• Ashfaq Allgoo & Dubjoy : Un duo au cœur de l'événementiel
  • Gully Boy : Sur les traces d’un rappeur
  • MTC – Assemblée Générale Élective | Paul France Tennant vise un deuxième mandat consécutif
  • Richard Fricot : Nou Baz, son aventure des saveurs
  • Chagos | Olivier Bancoult : «Nous ne baisserons pas les bras»
  • Double noyade à Flacq | Franky Veerasamy : «Comment j’ai perdu deux de mes frères scouts»
  • Violence chez les jeunes : Des parents angoissés racontent le calvaire de leurs enfants victimes
  • Première défaite de Manchester Utd : Le métier rentre pour Solksjaer
  • 5-Plus dimanche lance et projette ce 21 février
  • Rama Valayden : «Je suis plus que jamais pour la légalisation du cannabis !»

Rodrigues : l’implantation du PMSD ne laisse pas indifférent

Xavier-Luc Duval lors du congrès des Bleus à Hermitage.

Les Bleus élargissent leurs horizons. Xavier-Luc Duval était à Rodrigues, à Hermitage précisément, le mardi 22 janvier, pour le premier congrès du PMSD qui compte s’y implanter. Il a débité son discours devant un millier de personnes, presque toutes proches du Mouvement rodriguais (MR). «Nous sommes là pour aider Rodrigues et nous avons l’intention de lui accorder une totale indépendance. J’aime cette île et je crois dans la philosophie que Rodrigues est aux Rodriguais. Le fait que ce soit la région la plus pauvre de la République ne me laisse pas indifférent.»

 

Avec lui, les deux candidats qu’il compte aligner aux prochaines élections régionales et nationales : Vincent Perrine et Cliff Félicité. Enseignant au collège Le Chou, passionné de chant, frôlant la quarantaine, Vincent Perrine explique avoir rejoint le PMSD parce qu’il ne se retrouve plus dans les partis locaux : «Le PMSD apporte un climat de confiance que nous avons perdu. Certains veulent nous faire croire, à tort, que sir Gaëtan Duval n’a rien fait pour Rodrigues et n’aimait pas les Rodriguais. Le PMSD est un parti d’expérience à Maurice, là où habitent beaucoup de nos compatriotes.»

 

Cliff Félicité, qui approche la cinquantaine, est, quant à lui, considéré comme le «bulldozer» du parti à Rodrigues. Il est très actif auprès des démunis et au sein de son village, Cascade Jean Louis, dont il a été le président pendant un temps. Il a lui aussi décidé de rejoindre les Bleus parce qu’il est déçu des politiciens rodriguais. «La liste des problèmes auxquels nous faisons face est longue. Les années passent et nous piétinons. Je crois qu’il y a du renouveau avec le PMSD.»

 

Dans l’assemblée, des Rodriguais convaincus, à l’instar de Francoise, 55 ans, au premier rang. «Je suis contente du retour du PMSD. Quand il a quitté Rodrigues à l’époque de sir Gaëtan Duval, j’ai pleuré. Aujourd’hui, je ris car son fils a rallumé le flambeau. Nous avons besoin d’un grand parti tel que le PMSD. »

 

Cet enthousiasme est partagé par Nef, lui aussi présent. «Je suis déjà un partisan du PMSD. J’ai été licencié de l’Assemblée générale, où j’étais contractuel, par le gouvernement OPR. J’ai deux enfants, des dettes et le MR n’a rien pu faire pour moi. Je compte sur Xavier-Luc Duval pour me faire retrouver mon emploi.» Pour lui, le PMSD symbolise l’espoir d’une île Rodrigues meilleure.

 

Pour d’autres également, même s’ils sont en mode réflexion comme Joseline. Cette enseignante du pré-primaire n’a pas pu assister au congrès du PMSD, à son grand regret : «Je suis d’une famille de die-hards de l’OPR mais je suis déçue du gouvernement régional. Je ne sais pas encore si je vais adhérer au PMSD. Ce qui est sûr, c’est que les électeurs ont plus de choix.»

 

Bien évidemment, l’implantation du PMSD à Rodrigues ne fait pas que des heureux. En tête de liste des mécontents, l’Organisation du peuple rodriguais (OPR). Pour Buisson Leopold, député de ce parti, «Duval vient diviser un peuple créole qui vit dans la paix au lieu de s’occuper des nombreux problèmes à Maurice». L’OPR, souligne-t-il, ne compte pas se laisser faire. «Cela n’a pas de sens qu’un parti mauricien siège au sein de l’Assemblée régionale dans une île Rodrigues autonome. De ce fait, nous allons barrer la route au PMSD. Lorsque Xavier-Luc Duval dit qu’il n’y a pas de représentant rodriguais au sein de l’opposition à Maurice, il ne sait pas de quoi il parle ; le pouvoir a été décentralisé et il y a une opposition régionale. Je ne vois pas pourquoi les élus rodriguais doivent siéger au sein de l’opposition nationale.»

 

Du côté des autres partis rodriguais, pas de grosse réaction. Nicolas Vonmally, leader du MR, qui a décliné l’invitation de Xavier-Luc Duval à le rencontrer, soutient juste que «PMSD fer pou li, MR nou fer pou nou». Johnson Roussety, leader du Front patriotique rodriguais, a eu, lui, une réunion à huis-clos avec le leader du PMSD mais pas grand-chose n’en est ressorti. «FPR pou gard so netralite ek nou espere ki bann parti morisien respekte konvansion l’ONU ki dir ki zot pa sipose instal zot a Rodrigues», a seulement déclaré Johnson Roussety.

 

Quoi qu’il en soit, le PMSD ne laisse pas indifférents les Rodriguais.

 

Joyce Jhabeemissur