• Groupe Jeunes Solidaires : Pour redonner espoir à La Valette
  • Des enfants de la balle sur les pas de leur père
  • Hippisme 31e journée | Henry Tudor résiste à Big Mistake
  • Quand la campagne se vit en famille
  • Naziha Mestaoui : «La nature n’est pas extérieure à nous, on en fait intégralement partie»
  • Femmes candidates : le prix de l’engagement
  • Elle aurait été battue à mort par son compagnon : l’enfer de Sorenza René raconté par sa grand-mère
  • Lal Kaptaan : Saif Ali Khan dans la peau d’un saint
  • Nazmah Rummun tuée par son fils : Leur entourage entre choc et interrogations
  • Joker : immonde et acclamé

L’«État d’urgence» musical de Jahfazon

Il n’a pas sa langue dans sa poche. Nous parlons là de Jahfazon, de son vrai nom Wendy Ambroise. Ce chanteur, originaire de Rose-Belle, revient sur la scène musicale locale avec un quatrième album solo intitulé État d’urgence, après Plis Positivite, Dread dan Babylon et Lyrical Revolution. Celui-ci est disponible dans les bacs depuis le 1er août.

 

À travers cet opus, une autoproduction qui a vu le soutien musical d’anciens membres du groupe Israelite, dont fait partie Jahfazon depuis plusieurs années, le rastaman dénonce les maux qui rongent notre société. État d’urgence comprend 11 titres qui font la part belle au reggae et au seggae roots. «Reggae ek seggae inn vinn enn lamizik divertisman aster, constate celui qui a plus de 20 ans de carrière dans la musique, après ses débuts comme guitariste avec les groupes Ras Farai et Rasinn Kiltir. Lamizik-la inn perdi so kote kontestater. Mo pa la pou fer seggae love ou seggae pop. Ena enn sel morso lor gandia lor sa nouvo album-la. Lezot se pirman bann revandikasion kot mo pas mesaz a traver mo lamizik.»

 

Jahfazon s’est jeté dans la chanson après la mort de Kaya. D’ailleurs, le clip d’une des chansons de son nouvel opus, Gandia, a été lancé en février dans le cadre des commémorations entourant les 20 ans de la mort de Kaya et de Berger Agathe. Sur YouTube, cette vidéo a déjà été vue plus de 100 000 fois. «À travers ma musique, je veux soulever une prise de conscience. Vous n’avez qu’à écouter mes chansons pour comprendre où je veux en venir. Il faut une fois pour toutes dire stop au racisme dont sont victimes les familles rasta à Maurice. Je dis également stop à la dictature en politique sur le titre Vire Devire Revire.»

 

État d’urgence est disponible à Rs 250 chez DJ Nitish à Rose-Hill ou encore chez Dhany Music à Port-Louis. L’album est également en vente sur les sites de téléchargement payants.