• Jane Constance & Mickaël Pouvin : deux belles voix pour faire vibrer le Caudan Arts Centre
  • Sport Automobile : La Motors Formula Team en piste le 14 avril
  • Emilie Duval : «On doit tous, que ce soit l’Église catholique ou autre, se sentir concernés par les abus sexuels sur mineurs»
  • Agression mortelle de Shobanand Bhoyroo, 61 ans, par son voisin | Son neveu : «Ce n’était pas la première fois qu’il était brutalisé»
  • Fête de l’Indépendance : Le fabuleux 12 mars du constable Damien Céline
  • Un Mauricien parmi les disparus après l’attentat contre deux mosquées en Nouvelle-Zélande | Anwar, le frère de Moosid Mohammed Hossen : «C’est un choc»
  • Coupe du monde féminine 2019 : Sous l’œil attentif de Queency Victoire
  • Dengue : Vallée-des-Prêtres en alerte, Maurice sur le qui-vive
  • Captain Marvel : On y va, on n’y va pas ?
  • Décès tragique de Dia Dookhit | Ses parents : «Nous voulons connaître la vérité…»

Ivan Antalika has a Mauritian dream

Loin de chez lui mais, en même temps, très près. En tout cas, Ivan Antalika revient avec un nouvel album, Zanfan Moris, qui succède à Met Sega La, datant de 2014. Une galette de 11 titres essentiellement séga, qui annonce la couleur, bien mauricienne évidemment. Car la grande inspiration d’Ivan Antalika, ancien bassiste du groupe Ravanna et d’Alain Ramanisum, c’est bien sûr son île natale. L’homme de 34 ans vit maintenant à Crawley en Angleterre, où il bosse dans l’installation de granite.

 

«Cet album montre mes couleurs mauriciennes. Je parle de la vie locale, de l’amour, avec des expressions bien de chez nous. J’ai même voulu aller plus loin que Met Sega La, avec deux pots-pourris, l’un avec du séga traditionnel et l’autre du séga tendance Bollywood, car je suis un grand fan de musique orientale», souligne Ivan Antalika qui s’est distingué en Angleterre, en mars, en recevant le Mauritian Achiever’s Award dans la catégorie Music and Entertainment Activities.

 

Outre les pots-pourris comportant des tubes séga et d’autres plus Bollywood style, l’album comporte un featuring avec l’énergique El Diana, et des arrangements qui raviront les fans d’Alain Ramanisum, le morceau Exile étant d’ailleurs co-composé avec ce dernier et notre interlocuteur. Bref, un disque séga qui devrait plaire.

 

Album disponible chez les disquaires habituels.