• Kendo – Formation et passage de grade : Rishi Bundhoo décroche son premier dan
  • Callisto Protocol : prisonniers de l’horreur
  • Future Hope Maurice : quand les enfants chantent l’espoir
  • Collision entre une voiture et un camion : vacances meurtrières pour Dayaneebye Ganoo
  • Match de gala Maurice-Réunion : du football inclusif pour malentendants
  • Huawei Nova Y61 : de l’entrée de gamme sympa
  • Le diabète, un danger pour le cœur
  • Qatar : dans l’ambiance d’un pays en fête
  • FoodWise : des recettes gastronomiques, zéro gaspi et économiques
  • Le PM répond à leur lettre : les membres de la communauté rastafari «déçus» mais «le combat continue»

Sahill Persand, 21 ans, meurt dans l’incendie de sa voiture en janvier - Ses parents : «Ena boukou kitsoz lous kinn deroule dan sa zafer-la»

Ce couple habitant Riche-Terre est persuadé que son fils a été victime d’un acte malveillant.

Il y a trois ans, le Ford Ranger qu’il conduisait avait été déclaré total loss après un grave accident à Jin Fei. Sahill Persand, alors blessé à la tête et au visage, avait toutefois pu s’en sortir après un mois et demi à l’hôpital. Hélas, cette année, il n'a pas eu la même chance. Le jeune homme de 21 ans a succombé à des brûlures en janvier après avoir été pris au piège dans l’incendie de sa voiture, cette fois. Ses parents, affligés, soulèvent plusieurs faits troublants. Ils allèguent qu’il aurait été victime d’un acte malveillant et ont retenu les services de Rama Valayden pour les aider à faire triompher la vérité dans cette affaire. Ils se confient…

La douleur provoquée par le deuil d’un enfant ne disparaît jamais. Les parents apprennent juste à vivre avec. Pran Persand et son épouse Reshma en savent quelque chose. Ces habitants de Riche-Terre pleurent leur fils Sahill qui a connu une fin horrible il y a quelques mois. Le jeune homme de 21 ans a péri dans l’incendie de sa Peugeot, qui s’est produit le 19 janvier aux alentours de 21 heures, au Morcellement Peerun, à Terre-Rouge. L’autopsie indique qu’il a succombé à des «extensive burns».

 

«Se pa enn aksidan sa. Kikenn inn bizin met dife ek li», allèguent Pran et Reshma Persand. Soupçonnant un foul play, ils ont consigné une déposition au Central Criminal Investigation Department le 14 mars, dans laquelle ils font part de zones d’ombre liées au décès de leur fils. «Nou avoka se Rama Valayden. Nou finn aprann ki se lekip Major Crime Investigation Team ki sipoze fer lanket lor lamor nou garson. Ena boukou zafer lous kinn deroule dan sa zafer-la», assure Pran. Parmi les faits troublants soulevés par son épouse et lui, une conversation téléphonique entre leur fils et un interlocuteur la veille du drame. «Li ti pe lager lor telefonn. Ena dimounn inn dir nou ki li ti ousi gagn bann menas ek trwa dimounn dan Terre-Rouge sa zour-la kan li ti al kit so kopinn so lakaz. Nou anvi kone si vremem sa inn arive», confie la mère de famille qui affirme que c’est après le décès de son fils qu’ils ont appris que celui-ci avait une liaison avec une habitante de Terre-Rouge dont le père serait très proche des politiques.

 

Selon les dires du couple, Sahill et la jeune fille auraient été en couple depuis plusieurs années. «Inpe lontan zot ansam nounn tann dir. Zot zistwar inn koumanse an 2017 mo panse. Sahill ti SSS Triolet sa lepok-la. Monn deza trouv li lor bistop Le Hochet avek enn tifi. Monn retrouv mem tifi dan so biro enn zour dan mwa desam», se souvient Pran. Selon lui, sur la dernière photo prise par leur fils la veille du drame, celui-ci est en compagnie de la même jeune fille. Ils auraient, semble-t-il, déjeuné en tête-à-tête au Mon Choisy Mall ce jour-là. Sahill avait posté ladite photo sur sa page Facebook, selon ses parents. «Mo garson ti enn ti zenes korek. Li ti enn bon zanfan. Zame li pann fer move kitsoz», assure Reshma.

 

Dans le flou total

 

À ce jour, son époux et elle n’ont toujours pas récupéré le téléphone personnel de Sahill ainsi qu’une sacoche lui appartenant : «Ti enn iPhone 12 sa. Li ti fek aste. Pa kone si ti ena kas ek li dan so sakos sa ler-la.» Pran et Reshma Persand ont consigné une déposition au poste de police de Terre-Rouge à cet effet dix jours après le drame. Ils ont également porté plainte pour vol. «Bann zant loto mo garson inn disparet dan lakour stasyon lapolis Terre-Rouge. Ena ousi lezot zafer ki mari fatig nou. Bann kamera Safe City sipoze trouv li sorti. Eski lapolis ena zimaz so parkour sa swar-la ? Eski lapolis ena zimaz kot trouv so loto pe brile ?» se demande Pran qui est dans le flou total malgré ses nombreuses tentatives pour obtenir des informations de la police.

 

Ce camionneur explique qu’il a vu son fils pour la dernière fois après 20 heures le soir fatidique. «Monn koz ek li ver 20h20. Monn sorti zis apre. Li ti ankor la mem sa ler-la. Monn dimann li si li bizin kitsoz. Monn dimann li kifer li pa ti ankor ramas so loto. Li pa ti reponn mwa selma. Linn sorti zis apre mwa. Linn dir mo madam li pe al met lesans. Si li ti ekout mwa sa swar-la, kitfwa li ti pou ankor la mem», regrette Pran qui affirme avoir reçu un appel intriguant ce jour-là. «Un homme m’a téléphoné et s’est présenté à moi comme l’oncle d’une jeune fille que fréquentait mon fils. Il m’a ensuite dit que la voiture de Sahill a pris feu non loin de chez lui.» Le soir du drame, un sergent du poste de police de Terre-Rouge avait également téléphoné à Pran pour lui annoncer la terrible nouvelle : «Li ti call mwa ver 21h10. Li ti dir mwa vinn stasyon parski loto mo garson inn pran dife.»

 

Paniqué, il a pris la route en compagnie de sa mère Lalita et de son épouse. «Me polisye la inn fer nou vinn stasyon dan vid parski li pa ti la», avance Pran qui a alors décidé de reprendre la route, avec les siens, en direction du Morcellement Peerun. Sur place, c’est le choc. «Des policiers, des pompiers et le personnel du Samu étaient présents en grand nombre. La voiture de Sahill était toujours en feu. Je suis tombé sur mon fils, alors que le personnel du Samu s’occupait de lui. Les ambulanciers ne m’ont pas laissé lui parler et m’ont dit qu’il fallait qu’il se repose. Sahill était recouvert d’une couverture. Il a sursauté lorsque j’ai frappé sur l’une des vitres du véhicule», se remémore douloureusement Pran. «Le sergent qui m’avait au préalable téléphoné était également sur place.» Ce dernier lui aurait fait comprendre qu’il fallait qu’il se rende au poste de police «pou donn lanket». Mais Pran et Reshma voulaient, eux, suivre l’ambulance jusqu’à la Burns Unit. «Ziska ler, nou pa kone kifer serzan-la ti dir nou ki nou garson pou gagn bann premye swin lopital le Nor. Nou ousi pa kone kifer sa polisie-la inn anpes nou swiv lambilans. Linn obliz nou vinn stasyon ansam ek mo mama ki ena 72 an. Kifer linn anpes nou al lopital ?» s’interroge Pran.

 

Son épouse et lui disent être en possession d’une vidéo de l’incendie de la voiture de leur fils. Dans celle-ci, on voit que seule la partie arrière du véhicule est en proie aux flammes. «Sa inn fatig nou inpe. Normal kan dife pran dan enn loto sa koumans depi kot moter. Me moter ti intak. Ti ena dife zis dan plas sofer ek ousi kot pasaze divan ek deryer», fait ressortir Pran. Cet habitant de Riche-Terre se dit intrigué par les dires du sergent de police au sujet de l’accident. «Linn dir nou ki dife inn sorti dan konvwa. Kan monn rod explikasyon ek li, lerla li dir mwa enn problem kontak sa. Nou anvi kone kouma linn fini konn sa li parski ziska ler, pankor gagn okenn rapor lor sa dife-la», souligne Pran.

 

«Linn deza sap dan lamor»

 

Le jeune homme est décédé un peu plus tard, le soir de l’accident. «Apre ki nou finn aprann ki so leta ti grav. So bann poumon ti pe segne. Li ti brile 3e degre. Nou tou ti panse li pou sape ankor me Bondie inn bizin li sa kout-la», se désole Pran, le cœur lourd de regret d’avoir perdu ce fils adoré qui était promis à un bel avenir. «Pa finn ena mirak sa fwa-la», lâche Pran en faisant référénce à un précédent accident dont son fils avait été victime il y a trois ans à Jin Fei, alors qu'il était seul au volant d’un Ford Ranger. Son épouse Reshma raconte : «Linn deza sap dan lamor. Linn deza fer enn mari grav aksidan dan 4x4 so papa. Dom ti kraz net. Li ti gagn kouraz sorti ek marse. Mo res bet kinn ariv li sa fwa-la. Bann temwin dir linn gagn letan sorti malgre dife. Li ti kraz vit pou kapav sorti.» Pran renchérit : «Masinn-la ti kraz net. Par mirak, mo garson ti resi sape.» 

 

Sahill, gravement blessé à la tête et au visage, avait dû subir des greffes. Il a été hospitalisé pendant un mois et demi et était en convalescence pendant plusieurs mois. À l’époque, il prenait des cours en Mechanical Engineering. «Li ti bizin aret swiv kour. Lerla mem nou ti pran loan ek investi dan enn komers car wash ki nou ti donn li an kado pou so laniverser. Li ti bien kontan so travay. Li ti ena boukou proze. Li ti anvi devlop so biznes ek fer lezot zafer ousi kouma ceramic coating», se souvient Reshma. Après cet accident, le jeune homme roulait une Peugeot 306. «L’état de sa voiture était impeccable. On ne sait toujours pas si les experts de la police ont pu déterminer les raisons du drame», précise Pran.

 

Sahill, qui eu 22 ans le 6 septembre, laisse derrière lui des proches désemparés.  «Li ti enn garson adorab. Tou dimounn ankor mari down. So ti ser ek so dadi plis afekte. Zot ti ador li. So dadi ena labitid al fer lapriyer dan so car wash sak samdi. Zour so lamor, so dadi ti vinn lakaz kot nou ek kwi roti pou li», se souvient Pran qui se dit disposé à se battre jusqu’à son dernier souffle pour «gagn lazistis pou Sahill».

 


 

Rama Valayden, avocat de la famille : «Enn deziem case Kistnen sa»

 

Il a lancé un véritable pavé dans la mare lors du meeting de Linion Pep Morisien à Rose-Hill, le 23 septembre. Rama Valayden est catégorique sur le décès tragique de Sahill Persand : «Enn deziem case Kistnen sa.» L’avocat politicien affirme qu’il travaille sur cette affaire depuis plusieurs mois et précise qu’il a déjà compilé un dossier comportant plusieurs éléments troublants qu’il va bientôt rendre public. Il est convaincu que le jeune homme a été victime d’un acte malveillant.

 


 

La Major Crime Investigation Team enquête…

 

La MCIT s’est saisie de l’enquête sur la mort de Sahill Persand après une plainte déposée par ses parents au Central Criminal Investigation Department en mars. Cette unité a déjà interrogé plusieurs personnes. Une enquête est toujours en cours. Les limiers de cette unité attendent le rapport du Forensic Science Laboratory pour décider de la marche à suivre. Les enquêteurs ne souhaitent pas se prononcer sur cette affaire à ce stade de l’enquête.