• Le bal des congrès du MSM ouvert : Pravind Jugnauth tire sur ses adversaires et se défend
  • Lettre anonyme qu’un Senior Advisor du PM aurait envoyée contre elle - Ameenah Gurib-Fakim : «C’est inacceptable qu’on m’ait mis tout ça sur le dos»
  • Accord PTr-MMM-PMSD : des observateurs entre espoir et scepticisme
  • Accord PTr-MMM-PMSD : les nouvelles cartes de l'opposition…
  • L’infini duel Jugnauth-Ramgoolam !
  • Laal Singh Chaddha : «Forrest Gump», aux saveurs de Bollywood
  • La Vierge Marie, la «mère douce et protectrice» au coeur des familles mauriciennes
  • Fête de l’Assomption : quand l’APEIM fait briller les couleurs de Marie
  • Chelsea vs Tottenham : nouvelle saison nouvelle ambition
  • 14e journée : Colour My fate sous 54.58s !

Arianta Eleonore : premier single, premier clip, des rêves et des sourires

Cette chanteuse de 26 ans, que l’on connaît pour le single Monn gate aux côtés de Florian Roussety et David Jay, et comme chanteuse d’hôtel et choriste auprès de nombreux artistes, nous parle de l’aventure de son premier single, Lakle mo leker, dont vous pouvez voir le clip sur YouTube depuis sa mise en ligne le jeudi 2 juin. Musique, belles images et beaux messages au programme. 

Les débuts de la chanson : «Je suis à la base chanteuse d’hôtel et mis à part le single avec Florian Roussety et David Jay, j’ai aussi fait un featuring avec Jason Heerah pour la chanson I’ll Be Loving You. Mais je n’ai jamais eu de single à moi. Or, pendant le premier confinement, j’ai commencé à écrire ce qui allait devenir Lakle mo leker, morceau que j’ai chanté de façon très officieuse lors d’une interview filmée. Il y a eu ensuite des moments sympathiques avec la levée des restrictions fin 2020, où les activités reprenaient. Sauf qu’il y a eu le second confinement par la suite. Lakle mo leker est resté dans les tiroirs. À la fin de cette année, j’ai fait écouter la chanson à Andy Duval, claviériste au sein de The Prophecy, avec qui je bosse dans les hôtels. Il était très enthousiaste après l’avoir écouté et m’a proposé d’aller plus loin et d’en parler à Murvin Clélie. Et en janvier, on était en studio pour enregistrer.»

 

L’implication de «Enn Rev Enn Sourir» : «Murvin voulait à tout prix me convaincre de sortir la chanson avec un clip, chose à laquelle je n’avais pas trop pensé, d’autant que financièrement, pour enregistrer une maquette de ce type, ça coûte. Je suis tombée par la suite sur Enn Rev Enn Sourir qui aide beaucoup d’enfants malades et de familles, et soutient aussi des artistes. Ils ont envoyé la chanson ainsi que plusieurs autres au vidéaste Joël Capillaire qui a choisi la mienne pour un clip. Après, on m’a contactée pour me le dire, tout en m’annonçant que j’allais être la nouvelle ambassadrice de l’ONG. Cela m’a beaucoup touchée, j’ai pensé à tous ces enfants qui sont malades, étant moi-même maman. C’est donc avec fierté que je suis maintenant ambassadrice.» 

 

Le clip : «J’ai déjà bossé avec Joël Capillaire dans le passé, pour le clip La famille de Jason Heerah, aussi produit par Enn Rev Enn Sourir. Je me suis toujours dit que s’il me fallait choisir quelqu’un un jour pour une vidéo, ça serait lui. On a discuté du concept et je lui ai dit que je ne voulais pas de mannequins mais de personnes comme moi, qui ressemblent à tout le monde (rires). On a aussi bénéficié de la collaboration de Léo, un ami chanteur qui a aussi été acteur pour l’occasion. Après deux jours de tournage, les 15 et 16 mai, c’était dans la boîte.»