• Evil West : God of Far West
  • WOW MOM + : une initiative artistique et sociale
  • Sanjana Khoodeeram, 26 ans, tuée par son ex-compagnon - Neermala Devi, sa mère : «Mes petits-enfants pleurent tous les jours son absence»
  • Les soins palliatifs en question
  • COP 27 : pour le meilleur et pour des actions
  • Annie Brien : un peu de l'île Maurice à Miss Germany, le concours révolutionnaire
  • Huawei Nova 10 SE : un petit frère honorable
  • Prakash Bangarigadu avoue avoir poussé sa concubine Reshma dans les escaliers - Mala, la sœur de la victime : «Li ti pou ankor vivan si li ti ekout mwa»
  • Opération antidrogue «douteuse» chez Wayne Attock - Capricia, son épouse : «Akoz bann fos travay l’ADSU, se mo fami ki pe soufer»
  • L'aventure musicale de l'aveugle Yano Boyzblakka

«Jurassic World : le monde d’après» : réunion préhistorique

Les salles du MCiné nous proposent le rendez-vous ultime avec la franchise à dinosaures qui met en scène un casting mêlant ancien et nouveau, sans oublier des reptiles bien gloutons. 

C’est le chaos ! Plusieurs années ont passé depuis les soucis sur l’île d’Isla Nublar, qui a été détruite avec des dinosaures qui sont maintenant dans la nature. Jurassic World : le monde d’après commence dans un monde où les humains tentent de vivre avec les créatures préhistoriques. Sauf que cette cohabitation est très fragile, avec ces bêtes qui prennent de la place, qui mangent beaucoup, plusieurs ayant même tendance à croquer des êtres humains.

 

Avec son scénario plutôt ouvert, Jurassic World : le monde d’après, troisième volet de la deuxième trilogie Jurassic Park, joue la carte de la nostalgie comme tellement de productions en ce moment (le dernier Spider-Man en sait quelque chose). Comprenez par là que le gros point de vente marketing du film réside dans le fait de proposer une réunion entre les personnages de la nouvelle franchise (Chris Pratt, Bryce Dallas Howard, Omar Sy) et ceux des premiers films (les personnages interprétés par Sam Neill, Laura Dern et Jeff Goldblum), histoire de rameuter les fans du premier film de Spielberg (toujours le plus top quand on regarde les autres) et ceux des films de Colin Trevorrow (qui signe ce volet et le premier Jurassic World). Bon, la petite fibre «émotion nostalgique» devrait fonctionner, et les dinos et l’action devraient aussi assurer (course-poursuite, moment de suspense avec grosses bêtes) pour un blockbuster qui croquera les spectateurs… à pleines dents !