• Groupe Jeunes Solidaires : Pour redonner espoir à La Valette
  • Des enfants de la balle sur les pas de leur père
  • Hippisme 31e journée | Henry Tudor résiste à Big Mistake
  • Quand la campagne se vit en famille
  • Naziha Mestaoui : «La nature n’est pas extérieure à nous, on en fait intégralement partie»
  • Femmes candidates : le prix de l’engagement
  • Elle aurait été battue à mort par son compagnon : l’enfer de Sorenza René raconté par sa grand-mère
  • Lal Kaptaan : Saif Ali Khan dans la peau d’un saint
  • Nazmah Rummun tuée par son fils : Leur entourage entre choc et interrogations
  • Joker : immonde et acclamé

Brightburn : l’enfant du mal | Le côté obscur du super

Un petit garçon qui cache de bien sombres pouvoirs…

Maman Tori voulait un bébé mais elle commençait à désespérer avec le temps. Et puis est venu Brandon, un petit gars très doué. Sauf qu’en grandissant, ce dernier va découvrir qu’il a des super pouvoirs. Ce sera le début d’une descente aux enfers qui va n’épargner ni lui ni son entourage. C’est tout le propos de ce Brightburn. Sauf que le petit va sombrer dans le côté sombre de la force, alors qu’il pourrait devenir une sorte de gentil Superman.

 

Du coup, Brightburn, produit par James Gunn (Les gardiens de la galaxie mais aussi Super et Horribilis), détourne les codes du super-héros (comme avec Super, tiens !) pour nous offrir un résultat qui ne manque pas d’humour noir et de grande violence. Lorgnant plus ou moins le cinéma d’horreur. Aux temps de la victoire des films de super-héros dans nos salles, il est bon de voir un petit rebelle comme celui-là.