Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5-PLUS DIMANCHE

Pendant cette période de confinement, profitez de 5-Plus Dimanche, l’express, Business Mag, Weekly, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

  • Manifestation du 11 juillet : «Se zis enn reklam»
  • Hippisme - 4e journée : Rule The Night dans un finish qui enflamme le public
  • Décédé vendredi : Rodney Penny quitte définitivement les terrains
  • Entre nous, c’est nous-mêmes…
  • Réouverture des frontières : les opérateurs touristiques au front
  • Conseils pour les angoissés du déconfinement
  • PME Story - Julian Thomas de Lakaz A Samy : «Les dettes se sont accumulées mais…»
  • Stephen Chang, gagnant concentré de «Red Bull River Runes»
  • Quelques jours avec le P40 Pro
  • Kolektif Rivier Nwar : des poules, des œufs et un appel au don

Des chansons et des instruments pour oublier le confinement

Le collectif Artis Moris Kont Viris, qui a sorti le titre Dan mem bato, regroupe des artistes comme Laura Beg, et Bigg Frankii.

Comme un peu toutes les semaines, les artistes ne nous oublient pas. Et durant ces derniers jours mouvementés, on a eu encore droit à des chansons sur le virus, en plus des live sur la ravann. 

Artis Moris Kont Viris - Dan mem bato : «Si nou pa res lakaz, viris pou propaze»

 

 

Ils ont uni leurs voix pour faire passer un seul et même message. «Restez chez vous.» Quand plusieurs artistes locaux donnent de leur temps et de leur voix... de chez eux – période de confinement oblige –, cela donne Dan mem bato, chanson créée par le poète Michel Ducasse et l’auteure Shenaz Patel, sur une musique originale composée par le chanteur Zulu.

 

Le titre regroupe des chanteurs/chanteuses de la scène locale : Zulu, Laura Beg, Linzy Bacbotte, Alain Ramanisum, Bruno Raya, The Prophecy, Melanie Peres, Les Inkonus, Blakkayo, Bigg Frankii, Steeve Laridain et Yvette Dantier. C’est porté par un même objectif, celui de conscientiser la population sur le danger qui la guette si elle ne respecte pas le confinement, qu’Artis Moris Kont Viris a vu le jour. Pour le collectif, la lutte contre le Covid-19 est l’affaire de tous les Mauriciens. «Nou tou dan mem bato / Pa les li savire / Pa les sa viris-la / Souk nou dan fon dilo...»

 

Le titre compare ainsi la crise du Covid-19 à «une tempête que le pays et les Mauriciens doivent traverser ensemble». L’initiative est entièrement bénévole et a été réalisée dans le strict respect du confinement. La direction musicale a été assurée par Elvis Heroseau et c’est Stephan Rezanah qui a assuré la coordination des artistes. Le collectif invite tous les Mauriciens à partager le clip et à en faire leur propre version : «Nou bizin res lakaz pou anpes viris-la sirkile. Me nou kapav fer enn sante sirkile, pou dir bien for nou solidarite.»

 

À suivre sur les réseaux sociaux... https://www.facebook.com/5Plusdimanche/videos/697016254442536/

 

 


 

«L’île Maurice solidaire», la chanson nationale contre le Covid-19

 

 

Un appel et une réponse. Suite au récent appel lancé par le ministère des Arts et du patrimoine culturel, pour une sensibilisation au Covid-19, plusieurs artistes ont marye pike pour nous pondre la chanson L’île Maurice solidaire. Ces artistes sont : Gérard Louis, Bruno Raya, Blakkayo, Tikenzo, Jah Wess, Mr Love, El Passi, Faya Doc, Alain Ramanisum, Laura Beg, Patrick Antoine, Yves Elahee, Meera Mohun et Kishore Taucoory. En collaboration avec la Mauritius Film Development Corporation.

 

Derrière cette chanson (et le clip) réalisée dans les difficiles conditions du confinement, on trouve Gérard Louis et Bruno Raya à la composition. «Le ministre Avinash Teeluck cherchait des artistes pour piloter ce projet visant à rassembler et à conscientiser. Gérard et moi lui avons dit que nous allons nous en charger, essayant de rassembler le plus grand nombre d’artistes possible. Et par WhatsApp, on a discuté, on a écrit, on a composé.»

 

Mais bien sûr, ce ne sera pas de tout repos pour la suite, comme nous l’explique Gérard Louis : «Il fallait maintenant voir pour les artistes. C’était un casse-tête. Alors, nous en avons contacté un grand nombre mais plusieurs n’ont pas répondu à l’appel, en toute logique, puisqu’ils ont bien compris qu’il ne fallait pas sortir. On a aussi trouvé le studio d’Yves Elahee qui est bien centralisé. Les artistes qui ont répondu présents sont venus mais là aussi, c’était toute une organisation avec les mesures sanitaires : il fallait enlever, par exemple, les masques pour enregistrer la voix. Du coup, on a fait entrer chacun un par un, ou deux à la limite, pour enregistrer, pendant que les autres attendaient plus loin», explique Bruno Raya.

 

En tout cas, le résultat est là et il est plutôt entraînant. Vous pourrez donc écouter la chanson et voir le clip, souvent avant les infos de 19h30 sur MBC 1 ou sur Facebook sur la page du ministère et YouTube (tapez L’île Maurice solidaire).

 


 

Ashley et ses PIMA ROUZ en force

 

 

Tansion gagn for ! Voici Ensam nou pou ressi que propose un peu moins d’une dizaine de chanteurs, regroupés sous le nom de PIMA ROUZ. Un projet porté par Ashley Pereira, plus connu comme B.I.G. Le groupe, composé de jeunes artistes méconnus, a décidé, via WhatsApp, d’unir leurs voix pour chanter, comme l’explique B.I.G. : «On est tous un peu potes, on vient de Port-Louis, Cassis, Vallijee, et le confinement nous a beaucoup inspirés pour écrire et composer ensemble cette chanson. Ce n’était pas toujours par WhatsApp mais on y est arrivés grâce aussi à un ami qui a bien voulu mettre tout en ordre dans son studio ; il se reconnaîtra.» Il ne vous reste plus qu’à aller sur YouTube pour découvrir cette incursion séga.

 


 

Apprenez tout sur la «ravann» avec Daniella Bastien et le groupe ABAIM

 

 

Deux entrées pour plus de connaissances… En tout cas, Daniella Bastien et le groupe ABAIM font chacun de leur côté leur petit buzz en ces temps de confinement, avec des cours de ravann qu’ils proposent de façon très systématique.

 

Daniella Bastien, s’y connaît bien, étant une passionnée du patrimoine et de la linguistique créole. Vous la retrouverez sur la page du brand Made in Moris. «Tout a commencé à partir d’un sondage où je proposais soit une dictée en ligne en kreol morisien, soit des cours de ravann. Par la suite, Shirin Gunny, COO de Made in Moris, m’a proposé de poster ces cours sur la page Made in Moris qui a déjà pas mal de vidéos sympas en ces temps de confinement. J’ai trouvé que c’était une plateforme plus visible et voilà», explique Daniella Bastien.

 

ABAIM, pour sa part, propose une foule de petites vidéos sur sa page Facebook et sur son site Web (www.abaim.mu), où l’on peut voir Alain Muneean et Marousia Bouvéry nous expliquer tout plein de choses (historiques, sur les partition, la méthodologie, etc.). «Ce sont des cours très structurés, en plusieurs sections. Des leçons qui viennent en fait d’une idée de Flavia, une ancienne élève, qui nous a partagé l’idée. On a trouvé ça génial. C’est aussi une belle occasion pour le grand public de prendre le temps de découvrir notre travail de plusieurs décennies sur le patrimoine et la ravann, qui, depuis quatre ans, apporte de belles concrétisations, comme les DVD, les spectacles, etc.», détaille Marousia Bouvéry.

 

Vous savez quoi faire si vous voulez apprendre…

 


 

Le Caudan Arts Centre n’est pas mort

 

 

Il a juste changé de place. Il est sur le Web et vous aurez tort de ne pas en profiter. Depuis peu, l’équipe du Caudan Arts Centre met en place des projets participatifs. Projet dont le premier essai est une reprise mauricienne de Knockin’ on Heaven’s Door (version des Guns’N’Roses), avec différents artistes confinés qui poussent la chansonnette et jouent de la musique chacun de leur côté, pour un résultat sympathique. Parmi ces artistes : Stevenson Lilylave, Kate Yeung, Sebastien Stephen, Joel Ramdoo, Aurelie Paul, Lydia Nonn, Neriyen Veerlapin et Stellio Pierre-Louis.

 

Kooshal A. Dwarka, Sound Manager du Caudan Arts Centre, explique : «L’équipe du Caudan Arts Centre s’est réunie pour discuter de projets participatifs suite au confinement. Plusieurs artistes ont répondu présents, notamment Vincent Brasse et Anne Ga, qui nous ont proposé des vidéos d’eux en confinement. On a voulu aller plus loin, en impliquant plusieurs autres personnes, les réunissant sur un air connu et royalty-free. J’ai donc contacté des artistes que j’ai côtoyés au Caudan Arts Centre, je leur ai dit de se filmer, de chanter telle ou telle partie, et avec mon ami Stevenson, on a mixé le tout. Je dois avouer que le résultat est plus qu’encourageant pour la suite et cela rend le Caudan Arts Centre toujours vivant, du moins virtuellement.» La suite est bien là : «Je planche sur le même concept mais avec, cette fois, un morceau local, avec d’autres artistes et un côté bien jazzy. On verra ce que ça donne.»

 

Sinon, la vidéo est visible sur la page Facebook et la chaîne YouTube du Caudan Arts Centre.