Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5-PLUS DIMANCHE

Pendant cette période de confinement, profitez de 5-Plus Dimanche, l’express, Business Mag, Weekly, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

  • Destroy All Humans : remake du troisième type
  • Une nouvelle équipe du CCID enquête sur l’assassinat de Michaela Harte
  • Ladypreneur Hub : la belle entraide des femmes entrepreneurs
  • Toutous errants : comment leur tendre la main
  • L’accident de Roche-Bois fait une seconde victime - Giovanni, le frère de Jonathan Etienne : «Il nous a quittés bien trop vite»
  • L’affaire Cercle de Joachim : la police entre en jeu
  • Quinze mois de prison pour un chauffard ivre qui a tué deux personnes : les proches de Yan Vallet et Leelawtee Sookaye, entre tristesse et révolte
  • Naufrage de Wakashio : les «bai looke» de la mer...
  • Sur Netflix - Claudia Lebon : ma participation au documentaire «Inside The World’s Toughest Prisons»
  • Revers pour le droit de retour - Chagos : la déception comme arme…

Son fils Yohan, 17 ans, fait une overdose de drogue synthétique - Linda : «Bann trafikan bizin aret fer larzan lor kadav zanfan dimounn»

 «Mo dir bann zenn pran kont seki pe arive. Enn ta pe mor ek sa simik-la», interpelle cette mère de famille.

Son chagrin est indescriptible. Et à celui-ci se mêle la révolte. Linda Lucien a perdu son fils Yohan, 17 ans, des suites d’une overdose. Elle témoigne.

Comment vivre sans lui ? Comment surmonter la douleur de perdre un enfant ? Pour l’heure, Linda Lucien n’a pas les réponses à ces questions. Et à ses interrogations se mêlent le chagrin et la colère. Son fils Yohan, qui avait fêté ses 17 ans le 24 mai, est décédé d’une overdose de drogue synthétique dans la soirée du samedi 11 juillet. Mais ce n’est que le lendemain que l’horreur a été constatée. Mandés sur place, à L'Agrément, Saint-Pierre, des policiers ont retrouvé l’adolescent allongé sur le dos, sur son lit. Le rapport d’autopsie indique que Yohan a succombé à un acute pulmonary and cerebral oedema provoqué par une overdose. Ses funérailles ont eu lieu le lendemain à l’église de St-Pierre.

 

Pour sa mère Linda, Yohan était un «bon garçon» mais il avait de «mauvaises fréquentations». «Get linflians kamarad kot inn amenn mo garson zordi ! Mo zanfan fini mor. Enn fami pe soufer. Fer mari sagrin seki finn ariv mo garson. Enn sok terib sa. Nou fami revolte. Bann trafikan bizin aret fer larzan lor kadav zanfan dimounn. Boukou zenn pe mor ek sa ladrog simik-la. Li pa lozik ki enn mama anter so garson», s’insurge-t-elle. Elle revient sur les événements qui ont précédé la découverte du corps de son fils.

 

Le samedi 11 juillet, Yohan, qui vivait avec sa mère et son beau-père depuis le divorce de ses parents, est rentré à la maison vers 22 heures, dans un état second. «Li ti paret sou», se souvient Linda. L’adolescent, issu d’une fratrie de cinq enfants, explique alors à sa mère qu’il a bu une bière avec un taux supérieur en alcoolémie ce soir-là, avant d’aller prendre un bain. «On a parlé un peu. Il a chanté aussi avant d’aller au lit. Yohan était très doué pour la musique et caressait le rêve de sortir un album. Il faisait du dancehall», confie Linda. «Dernie zafer monn tann li dir mwa, se ‘‘je t’aime maman’’.»

 

Mais le lendemain, vers 7h15, elle a eu le choc de sa vie en découvrant son fils, inerte sur son lit. «Je savais qu’il y avait un problème car il avait beaucoup bavé. J’ai alors demandé de l’aide à mon compagnon qui est First Aider. Il a tenté, en vain, de réanimer Yohan avec un massage cardiaque. Mon fils avait déjà rendu l’âme lorsque le personnel médical est arrivé», raconte Linda, effondrée. «Lavey, linn koze ek badine normal. Monn al fouy dan so pos me mo pann trouv nanye. Sa bann dernie semenn-la, li ti pe zis fim sigaret ek bwar enn ti la bier. Avan, mo garson ti dan simik. Li ti mem al dan enn sant dan le Nor an desam. Li ti fer trwa semenn laba avan retourn lakaz. An zanvie, li ti zwenn enn psykolog. Li ti dir li ki li ti koumans fim simik laz 13 an.»

 

Après ce séjour en centre de désintox, Yohan, qui travaillait comme aide-maçon, retourne à la maison, changé, selon sa mère. «Li ti fini aret droge kan linn sorti dan sant-la. Sa mem ki fer mwa res bet kan monn aprann ki li finn fer enn overdoz. Li ti ena boukou kamarad. Li ti bien popiler. Li pa ti vakabon nanye. Zame pann gagn problem ek li dan lakaz. Li ti bien respekte dimounn me so bann frekantasion pa ti bon ditou», avance Linda.

 

La consommation de drogue synthétique a toutefois eu des effets néfastes sur la santé du jeune homme. Admis à l’hôpital après avoir fait un malaise à l’arrière de sa maison, les médecins découvrent qu’il souffre de l’urée, d’hépatite et de diabète. Il commence alors un traitement à l’hôpital Jeetoo. «Li ti ena rande-vou lopital lavey so lamor me li pa ti ale», confie Linda qui lance un appel aux jeunes et aux parents : «Mo dir bann zenn pran kont seki pe arive. Enn ta pe mor ek sa simik-la. Mo dimann bann paran pa rezet zot zanfan parski bizin enkadre zot bien. Mo ena enn ti mesaz pou bann trafikan. Larzan ale vini sa me lavi zanfan non. Eski bann trafikan zot konsians kler ? Mo bien tris mo pann resi sov lavi mo garson. Seki rann mwa pli tris ankor, se ki enn kamarad mo garson, Winsley, inn mor li osi par overdoz (voir hors-texte).»

 

Encore un jeune victime de drogue synthétique, malgré les nombreuses initiatives prises par la police et différentes instances afin de sensibiliser le public aux ravages de cette substance illicite.

 


 

La situation à Saint-Pierre inquiète

 

Cinq. C’est le nombre de jeunes qui seraient décédés par overdose après avoir consommé de la drogue synthétique, à Saint-Pierre, en quelques mois. Yohan Auriant et son ami Winsley Monique sont les deux derniers en date. Le 1er avril 2019, Muhammad Ali Hassam Powtoo, un policier affecté à la Special Mobile Force, avait été retrouvé sur l’asphalte, dans une ruelle, à Circonstance. Le rapport d’autopsie indique que ce jeune homme de 25 ans a succombé à un oedème pulmonaire provoqué par une overdose. Avant lui, deux autres jeunes de la région sont également décédés suite à une overdose. Le nom d’un présumé trafiquant circule avec insistance dans le village. Les habitants ne comprennent pas pourquoi il n’est jamais inquiété par la police.

 


 

Décès d’un autre jeune après avoir consommé de la drogue de synthèse

 

Jean Marc Monique a assisté à trois funérailles en un mois. Le dernier en date est celui de son fils Winsley. Ce jeune homme de 20 ans est mort d’un acute and cerebral pulmonary oedema provoqué par une overdose de drogue de synthèse. «Mo garson ti disparet lor 8e zour lamor mo papa. Inn gagn so kadav six zour plitar. Mo papa ti mor lor 8e zour lamor enn nies. Mo fami net afekte», explique ce maçon de 44 ans.

 

Winsley travaillait comme aide-maçon, tout comme son «bon kamarad» Yohan, également mort des suites d’une overdose. «Monn gagn enn sok kan monn apran lamor Yohan. Li ti la zour lamor mo garson. Li ti bien donn koudme», confie Jean Marc.

 

Cet habitant de cité Sainte-Catherine, à Saint-Pierre, avait signalé la disparition de son fils cadet Winsley à la police, le 3 juillet. Le corps de ce dernier a été retrouvé en état de décomposition avancée quatre jours plus tard, non loin d’un lieu de prière à l’avenue Citroën, à Saint-Pierre. Laissant Jean Marc dans l’incompréhension.

 

Pour lui, son fils «ti bien trankil» : «Je n’ai jamais eu de problèmes relationnelles avec lui. Il avait beaucoup d’amis. J’ignorais cependant qui il fréquentait, sauf Yohan qui habite pas très loin de chez nous. Je ne sais pas si mon fils et lui se droguaient. Je croyais qu’ils fumaient des cigarettes uniquement et buvait des bières, comme beaucoup de jeunes de cet âge.»

 

Winsley était toutefois fiché à la police, admet Jean Marc : «Linn deza gagn de case la polis pou vol me so ka pa ti grav. Seki pe plis fatig mwa, se kouma mo garson inn retrouve pre kot sa kalimay-la. Li pa abitie al dan sa landrwa-la. Pena lakaz laba. Lontan ti ena enn kan me nepli ena personn laba aster. Mo pou les mo latet poze impe avan al donn enn depozision la polis lor sa size-la.»