• Diabétiques : quelques conseils pour un hiver sans souci
  • Association féminine pour saisir l’avenir : un engagement citoyen et solidaire
  • Jocelyn Chan Low : «La jeune génération, sans doute en raison d'un avenir plus qu'incertain, est plus encline à contester le statu quo»
  • Accusé d’avoir comploté pour faire braquer la bijouterie de son époux - Reeta Moosahur : «Enn polisie inn zwe enn move rol ek mwa»
  • À ne pas rater : et de deux pour des grosses séries à venir !
  • Atypik Cafe : les «nanas» pas comme les autres d’Axel Surette
  • Accidents fatals à Belle-Vue Maurel, Sainte-Croix et Mahébourg : douleur et stupeur après la mort tragique de quatre personnes âgées
  • Héroïne, haschisch, cannabis… : une semaine riche en saisies
  • REVOLT : trois line ups pour un album métal
  • Priyadharshini Radha : d’amour et de pâtisserie

Un arbitre mauricien à la CAN 2021 - Shabneez Heeralall : «Mon époux, ma fierté»

Imtehaz Heeralall peut compter sur le soutien de son épouse même lorsqu'il est  à l' étranger.

Si la sélection mauricienne doit regarder de loin la phase finale de cette compétition, un de nos compatriotes est au cœur de l’action en sa capacité d’arbitre international. Son épouse s’est confiée à nous.

Le fruit d’un dur labeur et la grâce du Créateur. C’est comme ça que Shabneez Heeralall résume le parcours de son époux, qui représente le pays actuellement à la phase finale de la Coupe d’Afrique des nations (CAN), qui se déroule au Cameroun. Imtehaz Heeralall fait partie du corps arbitral qui a été choisi pour officier les matchs de cette compétition. Sa présence apporte un peu de baume au cœur des Mauriciens, qui attendent depuis 1974 la participation de la sélection nationale dans ce tournoi africain. Notre sifflet n°1 fait honneur au pays.

 

Notre compatriote, qui est à sa deuxième sollicitation dans une telle compétition, après celle de 2019, a eu l’occasion de se mettre en évidence mardi lors de l'entrée en lice du tenant du titre, l’Algérie, face à la Sierra Leone. Un match où les coéquipiers de Riyad Mahrez (capitaine de cette équipe qui évolue à Manchester City) ont pris un point (0-0). Sur le petit écran, un grand nombre de Mauriciens n'avait d’yeux que pour Imtehaz Heeralall. Ce dernier a passé un après-midi plutôt correct malgré la chaleur, et a servi deux cartons jaunes, l’un dans chaque camp.

 

Shabneez Heeralall et ses deux jumelles Sanaayah et Iyaanah n’ont pas raté une miette du match à leur domicile à Chemin- Grenier. «Je ne suis pas accro au football et normalement je ne visionne pas les matchs. Mais mardi j’étais devant mon poste rien que pour voir mon époux au lieu des joueurs. Mes filles étaient heureuses de voir leur père à la télévision et ce n’est pas tous les jours qu’elles vivent une telle expérience. J'étais stressée avant le match, car je sais que la chaleur est incommodante au Cameroun, mais cela n’a, nullement, perturbé Imtehaz Heeralall. Il a accompli sa tâche avec aisance et le soutien d’Allah», nous relate celle qui partage la vie de l’arbitre mauricien depuis 2012. Elle avoue qu’ils se parlent tous les jours.

 

Si cette aventure à la CAN fait la fierté des Mauriciens, Shabneez Heeralall doit s’habituer à la longue absence de son époux, lui qui est souvent sollicité pour les matchs en Afrique. «D’ordinaire, il se déplace pour quelques jours ou une semaine, mais, pour la CAN c’est six semaines. Il fait beaucoup de sacrifices pour arriver à ce niveau et je suis fière de lui. Avant son départ, il s’est assuré qu’on ne manque de rien à la maison en termes de provisions et autres. J’ai hâte qu’il rentre», ajoute notre interlocutrice.

 

Imtehaz Heeralall a mis le cap sur le Cameroun depuis le 1er janvier 2022 pour rejoindre les 63 autres arbitres retenus par la CAF pour ce tournoi. Avant lui, d’autres fils du sol avaient officié à une phase finale d’une CAN à l’instar d’Alain Lim Kee Chong, Ramlochun Sohun, Eganaden Cadressen ou Rajindraparsad Seechurn. Shabneez Heeralall souhaite que son époux fasse un bon parcours dans cette compétition. Cela serait un plus pour se rapprocher du Qatar pour la Coupe du monde 2022, le but ultime de notre arbitre. «Je sais que c’est son rêve d'être à une Coupe du monde. Il travaille beaucoup pour atteindre son objectif, d’autant qu’il est toujours appliqué, discipliné, ponctuel dans ce qu’il fait. Je prie pour qu’il puisse réaliser son objectif», confie cette mère de famille, qui suit l'actualité footballistique du côté du Cameroun assidûment.