• Heathy lunch box : cinq idées de repas à apporter à l’école et au boulot
  • L’enquête sur l’assassinat de Manand Fakhoo non-résolu deux ans plus tard : ses proches entre révolte et incompréhension
  • Boost Your English : la trouvaille linguistique du Dr Wedsha Appadoo-Ramsamy
  • Otite : aïe, pas touche aux oreilles !
  • Résultats du School Certificate : entre réjouissances et tristesse
  • Ilia’s Nails’, une belle adresse trendy dans le paysage de Curepipe
  • Linzy Bacbotte : L’apothéose mauricienne de ses 35 ans de carrière
  • Arianda Desmarais, 11 ans, se fracture le crâne en tombant d’un autobus - Ses parents : «Nous espérons qu’elle s’en sortira sans séquelles graves»
  • Stephan Steward Toussaint, 29 ans, tué pour «une affaire de moeurs» - Stephanie, sa compagne : «On le blâme injustement sans qu’il soit là pour se défendre»
  • Alertes météo : un vent nouveau souffle…

Qatar : dans l’ambiance d’un pays en fête

C'est tout un pays qui vibre pendant la grand-messe du football, qui se tient dans l'émirat. Des visiteurs du monde entier profitent aussi de cette ambiance de fête...

Tous les regards, ou presque, sont en ce moment tournés vers le Qatar. Car depuis le 20 novembre (et ce, jusqu’au 18 décembre), le Qatar savoure sa Coupe du monde. Malgré les controverses sur la gabegie environnementale, les conditions de travail des immigrés, la corruption qui a entaché le processus de désignation, et d’autres mesures comme la décision finale de ne pas vendre d’alcool aux abords des stades, la grand-messe du foot bat son plein.

 

Dans les tribunes des stades comme dans les rues de la capitale qatarie, règne une atmosphère de festival. Des terrasses des restaurants et des cafés qui bordent le souk, haut lieu touristique, émanent les effluves d’oud et de bakhour, deux fragrances ambrées très prisées dans le Golfe.

 

Et au coeur de ce grand événement planétaire, une Mauricienne, Smitee Luximon, plus connue comme DJette Smitz, a été invitée pour être partie prenante de cette grande fête footballistique qui rassemble des visiteurs du monde entier pour ambiancer et faire danser, derrière ses platines, tous ceux qui se sont déplacés pour l’occasion.

 

«Environ 2 millions de personnes sont venues des quatre coins du monde. C’est un défi pour un DJ de jouer de la musique et de divertir tout le monde. J’ai gardé les 10 meilleures chansons de chaque pays et je joue une playlist mixte avec les hits mondiaux. C’est super mouvementé et je dois faire de la musique pour répondre aux besoins des gens. Je m’amuse et je rencontre des gens des quatre coins du monde», nous confie la DJette, heureuse de vivre cette expérience. «Je me produis à Elev8, le club en plein air sur le toit du JW Marriot. C’est un lieu gigantesque, avec le meilleur des écrans, des sons et des lumières. L’ambiance est festive. Les gens viennent pour profiter des matchs et des fêtes. Je me produis surtout pour les Mexicains et les Espagnols. Ils sont toujours d’humeur joyeuse», souligne la jeune femme qui considère son travail comme une mission pour faire bouger la foule. «Tous les sites sont pleins à craquer», dit-elle, tout en précisant aussi qu’elle apprend beaucoup de cette expérience : «Je suis tellement reconnaissante qu’ils m’aient choisie pour faire partie de ce grand mouvement. Je m’amuse beaucoup mais j’apprends aussi beaucoup car le personnel du JW Marriot et de la FIFA connaît très bien son travail et est très professionnel. Cela m’aide à perfectionner mes compétences», souligne la DJette qui, tout en travaillant, suit aussi la compétition. «My favourite team is England but I feel Brazil is playing really well too», lâche Smitee Luximon. 

 

Un autre de nos compatriotes, Noor Jumeer, a aussi profité de l’ambiance qui règne au Qatar. «J’ai vécu un voyage de rêve dans l’un des pays les plus riches. J’ai eu l’occasion, par la grâce de Dieu, d’assister à cette grande fête du foot en portant notre quadricolore fièrement dans les stades. L’ambiance au Qatar est vraiment magique, avec des personnes du monde entier qui sont venues pour vivre leur rêve. C’était un grand plaisir d’avoir l’occasion de côtoyer des gens avec des cultures différentes. Nous vivons comme une famille. Il y avait le respect et chacun n’hésitait pas un seul moment à aider les autres», nous raconte Noor, heureux d’avoir pu se créer de jolis souvenirs. «Voir les gens avec des religions différentes porter les habits musulmans que sont le thawb (les kamis) et le chapeau est vraiment magnifique. Beaucoup de choses ont été dites avant la Coupe du monde. Malgré plusieurs restrictions, notamment concernant les boissons alcoolisées dans les stades, je peux vous dire que je n’ai pas entendu un seul bruit, une seule complainte par rapport à ces restrictions, cela parce qu’avant tout, tous sont là-bas pour partager la passion du football», raconte notre compatriote qui a aimé vivre au rythme du pays hôte. «Le Qatar s’est bien préparé avec des malls neufs et luxueux. Avec notre hayya card, je n’ai pas eu à dépenser un seul sou pour le transport car c’était gratuit. Tout est bien organisé, avec des volontaires pour vous guider partout, d’où le “Metro this way'' qui est devenu viral. Les Qataris sont vraiment des gens généreux, accueillants et amicaux.»

 

Bien évidemment, le spectacle dans les stades contribue à la réussite de la grande fête du Qatar. «J’ai eu l’occasion d’aller assister aux matchs Belgique-Canada et Croatie-Canada. L’ambiance est vraiment électrique dans les stades. L’excitation commence déjà dans le bus en allant au stade où les fans encouragent déjà leurs équipes. Nous sommes accueillis comme des invités VIP dans les stades. Nous sommes tous réunis et  il n’y a pas de division, de religion ou de classe. On  parle un seul langage qui est le foot. Je suis fan du Brésil et également des équipes africaines. J’ai aussi rencontré une star que j’admire beaucoup, une living legend :  Mo Farah», conclut Noor Jumeer, heureux d’avoir pu découvrir le Qatar, un pays actuellement en fête...