• Sahill Persand, 21 ans, meurt dans l’incendie de sa voiture en janvier - Ses parents : «Ena boukou kitsoz lous kinn deroule dan sa zafer-la»
  • Championnats d’Afrique d’haltérophilie jeunes et juniors : une troisième couronne africaine pour Khelwin Juboo
  • Décès du chanteur de «Gangta's Paradise» - le Mauricien Judex Rose : «Le jour où j'ai partagé la scène avec Coolio»
  • Sooraj Laljee en détention pour trafic humain allégué : son épouse l’accuse ; ses proches parlent de «coup monté»
  • Elle est sélectionnée pour l’OplinePrize International - L’artiste Vidya-Kelie, d’origine mauricienne : «Votez pour moi !»
  • [ PUBLI-REPORTAGE ] Use heart for every heart
  • Son nouvel album lancé en exclusivité et en live au J&J Auditorium - Mickaël Pouvin : «Je veux encore toucher le cœur des Mauriciens»
  • Agression sanglante à Résidence Barkly : comment j’ai échappé à une tentative d’assassinat à l’arme blanche
  • Spectacle de Norah Fatehi : le bonheur des sept Mauriciens qui danseront avec elle
  • Yuvan Sungkur, le faux avocat démasqué - Me Sanjeev Teeluckdharry : «Il a trompé beaucoup de monde, je ne comprends pas comment…»

Simon Sophie, 24 ans, meurt par balle lors d’une partie de chasse - Shania, sa compagne : «Linn ale ek sekre so lamor»

 Le jeune homme souhaitait fonder une famille ; il rêvait d’avoir une fille.

Cet habitant de Bambous, plus connu sous le sobriquet de Titone, a succombé à une grave blessure à la cuisse droite lors d’une partie de chasse avec son oncle, à Sébastopol. Toutefois, ses proches sont intrigués par les circonstances entourant ce drame. Récit.

Il venait de terminer la construction de sa maison. Et avec sa compagne, il comptait bientôt fonder une famille. D’ailleurs, Simon Sophie se voyait déjà avoir une petite fille. Cependant, le destin en a décidé autrement. Le jeune homme de 24 ans, plus connu sous le sobriquet de Titone, a connu une fin tragique le dimanche 4 septembre. Ce jour-là, cet habitant de Bambous a succombé à une blessure par balle à la cuisse droite lors d’une partie de chasse à Sébastopol. Le rapport d’autopsie indique qu’il a succombé à une «gun shot wound to the right thigh». Les funérailles de ce jeune bûcheron ont eu lieu le mardi 6 septembre.

 

La police a déjà procédé à l’arrestation d’un suspect dans cette affaire, soit Jimmy Sophie, l’oncle paternel de la victime. Ce dernier, âgé de 47 ans, fait l’objet d’une accusation provisoire de murder devant le tribunal de Flacq. Selon les dires de Jimmy Sophie, un coup de feu se serait déclenché accidentellement lorsqu’il aurait glissé en courant derrière un gibier, touchant son neveu à la jambe. Toutefois, les proches de Simon Sophie s’interrogent… Notamment sa compagne Shania Foolchand, 25 ans, et sa mère Murline Sophie, 50 ans, complètement abattues depuis ce terrible malheur. Toutes les deux sont dans le flou total concernant les circonstances entourant la mort du jeune homme.

 

Le jour fatidique, ce dernier avait pris la route vers 12h30 à bord de la voiture de son oncle Jimmy, en compagnie d’un autre ami de la localité. «So tonton-la res a kote nou. Zot ti kit mwa lor bis stop avan pran la rout pou al Sebastopol. Mo ti pe al kot mo mama Beaux-Songes. Monn telefonn li zis apre, ver 13h05. Mo pa rapel ki landrwa li ti dir mwa zot inn arive me mo rapel selma ki zot pa ti ankor ariv dan sase-la. Ti ena plizir sign sa zour-la ki ti pou ena enn maler», se souvient Shania.

 

Elle dit alors avoir tenté de décourager son compagnon de partir à la chasse ce jour-là, sans succès. «Mo ti dir li pa bizin ale sa zour-la me li pa finn ekout mwa. Li ti sipoze ale gramatin boner. Mo ti fini tegn tou so bann alarm pou li pa resi lev boner me zis sa zour-la mem so tonton inn desid pou al lasas tanto. De semenn li pa ti ale akoz fatig travay. Ofe, zis dan dimans ki nou gagn letan pou nou parski lezot zour nou travay. Linn dir mwa li pe bizin ale pou al rod enn kari pou nou manze so aswar. Si li ti ekout mwa, kitfwa li ti pou ankor la mem ek mwa zordi», se lamente Shania.

 

La mauvaise nouvelle

 

La jeune femme raconte qu’elle a reçu un premier appel téléphonique vers 17h15 d’une des sœurs de son compagnon, l’informant que «Titone inn blese» et qu’il fallait se rendre à l’hôpital de Flacq pour avoir de ses nouvelles. À ce moment-là, Shania se trouvait toujours chez sa mère, à Beaux-Songes. L'atroce nouvelle est tombée vers 18 heures, alors qu’elle venait de rentrer chez elle, à Bambous : «Mo belser la mem kinn dir mwa ki Titone inn fini mor. Madam so tonton-la inn vinn get mwa apre pou dir ki enn erer inn arrive, ki Titone inn glise lor enn falez ek inn tombe.»

 

Néanmoins, la jeune femme confie avoir eu des doutes… Elle a alors passé un coup de fil à la tante paternelle de son compagnon : «Monn gagn enn lot version. Linn dir mwa ki Jimmy inn glise, bal inn ale ek bles Titone.» Shania a quand même des doutes quant à cette version, tout comme Murline, sa belle-mère. «Nou tro dan flou», s'insurge la quinquagénaire. «Titone inn ale ek sekre so lamor», renchérit Shania. «Ziska ler nou pa kone ki version ki vre. Kifer bann-la pann amenn Titone lopital Flacq sa zour-la ?» s’insurge-t-elle. Murline se pose aussi des questions : «Eski bal kinn touy mo garson-la sorti dan fizi Jimmy vremem ? Nou anvi konn sa parski ena tro boukou zafer bizar dan sa lamor-la.»

 

Le jour fatidique, vers 21h10, le personnel de l’hôpital de Pamplemousses a informé les autorités d’un cas de mort par balle. Selon la police, la dépouille de Simon Sophie a été transportée dans l’établissement hospitalier par un homme de 65 ans habitant Morcellement St-Antoine, à Petit-Village, Goodlands, un soudeur de 49 ans habitant Quartier-Militaire et Jimmy Sophie, l’oncle paternel de la victime. Ce dernier a déclaré à la police que son neveu a été blessé par balle accidentellement au terrain de Chasse Cacaotier, à Sébastopol. «Eski Jimmy pe kouver kikenn ? Nou anvi kone kinn arive vremem. Mo pa pou kapav pardonn li zame. Mo finn pas tro boukou bon moman ek Titone», lâche Shania qui n’a que des mots élogieux pour son compagnon. «Il a toujours été très doux, souriant, jovial et populaire. Il était aussi un bon vivant. Il aimait l’aventure et la nature.»

 

«Rev so papa»

 

Simon Sophie et Shania Foolchand étaient en couple depuis sept ans mais vivaient ensemble depuis six ans. «Li ti pe kwi ek netwaye. Mo pa ti ena preske nanye pou fer. Li ti tret mwa kouma enn la prinses. Titone pa merit enn lamor koumsa», regrette la jeune femme. Son compagnon et elle projetaient d’avoir un enfant avant la libération du père de Simon Sophie : «Rev so papa sa. Sak fwa li ti fatig nou ek sa.» En effet, Nelson, le père de Simon Sophie, purge actuellement une peine de quatre ans de prison pour des raisons que Shania Foolchand dit ignorer. «Nou ti anvi donn li enn ti zanfan kan li pou retourn lakaz. Titone ti anvi gagn enn tifi.»

 

Le départ du jeune homme, troisième d’une fratrie de sept enfants, laisse également un grand vide dans le cœur de sa mère. «Li mem ti pe met lambians dan lakaz. Si finn ena kitsoz lous, Bondie pou fini par fer la verite eklate», avance Murline qui confie avoir observé des changements chez son fils quelque temps avant sa mort. «Sa ousi enn lot sign. Fer de mwa depi ki linn koumans pran distans ek mwa ek ousi lezot fami.»

 

Qu’en était-il de la relation entre Simon et Jimmy Sophie ? D’après Murline et Shania, ils ont toujours été très proches. «Ti frer so papa sa. Zot al lasas ansam dan Sebastopol sak semenn», explique Murline. Cela fait deux ans que son fils a commencé à fréquenter ce terrain de chasse. «So tonton ti get li pou al laba. Kan pa sezon lasas, Titone fer netwayaz. So travay se koup zarb ek fer sime pou bann saser gagn fasilite apre. Kan ena lasas, li abitie fer tourner. So travay se kriye pou fer bann zanimo-la al dan direksyon bann saser-la. Monn deza al dan sa terin lasas Sebastopol-la. Mo pa ti trouv falez laba. Akoz sa li difisil pou mwa aksepte bann mansonz ki nou finn tande», lâche Shania.

 

Simon avait mis fin à sa scolarité après la Form I. «Li pa ti kontan aprann», explique sa mère. Mais le jeune homme a toujours gagné sa vie à la sueur de son front et a toujours trouvé le courage nécessaire pour surmonter les épreuves, souligne-t-elle. «Linn deza manke mor. Premie fwa, li ti lor motosiklet ki ti kraze total los. So zepol ti zis debwate. Li ti ena 18 an. Fek-la, dan mwa desam, so lame ti koupe ek tronsonez. Ti bizin koud li. 16 pwin ti ena. Li pa finn ena sans sa kout-la. Sirkonstans so lamor mari fatig nou selma. Inn gagn enn sort, enn T-shirt ek enn per bot ki ti ena tras disan dan lasas. Pou ki sannla sa sort-la ? Parski Titone pa ti met sort kan li ti kit lakaz sa zour-la», lance, pour sa part, Shania.

 

Si récemment, soit le 6 août, la jeune femme et les proches de son compagnon s’étaient tous réunis pour fêter les 60 ans d’une proche, aujourd’hui, regrettent Shania et Murline, la famille est divisée suite à ce drame.

 


 

Un fusil de chasse «Savage» soumis à des analyses

 

Lors d’une perquisition au domicile de Jimmy Sophie, la police a mis la main sur un fusil de chasse de la marque Savage. 16 balles de calibre 12, plus connues comme bal fane, ainsi que 30 balles de calibre 308 ont été recueillis pour les besoins de l’enquête.

 

La police s’est également rendue sur le lieu du drame, avec des éléments du Scene of Crime Office et ceux du Forensic Scientific Laboratory. Sur place, ils ont mis la main sur un pantalon noir à rayures orange, un short noir avec deux points d’entrée sur le côté droit, 12 cartouches vides et une paire de bottes en caoutchouc. Les policiers de la criminelle ont également remarqué des traces de sang sur place. Interrogé, Jimmy Sophie a déclaré aux enquêteurs que «bal-la in ale kan monn glise».

 

Pressé de questions, le propriétaire du terrain de chasse a, quant à lui, expliqué qu’il a tout fait pour tenter de sauver la vie de Simon Sophie. Il fait d’ailleurs partie de ceux qui ont conduit le jeune homme à l’hôpital après le coup de feu. À ce stade de l’enquête, la police privilégie la thèse accidentelle. Une enquête est toutefois toujours en cours pour faire la lumière sur cette triste affaire.