• Trois agressions mortelles en quelques jours : Les proches de Devadassen, Jacquelin et Alwin entre chagrin et stupeur
  • L’arche de Noé… mie
  • SaveMart : sept ans au plus près des Mauriciens
  • BTS : Le phénomène K-pop à la conquête du monde… et de Maurice
  • Ligue des champions (2e journée) | Juventus vs Barcelone : Messi cherche Ronaldo
  • Désiré François : un concert, un défi
  • Accidents fatals : deux nouvelles victimes, deux familles affligées
  • Une ado de 16 ans poignardée par le père de son enfant de 9 mois | Sa tante : «Nous étions opposés à leur relation dès le départ»
  • Air Mauritius : des employés crient leur colère
  • Championnat d’Angleterre (6e journée) | Arsenal vs Leicester City : qui sera le plus rusé ?

Alain Gordon-Gentil et son documentaire sur le Père Laval : informations et émotions

Il y a l’Histoire mais aussi la personne et ce qu’elle représente dans la société actuelle. Le 3 septembre, l’écrivain et réalisateur Alain Gordon-Gentil a présenté, en avant-première, son nouveau documentaire, Jacques Désiré Laval : un homme parmi les autres, au MCiné de Trianon. Les nombreux invités étaient, en tout cas, convaincus à la sortie de la salle.

 

D’abord l’incontournable Bruneau Laurette dont la présence a été très remarquée. «Beaucoup de personnes ne connaissent pas forcément l’histoire du Père Laval, tout en le priant. Je pense que ce documentaire nous éclaire beaucoup sur cela, avec tellement d’aspects abordés. Le mieux, je pense, c’est que ce film soit présenté au-delà de la projection en salles, vers des lieux où les gens ne vont pas forcément au cinéma», dit-il.

 

Puis, place à une critique plus scientifique du professeur et chercheur en linguistique, Arnaud Carpooran : «Étant de Ste-Croix, j’ai une connexion géographique et physique avec le Père Laval, si je peux me permettre. C’est un film très pertinent, sur le caractère sociologique et historique du Père Laval. Il est pertinent aussi lorsqu’il nous éclaire sur certaines réalités sociales d’aujourd’hui. Donc, à conseiller !»

 

Quant à Serge Lebrasse, dont on entend le fameux Séga Père Laval à la fin du documentaire, il est ému : «J’ai pleuré à la fin. Le père de mon épouse l’appelait Papa Laval. Je pense qu’on a tous une relation particulière avec lui et ce film rend bien hommage à cet aspect.»