Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Vente illégale de vieille ferraille, pollution, routes impraticables… : Les habitants de Rughooputh Lane, Quatre-Bornes, montent au créneau
  • Festival du Livre de Trou-d’Eau-Douce : trois bonnes raisons d’y aller
  • Champions de cross-country - Rencontre avec Sébastien et Christopher Bonnapen : deux frères, une seule passion
  • Yogesh Siraz, côté jardin
  • Santé oculaire : ENL sensibilise les pêcheurs
  • Sahib Meerhossen condamné à perpétuité après l’assassinat de Lara Rijs - Son épouse Nazmeen : «Santans-la tro lour»
  • Ces Mauriciens «so in love» de La Casa de Papel
  • Athlétisme - Charge provisoire de détournement de fonds : Vivian Gungaram accusé et soutenu
  • Met Gala : attention les yeux !
  • À Montréal : quand la vie se conjugue avec la Covid-19

«Voisin Voisine» : 20 ans déjà… et disponible en version numérique !

Le réalisateur veut faire découvrir la série aux plus jeunes.

Vous vous souvenez de Shane, Jonathan et toutes ces histoires romantiques qui prenaient place à l’île Maurice ? Non ? Oui ? Qu’importe, 20 ans plus tard, Gaëtan Essoo, le réalisateur de Voisin Voisine, premier feuilleton mauricien, produit par 5-Plus dimanche, a mis en ligne tous les épisodes des cinq saisons sur une chaîne YouTube. Celui, qui est rentré du Canada depuis 2015 nous en dit plus. 

Parlez-nous des débuts de ce projet de numérisation ?

 

Ma fille Gaëlle me relançait sans cesse dans le but de retrouver des traces des cinq saisons de ce premier feuilleton entièrement mauricien, réalisé il y a 20 ans. La MBC n’avait rien gardé et de toute façon, le format Betacam SP utilisé à l’époque était devenu obsolète. Il y a bien eu des cassettes VHS distribuées aux acteurs par 5-Plus dimanche, dirigé alors par Georges Chung, mais ce format était également obsolète. Après maintes recherches, j’ai fini par retrouver des copies DV que j’avais laissées chez mon fils Denis lorsque j’ai émigré au Canada il y a 15 ans. Ma famille et moi avons alors décidé qu’il fallait absolument garder les traces de cette réalisation retrouvée. Et afin d’éviter, ou du moins de retarder, l’obsolescence, nous avons choisi la numérisation et la mise en ligne gratuite de tous les épisodes.

 

Comment s’est fait le processus de numérisation ?

 

J’ai capturé les épisodes sur un disque dur et réalisé une copie de sauvegarde sur un autre disque dur. Puis, ma fille et moi avons créé une page Facebook et une chaîne YouTube pour héberger les cinq saisons.

 

Où voir ces épisodes numérisés ?

 

Les 65 épisodes des cinq saisons sont accessibles gratuitement sur la chaîne YouTube portant le nom Gessoo Productions (https://protect-za.mimecast.com/s/XmA3CMjgKLCzOl7tw_SLD). Par ailleurs, on peut retrouver sur la page Facebook Il y a 20 ans, Voisin Voisine, des extraits vidéo, des nouvelles et des partages inédits avec les anciens et nouveaux fans de la série.

Parlez-nous de l’émotion ressentie durant tout ce processus ?

 

Ce fut une replongée très sentimentale dans un univers que j’avais un peu abandonné. Beaucoup de nostalgie évidemment, surtout de retrouver certains qui nous ont quittés depuis, mais aussi beaucoup de fierté de voir, avec le recul des années, ce qu’une équipe dévouée de techniciens et d’acteurs avaient pu accomplir il y a 20 ans à l’île Maurice. Il me semblait que le produit avait bien vieilli et était toujours très présentable.

Que retenez-vous de l’expérience Voisin voisine en général ?

 

Voisin Voisine a été une belle aventure humaine du début de ce millénaire, rendue possible par la vision d’un homme, Georges Chung, et la résilience et la ténacité d’une équipe que j’ai eu le plaisir de diriger.

Quel a été le response après le dévoilement de ces épisodes numérisés ?

 

Nous avons partagé les liens avec une vingtaine de personnes, surtout les anciens membres de l’équipe, et nous avons été agréablement surpris du nombre de repartages et de réactions. À l’époque, plongé dans mon travail de réalisateur, je n’avais pas pris la pleine mesure de l’engouement qui avait entouré ce feuilleton. Aujourd’hui, sur les réseaux sociaux, les gens se rappellent encore avoir grandi dans une ambiance Voisin Voisine où il fallait faire attention à ne pas laisser le cari brûler sur le feu !

Et maintenant, what next ?

 

Je ne sais pas encore trop. D’un côté, l’engouement est tel que j’ai songé à réaliser une conclusion de la série, près de 15 ans plus tard. Les détails sont encore très flous à ce stade sur la forme et le fond d’une telle «conclusion», mais il ne s’agirait en toute vraisemblance d’un unique «long» épisode. Les anciens acteurs et actrices contactés sont pour la plupart très enthousiastes et j’aimerais bien essayer de terminer la grande aventure de Voisin Voisine en apothéose. Mais d’un autre côté, je n’ai pas encore réussi à trouver un producteur digne de ce nom et un canal de distribution viable, mais j’y travaille toujours. Ces deux prérequis sont essentiels à mes yeux.

 


 

C’est quoi déjà ?

 

Causant un buzz pas possible il y a 20 ans, la série Voisin Voisine, avec sa chanson interprétée par Sandra Mayotte et Désiré François accompagnés par Cassiya, a marqué toute une génération de Mauriciens. Si vous êtes jeune, demandez à vos parents, ils vous parleront de l’histoire d’amour impossible entre Jonathan, venant d’une grande famille aisée, et Shane, jeune femme de milieu modeste. Une série qui mettait bien avant la complexité de la société mauricienne et qui se terminait sur un cliffhanger qui laissait présager une suite…