• Avinaash Munohur, politologue : «La jeunesse est le vote-clé pour cette élection»
  • Réunions nocturnes : À la rencontre du peuple…
  • Plainte constitutionnelle - Rezistans ek Alternativ : en attendant…
  • Parvez Rostom : «Je ne suis pas déçu parce que…»
  • De l’Alliance MSM-ML à l’Alliance Morisien : des «outs»… et des «ins»
  • Examens et élections : les collégiens mitigés
  • Une élection… en étapes
  • Législatives 2019 : Je suis candidat pour la première fois
  • Championat Régional de Pamplemousses : Bonne mise en jambes avant les Championnats de Maurice
  • Ameega Kousita Paul : artiste et activiste au grand cœur

Anne-Sophie Pyanee et sa «Belle au bois dormant» en kreol morisien

Un zeste de conte de fées. Des cuillerées d’histoire. Et bien sûr, de l’amour. Voilà ce que contient l’œuvre Dan kumansman Letan, adaptée librement de La Belle au Bois Dormant de Charles Perrault par Anne-Sophie Pyanee. Cette enseignante de kreol morisien à l’école primaire Notre Dame de Bon Secours est la grande gagnante du concours de traduction organisé par Ledikasyon pou Travayer. Elle a reçu le Star Prize de Rs 50 000 lors de la remise des prix, le week-end dernier, au siège de l’association à Grande-Rivière.

 

Les textes primés (voir les autres récompensés en hors-texte) seront réunis dans un ouvrage qui sortira plus tard dans l’année. En attendant, faisons une immersion dans le monde de cette jeune femme qui en est à son premier travail d’écriture : «C’est une adaptation très libre, qui comporte tous les éléments de La Belle au Bois Dormant mais le tout se passe à la période de l’esclavage, avec la belle en question qui vient de Madagascar pour être esclave à Maurice», nous dit cette fan inconditionnelle d’Harry Potter.

 

Mais elle n’a pas voulu se cantonner à raconter seulement une histoire. «Durant mes études au Mauritius Institute of Education, j’ai vite pris goût au kreol morisien. C’est une langue qui est chargée d’Histoire, qu’il faut valoriser à tout prix car elle nous apprend beaucoup sur nous-mêmes et notre pays. C’est ce que j’ai voulu raconter aussi entre les lignes dans cette histoire, tout en n’oubliant pas l’aspect conte de fées.»   

 

Concernant le généreux pactole, la jeune femme, qui aime «varier les activités à l’école pour que les enfants ne s’ennuient pas», pense le garder pour publier comme il se doit une suite à ce premier texte qui, selon elle, «laisse des points de suspension à la fin». On souhaite donc bonne chance à cette amoureuse des mots et du kreol morisien.

 

Et les gagnants sont :

 

Star Prize– Rs 50 000 : Anne-Sophie PYANEE pour Dan kumansman Letan, adaptation de La Belle au Bois Dormant par Charles Perrault

 

Prix spécial féminin– Rs 5 000 : Flavia DOHERTY-BIGARA, pour sa traduction du Moby Dick de Herman Melville.

 

Mention spéciale :

Mary Alvina BIJOU pour Bolom Labarb, traduction de Barbe Bleu par Charles Perrault

Rajwantee DALLIAH pour Ledikasyon Fam, traduction du texte en telugu Streevidya par Bhandaru Acchamamba.

Hassenjee ESSACKJEE pour Bizu, traduction de La Parrure par Guy de Maupassant

Kavinien KARUPUDAYYAN pour sa traduction du texte tamil Sankalpamum Sambavamum par Ammani Ammal

Ramesh RAMDOYAL pour Enn swar Lavey Nwel, traduction de A Visit from St.Nicholas par Clement Clarke Moore

Jayen TEEROOVENGADUM pour Ti labarb, Burik ek Baton, traduction de La Petite table, l’Ane et le Baton par les frères Grimm.