• Le bal des congrès du MSM ouvert : Pravind Jugnauth tire sur ses adversaires et se défend
  • Lettre anonyme qu’un Senior Advisor du PM aurait envoyée contre elle - Ameenah Gurib-Fakim : «C’est inacceptable qu’on m’ait mis tout ça sur le dos»
  • Accord PTr-MMM-PMSD : des observateurs entre espoir et scepticisme
  • Accord PTr-MMM-PMSD : les nouvelles cartes de l'opposition…
  • L’infini duel Jugnauth-Ramgoolam !
  • Laal Singh Chaddha : «Forrest Gump», aux saveurs de Bollywood
  • La Vierge Marie, la «mère douce et protectrice» au coeur des familles mauriciennes
  • Fête de l’Assomption : quand l’APEIM fait briller les couleurs de Marie
  • Chelsea vs Tottenham : nouvelle saison nouvelle ambition
  • 14e journée : Colour My fate sous 54.58s !

Compétition de courts-métrages - «Corrumpere» : l’histoire d’un film amateur récompensé sur la corruption

Une jeune équipe d'étudiants qui a beaucoup «trace» pour son film récompensé.

Avec de la volonté et de l’inspiration, on arrive à faire des trucs sympathiques. C’est le cas de cette petite équipe improvisée qui a obtenu deux récompenses le 4 février lors de la cérémonie de remise des prix du concours de courts-métrages sur la corruption, organisé par l’ICAC. Récit d’une aventure… 

Le court-métrage s’intitule Corrumpere (Corruption en latin). Et il y est bien question de corruption. C’est, en tout cas, une belle découverte que nous avons faite le 4 février, jour où l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) a dévoilé les récompensés pour son concours de courts-métrages initié en 2021, dont le thème était Enn Moris sans Koripsion. Le film Corrumpere, qui nous a tapé dans l’œil, a reçu les prix du Best Director - Amateur (Madhav Narroo) et du Best Film - Amateur.

 

Des amateurs qui ont de la suite dans les idées puisque le film se démarque par son approche de la corruption : celle-ci est, en fait, un personnage, avec masque et tout, et l’on verra son interaction avec plusieurs protagonistes de l’histoire. Toute une aventure pour cette équipe composée de : Camille Carcasse (productrice), Madhav Naroo (metteur en scène), Jean-Luc Zama, Jean-Denis Langevin, Saneshanand Sunnarain et Alex Ramlol, tous des amateurs et étudiants en Mass Communication au Charles Telfair Institute dont l’un des modules se rapporte à la conception de vidéos et films.

 

«Nous avons vu l’annonce sur la page Facebook de l’ICAC l’année dernière. On a trouvé l’idée sympa et ça allait être une expérience enrichissante, avec une belle place dans notre portfolio (rires)», nous lâche Madhav Naroo. Avec son amie Camille, les voilà qui commencent à échanger des idées. «À deux, on n’allait pas pouvoir arriver à quelque chose. On a donc demandé à d’autres amis de nous aider. On a bien divisé le boulot, que ce soit pour le montage, la prise de sons, la direction d’acteurs sur le tournage, et on a trouvé du temps pour tourner, avec l’aide de plusieurs collaborateurs», raconte Camille Carcasse.

 

L’idée de faire de la corruption un personnage va toutefois venir en plein tournage : «C’est drôle ce type d’histoires, alors qu’on avait un script tout fait, on se disait qu’il y avait un truc qui ne collait pas ou que c’était trop générique. En plein tournage, on a donc décidé de changer pas mal de choses, de faire de la corruption un personnage et on pense bien que c’est ce qui a séduit le jury», poursuit Madhav.

 

Par contre, le tournage n’a pas été de tout repos. «Avec les restrictions sanitaires, je pense que la plus grosse difficulté a été de tourner dans des endroits ouverts, avec des figurants, ou parfois sans masque. Ça a été un gros challenge et je pense que tous les participants à la compétition ont dû avoir des soucis du genre», nous dit Camille.

 

N’empêche, la petite équipe devrait continuer dans le futur : «C’est clair que nous sommes une équipe qui fonctionne. C’est vrai que je suis la seule fille de l’équipe, que j’avais des appréhensions par rapport à cela, mais au final, on s’est tous bien connectés et ce projet de film a vu le jour et s’est concrétisé avec fluidité. C’est très encourageant car on voudrait bien retenter ce genre d’expérience !» conclut la productrice.  

 

Bonne continuation à l’équipe de Corrumpere !

 


 

Sinon, les autres récompensés sont…

 

Best Actor – Amateur : Samy Simmadree (Koripsion Non)
Best Actor – Professional : Yusuf Elahee (Les sous-entendus)
Best Actress – Amateur : Diane Nayna (Pac-Men)
Best Actress – Professional : Tasha Quincy Scott (Kifer Sa Lizaz)
Special Jury Award – Amateur : Koripsion Non
Special Jury Award – Professional : Corruptopia
Best Director – Amateur : Madha Naroo (Corrumpere)
Best Director – Professional : Wassim Sookia (Les sous-entendus)
ICAC Special Award – Amateur :  L’interview
ICAC Special Award – Professional : Kifer Sa Lizaz
Best film – Amateur : Corrumpere
Best film – Professional : Les sous-entendus

 

Pour voir tous ces films primés et récompensés lors du concours, il faudra aller faire un tour sur la page Facebook de l’ICAC.