• Le bal des congrès du MSM ouvert : Pravind Jugnauth tire sur ses adversaires et se défend
  • Lettre anonyme qu’un Senior Advisor du PM aurait envoyée contre elle - Ameenah Gurib-Fakim : «C’est inacceptable qu’on m’ait mis tout ça sur le dos»
  • Accord PTr-MMM-PMSD : des observateurs entre espoir et scepticisme
  • Accord PTr-MMM-PMSD : les nouvelles cartes de l'opposition…
  • L’infini duel Jugnauth-Ramgoolam !
  • Laal Singh Chaddha : «Forrest Gump», aux saveurs de Bollywood
  • La Vierge Marie, la «mère douce et protectrice» au coeur des familles mauriciennes
  • Fête de l’Assomption : quand l’APEIM fait briller les couleurs de Marie
  • Chelsea vs Tottenham : nouvelle saison nouvelle ambition
  • 14e journée : Colour My fate sous 54.58s !

Last Night In Soho : horreur et mystère à Londres

«London can be a lot.» C’est avec ces mots teintés de menace que le réalisateur Edgar Wright nous invite à pénétrer dans son monde. Sa nouvelle réalisation est un film qui mêle horreur et mystère. Vous êtes prévenu, ça va chauffer !

Une jeune femme passionnée de mode et de design parvient mystérieusement à retourner dans les années 60 où elle rencontre son idole, une éblouissante jeune star montante. Mais la ville de Londres des années 60 n’est pas ce qu’elle paraît et le temps semble se désagréger, entraînant de sombres répercussions. Voilà que la belle et son idole se retrouvent plongées dans un monde aussi effrayant que dangereux…

 

Last Night In Soho est un trip hallucinatoire, mystique et magique, se déroulant dans les 60’ dans la capitale anglaise. Le cinéaste Edgar Wright, qui a réalisé Shaun Of The Dead, Hot Fuzz, The World’s End et a collaboré en tant que scénariste sur Ant-Man, entraîne à nouveau le public dans un monde gore. Cependant, contrairement à Shaun Of The Dead, où on avait affaire à des morts-vivants, ici, le danger est tout autre. Mais Last Night In Soho est non moins spectaculaire et sanguinaire. On ne vous en dira pas plus…

 

Les critiques ont décrit ce film comme l’œuvre la plus audacieuse réalisée par Edgar Wright. Dans Last Night In Soho, il prend un malin plaisir à torturer ses personnages et le public. Le réalisateur réussit à 100 % son coup d’entretenir et horrifier les cinéphiles. Son film a été présenté dans de nombreux festivals : La Mostra de Venise, le Festival de Strasbourg et le Festival international du film de Toronto. Et les retours sont encourageants.

 

Concernant la distribution, là aussi, on nous sort le grand jeu. Déjà, les trois rôles principaux sont tenus par des têtes connues. Anya Taylor Joy, révélée dans le film d’horreur The Witch, a aussi joué dans Playmobil, le film et Glass de M. Night Shyamalan. Quant à Thomasin McKenzie, elle est la fille de l'actrice Miranda Harcourt et du réalisateur Stuart McKenzie, et a figuré dans Jojo Rabbit et Lost Girls, série très populaire sur Netflix. Le beau gosse Matt Smith est, lui aussi, connu sur les petit et grand écrans. Il a, à son actif, des films comme Terminator Genesys, Patient Zero, Dr House et The Crown, entre autres.

 

À noter également la présence de Diana Rigg qui signe ici sa dernière prestation dans le rôle de Miss Collins. L’actrice, une ancienne James Bond Girl (Au service secret de Sa Majesté) est décédée en septembre 2020.