Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Adilla Diouman-Mosafeer : «Pour avancer positivement, nous devons sortir de notre zone de confort et être créatifs»
  • Décès tragique de Bhoomi, 14 ans, neuf ans après l’assassinat de sa mère : l’horrible destin des sœurs Ramotar
  • Evénement : visite d’une sommité de l’athlétisme
  • Un arbitre mauricien à la CAN 2021 - Shabneez Heeralall : «Mon époux, ma fierté»
  • Thaipoosam Cavadee : quand ferveur rime avec restrictions sanitaires
  • Le couple Persand dédommagé de Rs 1,5 M après une négligence médicale - Ganeshan, père du nourrisson décédé : «Nous aurions préféré que notre enfant soit là»
  • Élections régionales : les Rodriguais en quête de progrès
  • Législatives 2019 - Vers un «recount» au n° 19 : les chiffres du rebondissement
  • Une énième «unité» pour affronter le pouvoir !
  • Campagne de vaccination contre la Covid-19 : entre sursis et accélération

Saison 2022 : la relance comme priorité

Paramasiven Samynaden, François Lan et Rajessen Desscann souhaitent que la Covid-19 ne vienne pas compromettre la reprise des activités dans le sport local.

Ils ont pris les rênes de leur fédération en 2021 et ont été témoins des perturbations provoquées par la Covid-19 sur leur discipline. Paramasiven Samynaden de l’athlétisme, François Lan de la natation  et Rajessen Desscann du tennis de table espèrent que la saison 2022 soit l’année de la relance.

Une nouvelle année est toujours accompagnée de son lot d’espérance, de résolutions et de projets. Après une saison 2021 perturbée par la Covid-19, les aspirations seront une nouvelle fois à la hausse dans le sport mauricien alors que nous entamons la campagne 2022.

 

Trois dirigeants sportifs arrivés aux commandes en 2021 évoquent cette année difficile. De nouveaux visages qui incarnent le sang neuf et une nouvelle vision du sport.

 

Rajessen Desscann  guette une reprise des activités en tennis de table. «Notre priorité est la relance de nos activités. Après deux années difficiles, 2020 et 2021,  nous devons reprendre les entraînements et les compétitions nationales pour répondre présent aux échéances internationales. Bien évidemment cela va se faire en fonction de la situation sanitaire dans le pays», soutient-il.

 

L’ex-pongiste souhaite un assouplissement des protocoles sanitaires au plus vite pour que les sportifs puissent se remettre au travail et en même temps relancer les préparatifs au niveau du sport de masse. Avec la crise, la formation, la détection et l’encadrement de nouveaux talents ont été fortement compromis.  Une reprise remettra en opération les différentes structures et permettra à nouveau de voir l’éclosion de jeunes sportifs de valeur.

 

Après avoir décroché une médaille de bronze aux championnats d’Afrique seniors et obtenu une participation à la finale des championnats du monde U15, l’AMTT souhaite poursuivre sur cette lancée. Plusieurs événements attendent les pongistes cette année à savoir les championnats d’Afrique jeunes et seniors, les Jeux de la CJSOI à Maurice, les Jeux du Commonwealth en Angleterre et les Jeux de la Francophonie en République Démocratique du Congo.

 

François Lan aussi espère vivre à nouveau au rythme des compétitions. «Tout le monde souhaite un retour à la normale. Mais nous devons faire avec et essayer de s’accommoder au mieux en attendant que les choses s’améliorent», relativise le président de la FMN.

 

Les nageurs mauriciens seront très sollicités lors de cette saison 2022 avec les championnats du monde au Japon, suivis des Jeux du Commonwealth à Birmingham et des Jeux de la CJSOI à Maurice.

 

Du côté de l’athlétisme on se réjouit d’avoir pu accomplir une bonne partie du calendrier en 2021 et on espère pouvoir faire un peu plus lors de la nouvelle année. «Dommage que nous n’ayons pas pu organiser les championnats U9 et U14. Les mesures sanitaires ont impacté le bon déroulement de nos activités en 2021, et nous espérons que cette année, il n’y aura pas autant de restrictions. Nous allons essayer d’augmenter le nombre de nos licenciés. Pour ce faire, il faut avoir des événements sportifs, notamment au niveau des jeunes et d’autres manifestations ouvertes au public. Avec la crise en 2021 très peu de gens ont pris part à ces rendez-vous», regrette Paramasiven Samynaden.

 

Ce dernier s’inquiète de l’apparition du variant Omicron et s’attend à ce que le virus rythme notre quotidien. «Cette année nous-nous concentrons sur les championnats d’Afrique en juin. Il y a une équipe qui travaille sur l’organisation de ce grand rassemblement. Nous mettons tout en œuvre afin que nos athlètes puissent avoir la meilleure préparation possible», confie le président de l’AMA.

 

L’AMA prévoit d’aller à la rencontre des Mauriciens en organisant des événements dans les villages et les régions défavorisées. Mais cette démarche dépendra de la crise sanitaire. Car qui dit rassemblement dit risque de contamination. Décidément cette Covid-19 nous donne bien du fil à retordre.