• United Colors : Zulu annonce la couleur
  • Shotokan Martial Arts Federation (SMAF) : Couvre-feu sur les compétitions à l’étranger
  • Meurtre de Ritesh Gobin, 11 ans, en 2018 : le meurtrier présumé Sachin Tetree sur le banc des Assises
  • Kesweena Tacoorpersand et Uzma Peeroo : des femmes au cœur des chantiers
  • Manan Fakoo tué par balles : la terrible fin d’un homme au passé tumultueux
  • Zones d'ombre autour de la mort de Kanakiah et Kistnen : deux veuves à la recherche de la vérité sur la mort de leur mari
  • Décès du triathlète Jayrajsing Hazareesing au Morne | Son épouse : «C’était un homme exemplaire»
  • FA Cup | Man Utd vs Liverpool : dans l’oeil du cyclone
  • Lupin sur Netflix : Omar, voleur aimé et mal-aimé
  • Des mots et des manigances…

Un souhait pour mon île

2021 est déjà là.  Qui dit nouvelle année, dit aussi les vœux que nous adressons à nos proches et amis. Mais quel sont nos souhaits pour notre île Maurice au début de cette nouvelle année ? Parole aux Mauriciens…

Anaïs Heroseau, Chemin-Grenier : «Moins de drogue et de crimes»

 

«Ce sont deux fléaux qui marchent de pair et qui pourrissent notre île. Il est temps d’aller de l’avant avec des vrais plans d’actions pour éradiquer la drogue et réduire le taux de criminalité. Car c’est devenu tellement banal de nos jours de tuer, de voler ou de faire du trafic de drogue. En plus de pourrir notre société, ces fléaux entraînent nos jeunes dans des travers alors que nous avons besoin de cette génération pour l’avenir de notre île. Nous allons dans l’incertitude. D’où l’urgence d’agir et de traiter le problème à la source.»

 

Jason Mahalutchmoodoo, Souillac : «Une économie qui redémarre»

 

«Je souhaite que notre économie puisse reprendre de plus belle. Car avec la Covid-19, elle a pris un sacré coup et plusieurs secteurs en souffrent toujours. C’est pour cela que je souhaite qu’elle puisse redémarrer comme il se doit pour que ceux qui sont impactés puissent rebondir. Mais je souhaite aussi pour notre île qu’il y ait moins de haine et de racisme et que nous valorisions le savoir vivre comme enn sel lepep. Car les Mauriciens démontré plusieurs fois que lorsqu’ils sont solidaires, ils sont capables de belles choses. Nous devons l’être, surtout durant cette période difficile.»

 

Nancy Laverdure, Plein-Bois : «Encadrement des jeunes»

 

«Mon plus grand souhait, c’est que le gouvernement vienne de l’avant avec plus de projets pour l’encadrement des jeunes. Car ils sont nombreux à être touchés par la drogue, le chômage ou des familles détruites. Je souhaite aussi qu’il n’y ait plus de problème d’eau, d’accidents et de racisme. J’aimerais aussi voir la réalisation de plusieurs projets dans mon village où nous sommes livrés à nous-mêmes. Du côté de la politique, j’espère que nos voix seront entendues car même si nous sommes en 2021, nous avons souvent l’impression de ne pas être dans un pays démocratique.»

 

Jason Soobrayen, Piton : «L’unité»

 

«Que les Mauriciens prônent l’unité car rien ne semble marcher au niveau national. Tout comme le pouvoir fait bloc pour se protéger mutuellement quand il est dénoncé ou critiqué, le pays doit faire bloc quand on le souille dans une marée noire, ou qu'on le rajoute à une liste noire, quand ceux qui sont supposés nous protéger nous assassinent dans un champ de canne ou nous noient au large de Poudre d'Or par leur incompétence. Que chaque Mauricien, indistinctement, réalise qu'il n'y a qu'une majorité dans ce pays : une majorité de citoyens et une minorité de politiciens. Que cette prise de conscience extirpe l’île Maurice de la médiocrité, de la drogue et de la corruption institutionnalisée. En 2021, agissons ensemble au lieu de seulement réagir ou souffrir ensemble.»

 

Guillaine Rateau, Tyack : «Un toit pour tous»

 

«Je souhaite de tout cœur que l’année 2021 soit remplie de bonnes choses pour tous les Mauriciens. Mais surtout que les plus vulnérables puissent enfin avoir un toit pour eux. Car c’est une nécessité aujourd’hui que chacun ait sa propre maison et y soit en sécurité. Je souhaite aussi la santé à tous, surtout en ces temps où nous cohabitons avec le coronavirus.»