Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Vente illégale de vieille ferraille, pollution, routes impraticables… : Les habitants de Rughooputh Lane, Quatre-Bornes, montent au créneau
  • Festival du Livre de Trou-d’Eau-Douce : trois bonnes raisons d’y aller
  • Champions de cross-country - Rencontre avec Sébastien et Christopher Bonnapen : deux frères, une seule passion
  • Yogesh Siraz, côté jardin
  • Santé oculaire : ENL sensibilise les pêcheurs
  • Sahib Meerhossen condamné à perpétuité après l’assassinat de Lara Rijs - Son épouse Nazmeen : «Santans-la tro lour»
  • Ces Mauriciens «so in love» de La Casa de Papel
  • Athlétisme - Charge provisoire de détournement de fonds : Vivian Gungaram accusé et soutenu
  • Met Gala : attention les yeux !
  • À Montréal : quand la vie se conjugue avec la Covid-19

Sandhya Mungrah, patiente dialysée, meurt une semaine après avoir été testée positive à la Covid-19 : les nombreuses interrogations de son époux Rajesh

Elle est la 12e patiente dialysée qui décède après avoir contracté le virus. Sandhya Mungrah, 44 ans, a rendu l’âme à l'hôpital Bruno Cheong le lundi 14 juin, soit une semaine seulement après avoir été testée positive à la Covid-19. Rajesh, son époux, s'interroge quant aux circonstances de sa mort…

Sa vie a basculé du jour au lendemain. Et aujourd’hui, à son chagrin se mêle de l’incompréhension. Rajesh Mungrah a perdu un être cher le lundi 14 juin. Ce jour-là, son épouse Sandhya, une patiente dialysée, a rendu l’âme une semaine seulement après avoir été testée positive à la Covid-19. Elle avait été admise à l’hôpital Bruno Cheong le dimanche 30 mai et son premier test PCR était négatif. Mais après avoir effectué un deuxième test PCR le 7 juin, elle a appris qu’elle a contracté le virus. Cette femme de 44 ans a rendu l’âme au bout d’une semaine et devient ainsi la 12e patiente dialysée qui décède après avoir contracté le virus. Relançant les débats sur la mise sur pied d’un Fact-Finding Committee (FFC).

 

Les complications de santé de Sandhya Mungrah sont-elles la raison principale de son décès, comme l’affirme une source proche du dossier ? Ou, au contraire, la Covid-19 est-elle à mettre en cause ? Ce sont là autant de questions que se pose Rajesh Mungrah. Il espère que le FFC institué en avril (voir hors-texte), après le décès de nombreux patients dialysés à l’hôpital de Souillac, lui apportera des éclaircissements pour qu’il puisse faire son deuil. «Pour le moment, je ne pointe personne du doigt car je ne suis pas dans le domaine. Je ne l’ai pas vue durant les jours qui ont précédé son décès. J’ignore si ses dialyses ont été effectuées correctement ou si le virus y est pour quelque chose», lâche-t-il.

 

Cela faisait uniquement deux mois que Sandhya Mungrah avait commencé les séances de dialyse. «Elle souffrait de diabète et d’hypertension, et avait un taux élevé de créatine dans le corps. Elle souffrait d’insuffisance rénale», confie Rajesh Mungrah. Depuis le mois d’avril, elle se rendait ainsi au centre de Riche-Mare pour des séances de dialyse trois fois par semaine. «Elle était en pleine forme. À chaque fois qu’elle rentrait de ses sessions de dialyse, je constatais toujours une amélioration dans son état de santé», affirme notre interlocuteur. Cependant, le samedi 29 mai, la séance n’a pu être effectuée car elle avait la fistule bouchée. «Les infirmiers l’ont ainsi référée à l’hôpital pour des soins plus appropriés.»

 

«Je ne pouvais pas la voir...»

 

Admise à l’hôpital Bruno Cheong le lendemain, elle y a effectué un premier test PCR qui était négatif. Au bout d’une semaine, elle a effectué un deuxième test PCR qui était, cette fois, positif. «Elle est allée en quarantaine. Je ne pouvais pas la voir mais je l’appelais régulièrement pour prendre de ses nouvelles», se remémore Rajesh Mungrah. Durant les quatre premiers jours, son épouse allait bien, dit-il, mais depuis le vendredi 11 juin, «elle commençait à se sentir mal après sa dialyse. Quand je l’ai eue au téléphone, elle m’a confié qu’elle n’avait aucune assistance médicale. J’ai dû contacter l’établissement pour demander à ce qu’on s’occupe d’elle.»

 

Le dimanche 13 juin, l’état de santé de Sandhya Mungrah s’est drastiquement dégradé et elle a dû être placée sous respiration artificielle. Et malheureusement, dans la matinée du lundi 14 juin, elle a rendu l’âme. Plongeant Rajesh Mungrah dans le flou le plus total : «Elle a toujours été si pleine de vie. Même quand elle avait commencé les séances de dialyse, elle allait bien. Je me demande ce qui a mal tourné…»

 


 

Fact-Finding Committee : les travaux n'ont pas encore démarré

 

Le ministre de la Santé l'avait annoncé en avril… Suite au décès de 11 patients dialysés à l'hôpital de Souillac, dont quatre qui ont été attribués à la Covid-19, un Fact-Finding Committee (FFC) devait être instauré pour enquêter sur les circonstances ayant mené à leur contamination et savoir s'ils ont bénéficié des traitements appropriés. Si l’ancienne juge Deviyanee Beesoondoyal a déjà été choisie par le Conseil des ministres pour présider ce FFC, épaulée de deux assesseurs, les travaux n’ont pas encore démarré. Plusieurs familles affirment n'avoir pas été approchées et certaines envisagent de se saisir de la justice dans l’espoir de faire bouger les choses.