Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • L’affaire du «bébé décapité» à l’hôpital de Pamplemousses - Vicky et Sweta : «Nous n’arrivons toujours pas à faire le deuil de notre enfant»
  • Elle fait face pour la seconde fois à un cancer - Diane Colimalay : «Je ne peux pas me résoudre à laisser une maladie me dominer»
  • Moi, survivant du cancer...
  • En convalescence après avoir été poignardé par sa compagne - David Azie, 28 ans : «Nou finn pardonn nou kamarad»
  • EURO 2020 : Les coaches mauriciens sur le grill
  • EURO 2020 : Les pronostics des jeunes fans
  • Séquestré et battu à mort à Karo Kalyptis : Desveaux Augustin, victime d’un règlement de comptes sur fond de trafic de drogue ?
  • My Body, My Choice, My Voice : ils s’unissent contre la vaccination obligatoire
  • Accidents fatals : des nouvelles victimes, des familles dévastées par la douleur
  • JO 2021 - Haltérophilie : Roilya Ranaivosoa qualifiée pour Tokyo

SAJ Fan Club : Le souvenir d’un homme simple et au grand cœur

Les images défilent dans la tête de Ben Annavey. Dans son cœur, les souvenirs des moments passés avec celui qu’il a côtoyé depuis plus de 30 ans s’accumulent. Dans sa voix, son émotion est palpable. Les mots manquent à Ben Annavey, président du SAJ Fan Club, créé en 2000, pour décrire les émotions qui le traversent depuis le départ de sir Anerood Jugnauth. 

«Je l’ai rencontré mercredi, la veille de son décès. Il m’a dit merci pour ce que nous avons fait pour lui. Ça m’a énormément touché. J’ai eu l’impression qu’il était conscient qu’il était en train de partir.»

 

Ces derniers mots prononcés par SAJ à son égard et au SAJ Fan Club, il ne les oubliera probablement jamais. Tout comme les moments forts qu’il a vécus avec l’homme politique qu’était SAJ depuis toutes ces années. «Cela fait plus de 30 ans que je le connais. J’ai vécu beaucoup de grands moments avec lui. J’étais à ses côtés en 1995 lorsqu’il a perdu les élections. Il était déçu et abattu car il ne s’y attendait pas. J’ai vécu ça de près. En 2000, nous l’avons convaincu de revenir alors qu’il avait mis un terme à sa carrière politique. C’était pareil en 2014. Il n’a pas hésité à se jeter dans la bataille. Une fois sa décision prise, c’est comme s’il allait à la guerre. Il ne reculait pas car il sentait que le pays allait mal et avait besoin de lui. C’était quelqu’un qui pensait au pays avant tout.»

 

Depuis la création de son Fan Club, SAJ fêtait chaque année son anniversaire, le temps d’une belle et grande fête, au Château de Labourdonnais, à Mapou. Au fil des années, l’événement était devenu une fierté et une tradition pour ce club regroupant les plus grands admirateurs du politicien. «On le faisait même quand il était dans l’opposition. La dernière fois que nous avons fêté son anniversaire, c’était en 2019. Les deux dernières années, nous n’avons pas pu le faire à cause de la Covid-19. Pourtant, tout était déjà prêt et les invitations étaient lancées.» Malgré cela, Ben Annavey ne manquait jamais de lui adresser ses vœux en personne ou au téléphone. À ses yeux, confie-t-il, la personnalité de SAJ, qui avait à cœur l’unité nationale du pays, était sans égale.

 

«C’était quelqu’un de simple, discipliné et respectable. Quand vous étiez avec lui, vous n’aviez pas l’impression d’être en présence d’une grande personnalité. Il recevait n’importe qui car c’était quelqu’un qui plaçait l’humain, le Mauricien, avant tout. Il avait son caractère, bien sûr, car il était sévère.» Le samedi 5 juin, alors que le cortège de SAJ s’est arrêté à plusieurs endroits, Ben Annavey et d’autres membres du SAJ Fan Club ont suivi le cortège mortuaire, avant de procéder à un dépôt de fleurs au Gandhi Square, à Rivière-du-Rempart, pour rendre un dernier hommage au politicien, à l’homme et à l’ami qu’il a été durant toutes ces années.