• Trois agressions mortelles en quelques jours : Les proches de Devadassen, Jacquelin et Alwin entre chagrin et stupeur
  • L’arche de Noé… mie
  • SaveMart : sept ans au plus près des Mauriciens
  • BTS : Le phénomène K-pop à la conquête du monde… et de Maurice
  • Ligue des champions (2e journée) | Juventus vs Barcelone : Messi cherche Ronaldo
  • Désiré François : un concert, un défi
  • Accidents fatals : deux nouvelles victimes, deux familles affligées
  • Une ado de 16 ans poignardée par le père de son enfant de 9 mois | Sa tante : «Nous étions opposés à leur relation dès le départ»
  • Air Mauritius : des employés crient leur colère
  • Championnat d’Angleterre (6e journée) | Arsenal vs Leicester City : qui sera le plus rusé ?

Derrière la jolie pub de Pepsi…

Couleurs, énergie et créativité au programme

Des couleurs, de la lumière, de la danse, de la musique et même de l’animation ! Plus d’une semaine depuis la sortie d’une nouvelle pub locale pour Pepsi. Une pub qui en jette artistiquement, quoi que l’on pense du fameux soda noir. Celle-ci a été mise en place par l’agence Circus. Vincent Montocchio, Managing Director & Executive Creative Director de la boîte, nous en dit plus.  

Parlez-nous du concept de la pub locale pour Pepsi…

 

Il y a cinq ans, l’agence a lancé la campagne MWA MO KONTAN. Il s’agissait d’un repositionnement total de la marque à Maurice. Nous avons fait le pari de laisser de côté Britney Spears et de «mauricianiser» la marque. La campagne a été un vrai succès et a parlé à tous les jeunes en brisant des tabous. Cette nouvelle campagne s’inscrit dans la droite lignée de ce concept. Il s’agit de bousculer les codes établis, de valoriser la jeunesse et les talents locaux. Notre société mauricienne est en pleine mutation. La course au développement et à tout ce qui serait «moderne» finit par nous aseptiser. Nous perdons peu à peu notre âme et notre identité mauriciennes. Avec cette pub, nous avons voulu démontrer que nous pouvions être modernes et futuristes à 100 %, tout en nous appuyant sur notre héritage culturel. Et au final, c’est ce que nous sommes précisément. La direction artistique puise son inspiration de nos riches cultures, tout en les revisitant à la façon des mouvements artistiques comme l’«afrofuturisme». La musique a une base rythmique de séga, dans laquelle on a injecté une dose d’adrénaline qui fusionne nos diverses percussions revisitées et mixées avec des samples de voix.

 

À quelles difficultés fait-on face lors de la préparation d’un projet d’une telle envergure ?

 

De mémoire, je n’ai jamais participé à un projet qui a cristallisé autant de passion, d’énergie et de talents. Les expertises réunies autour du projet sont nombreuses : planeur stratégique, directeur artistique, concepteur rédacteur, directeur de création, vidéographes, producteurs, artiste 3D, illustrateurs, animateurs, ingénieur du son, musiciens, stylistes, maquilleurs, accessoiristes, ingénieurs éclairagistes, techniciens LED, chorégraphes, danseurs… Au total, une équipe de 35 personnes a été impliquée sur une période de deux mois et demi. Pour l’agence, la particularité de ce film est que nous ne l’avons pas seulement conçu mais également produit et réalisé. Ce projet est de loin le plus ambitieux entrepris en interne.

 

Quels sont les enseignements que vous en tirez, en tant qu’agence de pub et en tant que directeur ?

 

Moris for ! Morisien ena talan ! Nou bizin rev pli gran !

 

D’autres projets du même acabit ?

 

Nous sommes actuellement en pré-production sur plusieurs projets audiovisuels très intéressants et espérons qu’ils toucheront à nouveau le cœur des Mauriciens.