• Forme : 20 minutes de sport à intégrer à la routine familiale
  • Distripharm Ltd, un magasin qui promeut le bien-être de tous
  • Political Financing Bill : l’impasse
  • Laura Béatrice Louis et son monde de fantaisie
  • Harold Leve Hang : Adieux émouvants à un King
  • Chute fatale à la montagne du Chat et de la Souris : Joseph On, la fin tragique d’un amoureux de l’effort vert
  • Leshav Beeharry meurt noyé dans un bassin | Ashiv, son frère aîné : «Il était prévu qu’il intègre l’université de Maurice en août»
  • Aboo Swaley Futta agressé mortellement | Son père : «Ils s’en sont pris à un homme sans défense et sans histoires»
  • L’ADSU sollicite Interpol après la saisie de 92,5 kg de cocaïne
  • Perry Ah-Why : White looks

BuYoung Lee, coréenne jazzy

Elle aime aller à la rencontre des gens, des peuples. Et elle amène toujours, dans son escarcelle, un peu de musique, sinon beaucoup. Bref, voici BuYoung Lee, chanteuse de jazz de la Corée du Sud, qui sera sur scène cet après-midi en compagnie de ses musiciens (Youn Woo Park à la guitare et Hyun Woo Yeo à la clarinette et au saxo), au Caudan Arts Centre. C’est la nouvelle prestation du festival Mama Jaz qui se poursuit durant tout le mois d’avril (voir hors-texte). Aujourd’hui, le BuYoung Lee Trio va nous concocter 75 minutes bien jazzy.

 

«Je ne connaissais pas trop l’île Maurice, mais plusieurs personnes m’ont dit que c’était un endroit très agréable. En tout cas, c’est toujours un plaisir de découvrir un nouveau pays, des musiciens qui partagent la même passion que moi», nous dit la chanteuse toute pétillante, qui a fait ses preuves au Pays-Bas, notamment, mais aime toujours se produire dans son pays natal.

 

BuYoung Lee a aussi eu un Korea Music Pop Award dans la catégorie «Meilleur album de jazz» en 2016, une récompense qui, elle l'avoue, lui «a ouvert bien des portes. C’est toujours bon d’être présentée comme une artiste récompensée, même si j’aime être décrite comme une chanteuse de jazz (rires)», nous dit cette grande fan du compositeur français Michel Legrand.

 

Et si le jazz n’est pas la musique la plus populaire en Corée du Sud, elle est bien présente, selon notre interlocutrice : «Ce n’est pas la musique que tout le monde aime. Mais il y a des concerts, des festivals, un public. Et c’est déjà très bien, d’autant que des artistes internationaux sont aussi de la partie.» Après sa prestation chez nous, BuYoung Lee rentre en Corée avec, en tête, un prochain album.

 


 

Et le show continue !

Encore des dimanches en compagnie des jazzmen d’ici et d’ailleurs. La suite du programme de l’édition 2019 du festival Mama Jaz est comme suit :

21 avril : Prestation mauricienne avec le Samuel Laval Quintet – le jeune Samuel Laval au saxo, Patrick Desvaux à la guitare, Jocelyn Amandine au piano, Steve Desvaux à la basse et Jalil Auckbaralee à la batterie.

28 avril : Final avec la formation Kent, avec Linley Marthe à la basse, Jerry Léonide au piano, Patrick Desvaux à la guitare et Christophe Bertin à la batterie.

Billets en vente à Rs 500 dans le Rézô Otayô (Tel : 466 9999) sur le site du Caudan Arts Centre (www.caudanartscentre) et sur marideal.mu. Vous pourrez aussi vous les procurer sur place les jours des concerts, à partir de 17 heures. Débuts des prestations à 18 heures.