• Football : Cercle de Joachim concerné par une autre affaire
  • Le bénéfice du doute accordé aux tortionnaires présumés d'Iqbal Toofanny ] Sa veuve : «Cela ne veut pas dire que ces policiers sont innocents»
  • Double explosion à Beyrouth ] Salem Beydoun, consul honoraire de Maurice au Liban : «C’est un cauchemar»
  • Naufrage du Wakashio : un océan de chagrin
  • Hippisme - Barbé 2020 : White River : The Classic Winner
  • L’image d’un échec !
  • Cérémonie pour ceux décédés pendant le confinement - Jeff Clark : hommage à mon père
  • PatKat Professional Hairstylist : avec Patricia Kathan, ça décoiffe !
  • Elle l’avait projetée à terre lors d’une dispute : Vanessa Curpen écope de cinq ans de prison pour le meurtre de son bébé
  • Douleurs de l’hiver : Comment y remédier ?

Space and Sea by SpaceLand City : Un rêve… d’étoiles et de poussière d’espace

L’astronaute veut que Maurice soit la première île de l’espace.

Un astronaute à Maurice. C’est géant, non ? Surtout qu’il a décidé de mettre Maurice en orbite avec des projets out of this world.
 

«E.T téléphone maison…» Si depuis le chef-d’œuvre de Spielberg, vous souhaitez pédaler jusqu’à des planètes inconnues. Qu’il n’y a rien qui vous fasse plus rêver que d’aller planter des pommes de terre sur Mars (The Martian/Seul sur Mars, Ridley Scott). Ou alors que Star Trek, Star Wars et leurs sequels vous font fantasmer et font naître des étoiles dans vos yeux. Que Mars Attack vous fait sourire et que vous rêvez de suivre Batman sur sa planète… Alors, welcome to the other side ! Et si toutes ces conditions sont réunies, alors le lancement de cet article (façon fusée) peut se faire sans problème. Roger, Roger. On vous laisse entamer le décompte d’une voix assourdie… Désormais, nous sommes dans l’espace. La Terre apparaît au loin. Le temps se traîne et la gravité a disparu. Il est temps d’écouter le Dr Carlo Viberti. Le mec qui a un métier qui fait rêver les passionnés : astronaute ! Il a animé une conférence cette semaine, et a de grands projets pour Maurice.

 

Bon, on va casser l’ambiance. Retour sur terre. Direction le Wave Lounge à Albion. Là, où ce mardi 19 novembre, The Aeronautical Society of Mauritius et le Café Scientifique de Maurice ont un invité de taille ! Le Dr Carlo Viberti, ingénieur et astronaute, fondateur et CEO de SpaceLand, basé en Afrique du Sud, et de SpaceLand City qui s’est implémenté à Maurice. La sommité dans son domaine est venue avec un but bien précis : partager les grandes lignes de son projet pour Maurice. Si, pour l’instant, il ne s’agit que de rêves, plus ou moins concrets, Carlo Viberti y croit. Reste que, dit-il, le gouvernement mauricien doit s’engager à ses côtés. À la fin de sa conférence, il nous a confirmé que les autorités locales n’avaient pas encore réagi à sa demande la plus incroyable…

 

Celle de faire de Maurice, en transformant une partie de l’aéroport, une zone de départ de fusée. Mais pour des missions d’exploration ultra-scientifiques. Mais bien en un «commercial tropical spaceport». Huit mois de voyage pour découvrir Mars ; ça fait sympa sur une brochure, non ? Mais pour l’instant, il est inutile de s’emballer : «Nous avons obtenu la licence des autorités américaines. Elle est valide jusqu’en 2022. Il ne reste qu’au gouvernement mauricien d’approuver le projet. Et ce n’est pas chose facile parce que l’aéroport est une zone publique.» En attendant que les grandes manœuvres aboutissent… ou pas, Carlo Viberti a un projet qui est plus ancré dans le présent. Même s’il garde la tête au-dessus des nuages : «Maurice sera la première île de l’espace», confie l’homme qui a passé plus de temps en apesanteur que Juri Gagarin (le premier homme à avoir voyagé dans l’espace) et qui détient de nombreux records mondiaux à la NASA.

 

Comment ? En téléportant notre île quelque part entre une galaxie et un trou noir… Pas tout à fait. Le projet de l’astronaute est de créer un centre dédié à l’espace dans l’île : «Nous sommes basés en Afrique et nous souhaitions nous développer dans un pays avec un bon système démocratique, une économie stable et un climat assez doux.» Et il l’a annoncé, lors de sa conférence : un terrain a été trouvé pour la réalisation de la phase 1 de son projet mauricien (la phase 2 étant son agrandissement, et la phase 3 concerne l’aéroport). Reste, encore une fois, à convaincre les autorités locales : «Pour la phase 1, je suis très confiant.» En quoi consiste cette chose pas encore tout à fait identifiée et qui a le soutien de l’Union européenne ?

 

Un bâtiment en phase avec le respect de l’environnement, mais aussi une «station Mars» qui rappellerait les conditions de vie sur la planète rouge. Là où les Mauriciens et les touristes pourront vivre l’expérience de l’absence de gravité, que ce soit celle qui se vit sur Mars ou sur la lune. C’est une des expertises de SpaceLand, reconnue mondialement. Une sacrée expérience que l’astronaute explique, ce jour-là, à travers des vidéos. Les termes sont complexes, l’anglais, teinté d’italien, pas si facile à comprendre mais les images parlent d’elles-mêmes. On y découvre cette banane épluchée qui tourne, comme en orbite. Ou alors cette eau qui refuse de sortir de sa bouteille, sans gravité. Pour boire dans l’espace, «il faut manger», précise l’expert. Car l’eau, quand la bouteille est pressée, sort en bulles compactes. Si la phase 1 aboutit, il sera, donc, possible de vivre cette attraction chez nous.

 

Mais il s’agit là d’une offre qui ne se limite pas au divertissement. Les enjeux sont à la hauteur des investissements (plus qu’importants, on l’imagine). L’espace pourrait devenir un nouveau pilier de l’économie, un nouvel envol du développement, explique l’ingénieur. Et pour que Maurice et les Mauriciens soient partie prenante de ce projet phénoménal qui se nourrit de la fascination pour l’espace, Carlo Viberti a pensé à tout. Pour cela, il faudra former les Mauriciens – «je veux un partenariat avec l’UTM» –, travailler avec ceux qui actuellement ont les connaissances et œuvrer pour la désignation de deux astronautes mauriciens  – «un homme et une femme» – pour une «all-African sub-orbital research flight». Il voit encore plus loin, parle de milliards pour l’industrie du tourisme : «À chaque décollage de fusée, le monde entier veut être présent.» D’éducation pour nos enfants et de secteur en pleine expansion, créateur de jobs et de passion.

 

Et des avancées considérables en médecine, bénéfiques pour tous les Mauriciens, à travers la biomédecine : «L’astronaute en apesanteur perd des tissus et des os. Alors ce que nous mangeons, ce que nous utilisions comme traitement peut servir à ceux qui souffrent de problèmes d’os, par exemple.» Toute une panoplie de choses à découvrir et à essayer. Mais également tout un rêve d’étoiles et de poussière d’espace…