• FA Cup | Man Utd vs Liverpool : dans l’oeil du cyclone
  • Lupin sur Netflix : Omar, voleur aimé et mal-aimé
  • Des mots et des manigances…
  • Mais qui sont Hansel et Gretel… d'«Hansel and Gretel» ?
  • Enquête judiciaire sur la mort de Soopramanien Kistnen : Les révélations fracassantes de Pooveden Subbaroyan
  • Sharon Dukhi, 29 ans, meurt à l’hôpital à cinq mois de grossesse | Nitish : «J’accuse le personnel soignant d’avoir laissé mourir ma femme»
  • Shehad Calluchun, 15 ans, succombe à ses brûlures après une fuite de gaz | Son père Mozaheed : «Nou aksepte sa desizion Bondie-la mem si li bien dir»
  • Quand Linzy et Elijah revisitent «Le roi lion»
  • J’aime/J’aime pas | Bridgerton sur Netflix : sex-appeal contre toxicité
  • Vol avec violence dans la capitale | Celui qui a maîtrisé le malfrat : «Je voulais seulement aider la victime»

Scandale Angus Road : l’opposition accentue la pression

Pour Paul Bérenger et Navin Ramgoolam, Pravind Jugnauth se cache derrière l'ICAC.

La polémique Angus Road continue de monopoliser l’attention. Alors que Pravind Jugnauth a choisi de jouer la carte du silence, l’opposition ne lâche rien et réclame la transparence sur les dessous de cette affaire. 

La controverse entourant l’achat d’un terrain par Pravind Jugnauth à Angus Road, Vacoas, au coût de Rs 20 millions en 2008, continue de faire couler de l’encre. La séance parlementaire du mardi 3 novembre a d’ailleurs été particulièrement houleuse après la Private Notice Question (PNQ) du leader de l’opposition, Arvin Boolell, qui était axée sur l’acquisition des terres à Angus Road. Question à laquelle le Premier ministre a refusé de répondre, affirmant qu’il ne pouvait divulguer aucune information, une enquête étant en cours.

 

Pour rappel, le 7 août, Roshi Bhadain, leader du Reform Party, avait révélé, lors d’un congrès, qu’un terrain de 7 023 m2 aurait été acheté à Angus Road, Vacaos, par un Mauricien installé en Grande-Bretagne, avant d’être transféré plus tard aux noms des filles Jugnauth. La polémique a repris de plus belle en octobre, suite à des révélations du journal l’express, ce qui n’a pas manqué d’attiser la colère du Premier ministre. «Roshi Bhadain ek l’express zot pou tann parle de mwa biento. Nek atann zot pou gete. Dimounn fer tout sort kalite alegasion, dir tou kalite foste. Mo pe rasanble tou eleman ki bizin, dimounn pou trouve», a-t-il déclaré le 27 octobre. Roshi Bhadain est revenu à la charge il y a quelques jours, en lançant un défi à Pravind Jugnauth. À travers une vidéo postée sur sa page Facebook, il a réclamé un face-à-face au PM pour qu’il vienne s’expliquer sur cette affaire.

 

Devant le silence de ce dernier, l’opposition, elle, ne compte rien lâcher et a bien l’intention de maintenir la pression jusqu’à ce que la lumière soit faite sur cette affaire. Pour Paul Bérenger, Pravind Jugnauth a utilisé le fait qu’il y ait une enquête de l’ICAC pour ne pas répondre aux questions qui lui étaient adressées. Selon lui, le speaker a également protégé le PM, alors que de nombreuses questions restent en suspens. «C’est éloquent et inacceptable. Nous n’allons pas arrêter de réclamer la vérité sur l’affaire Angus Road. Il y a beaucoup de zones d’ombre. J’ai moi-même des copies de reçus de Pravind Jugnauth qui a remis des sommes à Bel Air Sugar Estate. Il devra aussi répondre là-dessus.»

 

Lors d’une conférence de presse, le samedi 7 novembre, le leader du Parti travailliste est, lui aussi, revenu en long et en large sur le dossier Angus Road, qu’il a qualifié de «méga scandale». Pour Navin Ramgoolam, le silence de Pravind Jugnauth est révélateur. «Il peut bien acheter ce qu’il veut mais il y a trop de zones d’ombre et de faits troublants autour d’Angus Road. Pravind Jugnauth reste muet, alors qu’il a un devoir de s’expliquer à la population. Il n’a aucune réaction. Quand le leader de l’opposition vient avec des questions, il utilise des menaces et il se cache derrière l’ICAC.»

 

Après être revenu sur toutes les interrogations entourant cette affaire, le leader des Rouges a déclaré que Pravind Jugnauth doit immédiatement démissionner le temps que l’enquête soit complétée. «Il se décrit comme un homme de principes mais ses principes sont à géométrie variable. Ce qui se passe actuellement est un acte répréhensible, choquant et révoltant. S’il ne démissionne pas, il faudra soulever l’indignation du peuple mauricien. Nous ne pouvons pas rester les bras croisés.» Pour lui, il est inacceptable que Pravind Jugnauth continue d’occuper le siège de Premier ministre dans ces conditions.