• FA Cup | Man Utd vs Liverpool : dans l’oeil du cyclone
  • Lupin sur Netflix : Omar, voleur aimé et mal-aimé
  • Des mots et des manigances…
  • Mais qui sont Hansel et Gretel… d'«Hansel and Gretel» ?
  • Enquête judiciaire sur la mort de Soopramanien Kistnen : Les révélations fracassantes de Pooveden Subbaroyan
  • Sharon Dukhi, 29 ans, meurt à l’hôpital à cinq mois de grossesse | Nitish : «J’accuse le personnel soignant d’avoir laissé mourir ma femme»
  • Shehad Calluchun, 15 ans, succombe à ses brûlures après une fuite de gaz | Son père Mozaheed : «Nou aksepte sa desizion Bondie-la mem si li bien dir»
  • Quand Linzy et Elijah revisitent «Le roi lion»
  • J’aime/J’aime pas | Bridgerton sur Netflix : sex-appeal contre toxicité
  • Vol avec violence dans la capitale | Celui qui a maîtrisé le malfrat : «Je voulais seulement aider la victime»

Retour à l'école le 1er juillet : préoccupations d’étudiants

Après trois mois, les élèves retrouveront le chemin de l'école la semaine prochaine. Cette rentrée scolaire se fait, coronavirus oblige, dans des conditions très particulières. Parole à quelques étudiants qui nous livrent leur état d'esprit.

Yash Damree, Lower VI : «Si notre pays semble libre du coronavirus, le monde ne l’est pas»

 

«Plus tôt ce mois-ci, il a été annoncé que l’école reprendrait plus tôt que prévu. En tant qu’étudiant, je n’étais pas préparé à la reprise un mois plus tôt. Grâce aux cours en ligne, nous avons pu continuer nos programmes scolaires pendant la période de confinement. Cependant, même si notre pays semble désormais libre du coronavirus, le monde ne l’est pas. Par conséquent, pour protéger les élèves à travers le pays, les établissements scolaires ont été aseptisés. De plus, certaines règles ont été fixées pour leur sécurité, comme le port de masque obligatoire, et ils devront maintenir la distanciation sociale. Du savon et du gel désinfectant pour le lavage des mains seront également fournis. Il n’y a pas grand-chose que le gouvernement puisse faire pour protéger les étudiants. À mon avis, après avoir considéré que l’île est actuellement exempte de personnes infectées par le virus, ces mesures sont plus que suffisantes. Je pense que nous, les étudiants, devons respecter les nouvelles règles établies pour nous protéger et espérons que ce cauchemar sera bientôt terminé. Jusque-là, faisons simplement ce qui doit être fait patiemment.»

 

Reevashnasingh Ramphul, Upper VI : «En tant qu’étudiants, il est de notre devoir de coopérer avec le gouvernement»

 

«En tant qu’étudiante, je pense qu’il est pertinent pour nous, étudiants, d’aller à l’école afin de continuer notre work schedule en respectant tous les paramètres qui ont été mis en place pour notre bien-être. Sachant que la première vague de coronavirus n’est pas terminée dans le monde, il est incontestablement fondamental pour nous de respecter la distance sociale à l’école en portant nos masques, même si cela semble inhabituel. Pour empêcher les risques que la Covid-19 ne se propage, le gouvernement n’aurait pas pu faire grand-chose mais a dû soutenir le fait que tous les élèves doivent porter des masques à l’école, ce qui est compréhensible. En tant qu’étudiants, il est certainement de notre devoir de coopérer avec le gouvernement. Il y aura sûrement des étudiants qui ne respecteront pas les règlements car porter des masques dans un pays avec peu de cas importés peut sembler une plaisanterie. Certains peuvent ne pas se rendre compte que le problème va plus loin que cela, c’est-à-dire que le virus peut encore faire son retour. Afin d’éviter cela, je crois fermement que les recteurs à l’école imposeront des mesures fortes pour dissuader les réfractaires. Néanmoins, en temps voulu, les choses vont certainement revenir à la normale et les masques seront considérés comme un accessoire normal à l’école.»

 

Nicolas Mariette, Upper VI : «J’ai beaucoup d’efforts à fournir pour me replonger dans les études»

 

«Étant un habitué des cours à l’ancienne, les classes en ligne n’étaient pas mon fort. J’ai dû serrer les dents les premières semaines pour essayer de m’adapter à ce nouveau style d’apprentissage mais en voyant que c’était moins motivant et plus difficile, j’ai arrêté de les suivre. Alors qu’au fond, je voulais continuer mes études. En apprenant que l’école reprenait cette semaine, j’étais content car cela signifiait que j’avais enfin l’occasion d’y retourner, tout en sachant que j’ai beaucoup d’efforts à fournir pour me replonger dans les études. Par contre, le nouveau calendrier scolaire est moins excitant car certains jeunes comme moi réservent toujours le mois de décembre pour travailler. Il aurait mieux valu remettre la rentrée à l’année prochaine. Je me pose aussi une question : peut-on vraiment dire qu’on repart à l’école avec toutes ces mesures de précautions qui nous donneront plus l’impression d’être en prison ?»