• Jenny’s Nailbar : La beauté jusqu’au bout des ongles
  • Le Comité Organisateur des Jeux des îles lâche Grey
  • Diya One s’implante à Maurice
  • Inter Régions : Mangalkhan SC et Grande-Rivière Noire WC, dans la cour des grands
  • Tian et son nouvel élan musical
  • Phyllisia Ross : «Je ressens beaucoup de love à Maurice»
  • Partaz To Kreasion : des jeunes, de l’espoir...
  • Gymnastique rythmique : Les Mauriciennes font bonne figure à La Réunion
  • La belle croisière scientifique de la Mauricienne Pavanee Annasawmy
  • Badminton - Internationaux de Maurice : Vingt pays attendus en juin

L’Association des Auteurs Compositeurs mauriciens s’interroge

Ils sont plusieurs à se demander des choses…

Elle ne veut pas arriver à des solutions extrêmes. Et c’est bien pour cela qu’elle lance des appels. L’Association des Auteurs Compositeurs Mauriciens (AACM) a tenu une conférence de presse le mercredi 24 octobre pour parler de ce qu’elle appelle des «réalités» dans le milieu artistique mauricien. Il y était majoritairement question des difficultés à organiser des concerts en ce moment. Il y a deux semaines, l’association avait rencontré Jean-François Chaumière, Senior Adviser au Prime Minister’s Office, pour lui part de ses appréhensions et reproches.

 

Jean-Jacques Arjoon, porte-parole de l’association, s’interroge : «C’est bien de nous proposer le Nation Arts Fund, mais s’il n’y a pas de lieu déjà pour nos projets, c’est comme si on ne nous donnait rien. Les deux marchent ensemble tout de même ! D’autant que les permis accordés par la police sont souvent très chers et elle peut à tout moment annuler le permis. On se pose des questions sur cette pratique.» 

 

Il devait aussi mentionner l’Article 27 de la Déclaration des Droits de l’Homme, qui parle du «droit de participer à la vie culturelle» : «Les derniers événements comme le concert des prêtres ou même le Festival Reggae Donn Sa, ont montré qu’il y a une soif de cette vie culturelle. Mais y a-t-il une volonté de la part des autorités ? Avec tous ces obstacles pour organiser des concerts, c’est pour nous une forme de discrimination envers une communauté minoritaire, la communauté

des artistes.»  

 

Le manque de lieu convenable revient donc pour la énième fois sur le tapis, comme nous le dit Bruno Raya : «Bien sûr, le Mauritius Sports Council propose des stades mais pour le sport en priorité, ce qui est tout à fait logique. Nous demandons encore un endroit pour la tenue de concerts. Et que les autorités ne s’inquiètent pas, nous sommes prêts à payer.»  

 

Et à Jean-Jacques Arjoon d’ajouter fermement : «J’espère que nous n’en arriverons pas au point où il y aura une grande marche dans les rues, où non seulement les artistes mais aussi les fans feront entendre leur voix pour faire respecter la culture dans l’île.»

 

Aussi membre de l’association, Jasmine Toulouse devait aussi évoquer l’idée d’une partie musicale pour les prochains Jeux des Iles.