• Caroline Jodun dit «Merci» avec un troisième album
  • Arrestation de Bruneau Laurette : «Je serai un fighter jusqu’au bout»
  • Anaïs Lagrosse : ma toute nouvelle couronne de Miss University Africa Mauritius
  • Accusé de «Breach of ICTA» | Dhiren Moher : «Mo pann avoy okenn mesaz a karakter rasial»
  • Liverpool vs Arsenal : les Gunners à l’assaut d’Anfield
  • Ils ont été arrêtés pour vols avec violence à Floréal et Albion : Donovan et Noorina, un jeune couple à l’impressionnant «criminal record»
  • J’y suis, j’y reste !
  • Hippisme - 17e journée : Trippi’s Express gagne et Rameshwar Gujadhur repasse en tête
  • Hippisme - 18e journée : Rule The Night veut retenir la «princesse»
  • La vie de... fashionista d’Amanda

Ayo mo fami : un reflet sociétal rigolo

Ce n’est pas très fin, mais on se marre !

Mariage, infidélité, problèmes d’argent, rapport de force. Ouf, pas mal de choses dans Ayo mo fami, dernière production du Moustouf Comedy Club, portée par Yousouf Elahee et sa bande, et qui se joue en ce moment au Komiko Comedy Art Club, à Bagatelle. Une nouvelle pièce dans les grandes lignes de ce à quoi nous avait habitué la troupe dans le passé.

 

Et encore une fois, si l’écriture n’est pas très fine et lorgne parfois vers le très grossier, si les acteurs ne sont pas tous au même niveau (on encouragera tout de même le jeune Yudish Ramyead qui fait son baptême de feu), la pièce marque des points quand elle se montre critique : envers la politique, le racisme ordinaire, la course vers l’argent, le sexisme dans les couple. Du coup, on s’y retrouve, on s’y connaît et, surtout, la mayonnaise du rire prend très vite devant les situations de palab marrantes.

 

Vous avez encore deux séances pour aller voir la pièce, aujourd’hui à 14 heures et 19 heures. Billets à Rs 250. Réservations et infos au 5449 1616 et au 471 1332.