• Ces «madam» derrière la Société Coopérative de Britannia
  • Kalpana Devi Koonjoo-Shah, ministre de l’Égalité du genre et du bien-être de la famille : «Toutes les femmes sont des frontliners...»
  • Étoile d’Espérance : la femme au cœur du combat
  • L’avocate Priyanka Gungah : pourquoi je me suis engagée au sein des «Avengers»
  • Contaminations à SKC Surat : deux jours tendus…
  • Le ministre de la Santé, Kailesh Jagutpal : «C’est une situation bien grave»
  • Plusieurs cas de Covid-19 recensés localement : les Mauriciens sur le qui-vive
  • Man City vs Man United : les faux frères
  • Super League : le GRSE Wanderers en plein suspense
  • Et Ramgoolam qui rit…

Subiraj Sobnauth tue son ami Akash Luttoo et l’enterre dans sa cour | Un cousin de la victime : «Kouma linn kapav fer sa ek so kamarad danfans ?»

Subiraj Sobnauth a fracassé le crâne de son ami Akash Luttoo avec un gourdin.

«Zordi, par so fot, enn fami net dan sok.» En effet, c’est le choc et la consternation chez les Luttoo, à St-Julien d’Hotman. Subiraj Sobnauth, un repris de justice qui est également toxicomane, a assassiné son ami d’enfance Akash Luttoo, avant de l’enterrer dans sa cour. Entre tristesse et incompréhension, un cousin de ce dernier témoigne.

«La vie a une fin, le chagrin n’en a pas», disait Charles Baudelaire. Les proches d’Akash Luttoo, âgé de 29 ans et mort dans des circonstances tragiques, ne diront pas le contraire. Ils étaient d’ailleurs présents en grand nombre le samedi 13 février, au domicile des parents du jeune homme, à Rama Krishna Mission Road, à St-Julien d’Hotman, pour lui rendre un dernier hommage.

 

La veille, la police a déterré la dépouille d’Akash Luttoo dans la cour de Subiraj Sobnauth, son «ami d’enfance», à Zilpa Lane, dans la localité. Le rapport d’autopsie indique que le jeune homme est mort suite à de graves blessures à la tête. Selon un cousin d’Akash Luttoo, ce dernier avait une fracture du crâne. «Subiraj inn tap li par deryer. Kouma linn kapav fer sa ek so kamarad ? Zot ti al lekol ansam», s’insurge-t-il.

 

Cette affaire éclate le 12 février, lorsque des policiers du poste de police de Camp-de-Masque se rendent à Zilpa Lane suite à une requête. Sur place, ils tombent sur une équipe de la CID de Brisée-Verdière. Peu après, les deux équipes surprennent  Subiraj Sobnauth qui comble un fossé fraîchement creusé dans sa cour. Intrigués, les limiers effectuent une fouille dans les environs et retrouvent des taches de sang. Pressé de question, Subiraj Sobnauth lâche : «Misie, mo ti pe kouver enn lekor dan sa trou-la.» La CID procède alors à son arrestation. Plusieurs unités de police sont mandées sur place dont des éléments de la SMF qui ont déterré un corps à une profondeur de 1m20. Il a été vite identifié comme étant celui d’Akash Luttoo.

 

Depuis ce drame, ses proches sont inconsolables. Difficile pour eux de croire, d’accepter, qu’une chose pareille a pu se produire. Akash Luttoo, un aide-chauffeur, a quitté sa maison le jeudi 11 février pour se rendre au travail mais il n’est jamais rentré chez lui par la suite. «Dimounn dan landrwa pe dir ki Akash pann gagn letan mem rant lakaz zedi-la. Li ti zwenn so bann kamarad kot enn laboutik. Zot inn bwar ansam. Linn al kot Subiraj apre pou kontign bwar. Laba mem ki linn mor», confie le cousin d’Akash Luttoo.

 

Subiraj Sobnauth est déjà passé aux aveux. C’est avec «enn bout dibwa», explique-t-il, qu’il a mortellement agressé son ami après une discussion. Une violente altercation aurait éclaté entre les deux hommes suite à une histoire d’argent. «Ti ena kas ek Akash sa zour-la. Bann vwazin pe dir zot tann Akash dir li : ‘‘To pou touy mwa akoz Rs 125-la ?’’ Ena vwazin ti mem telefonn la polis plizier fwa sa swar-la me zot pann vinn ditou. Zot inn telefonn ankor so gramatin kan zot inn tann JCB koumans fouy trou 5 h. Zot ti fini kone ena kitsoz ki pa bon», confie notre interlocuteur qui se demande pourquoi Akash est allé poursuivre sa partie de beuverie au domicile de son ami Subiraj ce jour-là.

 

Ce dernier ne jouit pas d’une bonne réputation à St-Julien d’Hotman. Ce Tent Builder a eu des démêlés avec la justice à plusieurs reprises. Il a notamment fait parler de lui en 2019, après avoir agressé un policier au couteau et lui avoir volé sa voiture. Il a également d’autres cas d’agression à son actif. Subiraj Sobnauth est également connu comme un accro aux drogues de synthèse. Il vivait seul depuis la séparation de ses parents. «Nou pa konpran kifer li sorti sak fwa lor kosion. Sa kalite dimounn-la so plas dan prizon. Zordi par so fot enn fami net dan sok. Pa fasil pou perdi enn zanfan koumsa. Nou touzour pa krwar seki finn arive. Akash ti ankor selibater. Li ti kontan enjoy so lavi. So papa, so mama ek so ti ser zame pann gagn problem ek li. Zame nou ti pou krwar pou ariv li enn zafer koumsa enn zour. Zame nou ti pou krwar ki so kamarad lekol pou fer enn zafer koumsa ek li. Zot inn deza travay ansam tou sa de-la», souligne notre interlocuteur.

 

À son incompréhension se mêle le chagrin. Et comme dirait Charles Baudelaire, «la vie a une fin, le chagrin n’en a pas»…