• Consommation : les petits business en mal… d’œufs
  • Women Entrepreneur Awards 2024 : le défi de Kirti Sheonarain
  • Jeux olympiques & paralympiques : la France dans les starting-blocks
  • Il a joué dans «Indiana Jones», «The Walking Dead», «Fiasco» et «La Recrue» : les vacances mauriciennes de l’acteur Ethann Isidore
  • Deadpool & Wolverine : les super-héros Marvel s’amusent
  • Il a été jugé coupable du meurtre de Vanessa Lagesse après 23 ans : débats chargés d’émotion autour de la sentence de Bernard Maigrot
  • Jeux olympiques 2024 : nos athlètes en mode conquérant
  • Elle crée une cagnotte en ligne et a recours à l’expertise étrangère pour soigner son enfant gravement malade - Isabel Alves : «Je vais défoncer toutes les portes pour sauver mon fils»
  • La Mauricienne Kamla Beechouk, 62 ans, tuée chez elle à La Réunion - Sa meilleure amie Françoise Virama : «Elle était tout pour moi»
  • Adrien Duval nommé Speaker : analyses autour d’une «stratégie digne d'un jeu d'échec»

Sherry Singh lance One Moris : une plateforme «sociopolitique» qui doit convaincre

L'ancien CEO de MT revient après un «pèlerinage politique».

Une île unie. Avec le regard tourné vers l’avenir. One Moris ; c’est comme cela que Sherry Singh voit son pays. Il a partagé sa vision de Maurice et le nom de sa plateforme (qui a provoqué une mini polémique car il est déjà utilisé par une ONG) qu’il a qualifié de «sociopolitique», le jeudi 23 février. 

Une première étape «pour aider», dit-il : «Si des personnes sont intéressées et le font savoir, nous pourrons opter pleinement pour la politique.» Il a donc fait un appel au ralliement, lors de sa présentation. Les révélations de l’ancien CEO de Mauritius Telecom sur l’affaire de sniffing sur le réseau Internet local à Baie-Jacotet avaient fait grand bruit il y a quelques mois. Aujourd’hui, reste à savoir s’il convainc…

 

L’entrée dans l’arène s’est avérée plutôt «timide», estime un observateur politique, assez positif face à ses actions au moment de sa démission de MT mais qui, depuis, semble avoir revu sa copie. Un «non-event» presque, estime-t-il : «Il parle bien mais qu’est-ce qu’il apporte de plus ? Lui ? Son bagout ? Où est le tsunami ? Il s’est présenté seul comme s’il était le produit de l’année, qu’il allait provoquer un enthousiasme sans précédent. Ce n’est pas ça que nous attendons. Il ne faut pas oublier que pendant des mois, il a été absent.» Sherry Singh, lui, s’est expliqué sur ce «silence» : il a fait un pèlerinage politique, il a rencontré les Mauriciens, dit-il, pour tâter le pouls de la population, «dan kat kwin lil».

 

Et il en a découvert des choses ; que la population avait du mal à joindre les deux bouts, que certaines familles n’arrivaient pas à manger à leur faim, qu’elles trouvaient que faire de l’avancement était compliqué et que la fourniture d’eau était une catastrophe. Que les Mauriciens/nes devraient travailler «pli dir pou resi». Dans sa vision, il a évoqué l’écologie, la méritocratie ou encore le progrès, dans le respect de tous/tes. Sherry Singh a eu les mots qu’il fallait pour certains/es. Il représente l’alternative. Louis Dominique Seedeeal, plus connu comme Darren L’Activiste, estime qu’il faut «donn li so sans». Et Ingrid Charoux, proche de Bruneau Laurette, a, elle, dit toute son appréciation pour cette plateforme.

 

Du côté du MSM, One Moris fait plutôt sourire, assure-t-on. «Sa présentation, c’était un show. Un drom vid. Il fallait qu’il fasse quelque chose. Maintenant, c’est fait. Et c’est fini», déclare un membre du parti au pouvoir. Selon lui, Sherry Singh ne fera pas plus. Ne pourra pas faire plus. Mais être un adversaire politique, plus qu’un ancien allié déchu, lui confère une certaine aura dont il pourra se servir : «Il pourra se servir de la carte de la persécution, non ? C’est beaucoup plus pratique.» Derrière Sherry Singh, néanmoins, il y aurait beaucoup plus de soutien qu’il n’y paraît, estime un de ses anciens collaborateurs : «Je pense qu’il peut faire la différence. Il faut lui donner le temps, à lui et à sa vision.» Celle d’une île unie.