Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Cannabis médical et récréatif, le «nouvel or» pour booster notre économie ?
  • Une fonctionnaire retrouvée morte au pied de l’Emmanuel Anquetil Building - Naushad Mooniaruth : «Mon épouse était harcelée moralement au travail»
  • JO 2020 : Floriane St-Louis officiera aux Jeux
  • Elle met au monde une petite fille après les décès tragiques de son fils et de son époux - Khushboo Gobin : «Je suis heureuse et triste en même temps…»
  • Maurice accueille à nouveau des visiteurs étrangers : la réouverture des frontières de tous les espoirs
  • Anne Murielle Ravina : les leçons de ma vie de Miss
  • Jeux olympiques 2020 : l’ambition de nos olympiens
  • Black Widow : Marvel déchaîne toujours les passions
  • Sur Netflix - Haseen Dillruba : quand la femme revendique ses droits
  • Tour de France 2021 - Alexandre Mayer : «Pogacar mérite sa victoire»

Alain Gordon-Gentil et son documentaire sur le Père Laval : informations et émotions

Il y a l’Histoire mais aussi la personne et ce qu’elle représente dans la société actuelle. Le 3 septembre, l’écrivain et réalisateur Alain Gordon-Gentil a présenté, en avant-première, son nouveau documentaire, Jacques Désiré Laval : un homme parmi les autres, au MCiné de Trianon. Les nombreux invités étaient, en tout cas, convaincus à la sortie de la salle.

 

D’abord l’incontournable Bruneau Laurette dont la présence a été très remarquée. «Beaucoup de personnes ne connaissent pas forcément l’histoire du Père Laval, tout en le priant. Je pense que ce documentaire nous éclaire beaucoup sur cela, avec tellement d’aspects abordés. Le mieux, je pense, c’est que ce film soit présenté au-delà de la projection en salles, vers des lieux où les gens ne vont pas forcément au cinéma», dit-il.

 

Puis, place à une critique plus scientifique du professeur et chercheur en linguistique, Arnaud Carpooran : «Étant de Ste-Croix, j’ai une connexion géographique et physique avec le Père Laval, si je peux me permettre. C’est un film très pertinent, sur le caractère sociologique et historique du Père Laval. Il est pertinent aussi lorsqu’il nous éclaire sur certaines réalités sociales d’aujourd’hui. Donc, à conseiller !»

 

Quant à Serge Lebrasse, dont on entend le fameux Séga Père Laval à la fin du documentaire, il est ému : «J’ai pleuré à la fin. Le père de mon épouse l’appelait Papa Laval. Je pense qu’on a tous une relation particulière avec lui et ce film rend bien hommage à cet aspect.»