Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • L’affaire du «bébé décapité» à l’hôpital de Pamplemousses - Vicky et Sweta : «Nous n’arrivons toujours pas à faire le deuil de notre enfant»
  • Elle fait face pour la seconde fois à un cancer - Diane Colimalay : «Je ne peux pas me résoudre à laisser une maladie me dominer»
  • Moi, survivant du cancer...
  • En convalescence après avoir été poignardé par sa compagne - David Azie, 28 ans : «Nou finn pardonn nou kamarad»
  • EURO 2020 : Les coaches mauriciens sur le grill
  • EURO 2020 : Les pronostics des jeunes fans
  • Séquestré et battu à mort à Karo Kalyptis : Desveaux Augustin, victime d’un règlement de comptes sur fond de trafic de drogue ?
  • My Body, My Choice, My Voice : ils s’unissent contre la vaccination obligatoire
  • Accidents fatals : des nouvelles victimes, des familles dévastées par la douleur
  • JO 2021 - Haltérophilie : Roilya Ranaivosoa qualifiée pour Tokyo

Rajendradew Jugnauth : «Mon frère, son couple uni, un exemple pour nous tous...»

Lady Sarojini et sir Anerood étaient inséparables.

Il parle de lui avec fierté. Dans sa voix, beaucoup d'émotion. Difficile pour Rajendradew Jugnauth de ne pas être bouleversé lorsqu'il évoque son grand frère, sir Anerood, à qui il a dit un dernier adieu ce samedi 5 juin, lors de ses funérailles. 

Il parle de lui avec fierté. Dans sa voix, beaucoup d'émotion. Difficile pour Rajendradew Jugnauth de ne pas être bouleversé lorsqu'il évoque son grand frère, sir Anerood, à qui il a dit un dernier adieu ce samedi 5 juin, lors de ses funérailles. «On était huit frères et deux sœurs ; Anerood était l'aîné. 20 ans nous séparaient et, pour moi, il a toujours symbolisé le grand frère. Je l'ai toujours vu travailler pour réussir tous ses projets et tout ce qu'il entreprenait. C'est pour cela qu'il a été mon modèle. On s'était particulièrement rapprochés à son retour d'Angleterre. C'était quelqu'un de droit», nous confie Rajendradew qui décrit aussi l'ancien Premier ministre comme quelqu'un de très familial.

 

«Il aimait sa famille et les rencontres familiales. C'était très important pour lui qu'on se retrouve de temps à autre. Et même quand il était Premier ministre ou président, il trouvait toujours du temps pour nous et pour être avec les siens», confie celui qui vouait une grande admiration à ce grand frère qui a, dit-il, toujours œuvré pour les autres. «Il a beaucoup fait pour son pays. C'était un visionnaire qui se donnait à fond quand il avait un objectif. Il était fait pour être politicien. Je ne trouve rien à dire sur son parcours. Il a bien fait», ajoute Rajendradew. Il a une pensée spéciale pour lady Sarojini : «Ces deux-là étaient inséparables. C'était un couple uni et, au fil du temps, à force de les voir toujours évoluer ensemble, main dans la main, ils sont devenus pour nous tous, les autres membres de la famille, de véritables exemples. Ils se soutenaient, s'épaulaient dans tout et on a toujours salué leur complicité. Ils ont eu une belle vie à deux.»

 

Pour Rajendradew, il n'y a pas de doute, Anerood a fait la fierté de leurs parents : Ramlochurn, qui était entrepreneur et avait une boutique, et Dorothee, femme au foyer. «Il ne les a jamais déçus. Hélas, papa est décédé peu avant qu'il ne devienne Premier ministre mais maman a pu vivre ce moment très important pour Anerood», conclut Rajendradew, en rendant hommage à son grand frère. «Il est le quatrième frère à nous quitter. Nos deux sœurs sont également parties. Nous ne sommes que quatre frères maintenant...»