ça fait des années que je devais venir mais les circonstances ont fait que je n’ai pas pu le faire.»

 

L’ancien membre du Jamel Comedy Club, qui est vite devenu l’une des références de l’émission, surfe maintenant sur le succès, en particulier grâce à son sketch Le Portugais, avec lequel il s’est fait connaître du grand public. Depuis, ses shows affichent toujours complet. «Je fais toujours en sorte de m’adapter aux cultures locales. C’est ce que j’ai fait par exemple à Tahiti, à Nouméa, où ça a été extraordinaire.»

 

Pour Maurice, qu’il trouve «très calme, très cool», pas au rythme des Parisiens qu’il décrit comme «très speed», il n’a que des mots doux : «On vient avec le coeur français et la dernière fois que je suis parti de Maurice, je suis reparti avec le coeur mauricien. Juste l’accueil, c’est trop extraordinaire. Vous êtes un peuple trop gentil. C’est très bizarre pour nous, les Parisiens. Tout le monde ici est très gentil, très serviable et très à l’écoute. C’est une joie et un honneur de pouvoir être parmi vous», a déclaré D’Jal face à la presse. «J’ai compris que les mecs les plus marrants ici étaient les politiciens», a-t-il lancé à l’assistance lors de la conférence  de presse.

 

Ce qu’il aime le plus, dit-il, ce sont les gens : «Mon humour est toujours lié au coeur. C’est toujours de la bienveillance, jamais de la méchanceté. Je ne fais pas de politique. Ma seule politique, c’est le cœur : faire rire les gens, qu’ils s’amusent. J’aime dire, et ce n’est pas galvaudé, que je suis un humoriste populaire. J’aime être un humoriste populaire. Je suis d’un milieu populaire. Mes parents étaient d’un milieu populaire. C’est ce que j’aime... J’aime les gens. Je m’adapte partout où je vais et c’est ce qui fait ma force et ma particularité.»