• Ashfaq Allgoo & Dubjoy : Un duo au cœur de l'événementiel
  • Gully Boy : Sur les traces d’un rappeur
  • MTC – Assemblée Générale Élective | Paul France Tennant vise un deuxième mandat consécutif
  • Richard Fricot : Nou Baz, son aventure des saveurs
  • Chagos | Olivier Bancoult : «Nous ne baisserons pas les bras»
  • Double noyade à Flacq | Franky Veerasamy : «Comment j’ai perdu deux de mes frères scouts»
  • Violence chez les jeunes : Des parents angoissés racontent le calvaire de leurs enfants victimes
  • Première défaite de Manchester Utd : Le métier rentre pour Solksjaer
  • 5-Plus dimanche lance et projette ce 21 février
  • Rama Valayden : «Je suis plus que jamais pour la légalisation du cannabis !»

PSAC : après le stress examens, la joie des vacances !

Emmanuel, ici avec sa mère Cyndie, va pouvoir jouer à son jeu vidéo préféré.

Bonjour les congés et la bonne humeur. Et aux oubliettes la pression et les révisions. L’heure de la détente a enfin sonné pour les quelque 19 231 enfants qui ont pris part au Primary School Achievement Certificate (PSAC). C’est aussi un ouf de soulagement pour les parents qui, tout comme leurs enfants, ont vécu la période des examens en jonglant entre stress, révision et quelques rares instants de répit.

L’heure est à l’amusement, aux jeux en tous genres et aux journées remplies d’aventures. Pour les nombreux enfants qui ont pris part aux examens du PSAC, ces vacances sont bien méritées après deux années de dur labeur. En effet, avec le Nine-Year Schooling, les épreuves du PSAC se préparent dès la cinquième annés et s’effectuent en deux temps.

 

Chez les Hurgobin, à Camp-Diable, la petite Nidhi, 10 ans, loin d’être timide, ne tient plus en place à l’idée que les vacances sont enfin là. «Je me suis bien organisée pour assurer mes révisions, en plus d’être présente à l’école et aux leçons particulières. Donc, il est temps pour moi de souffler et de profiter de mon temps libre. J’ai hâte de retrouver mes camarades de classe, le 1er novembre, pour la fête de fin d’année à l’école. Durant les vacances, je vais m’entraîner au football et répéter pour le spectacle culturel du village à l’occasion de la fête de Divali. J’irai aussi faire un séjour chez ma tante paternelle, à La Flora, et chez ma grand-mère maternelle à Floréal, en plus de sortir en famille», nous confie Nidhi Hurghobin, toute souriante, sous le regard approbateur de son père Deepak.

 

Celui-ci souligne que ce nouveau système ne lui plaît guère mais qu’il doit s’y plier et espère que ça fille aura un collège à la hauteur de ses attentes. Il est confiant qu’lle aura de bons résultats car il connaît ses capacités. «Elle est très dévouée et autonome. De plus, elle a eu une très bonne prof pour l’encadrer, sans compter le soutien que ma femme et moi lui avons procuré. Maintenant, nous stressons un peu en attendant les résultats et l’annonce du collège qui lui sera attribué car son choix est d’avoir la France Boyer de la Giroday SSS. Mais pour l’heure, nous ferons tout pour qu’elle puisse décompresser.»

 

Jouer

 

Emmanuel Marco, 10 ans, que nous retrouvons en compagnie de sa mère Cyndie chez eux, à Quatre-Bornes, affiche son plus beau sourire malgré sa timidité. Le garçon nous confie qu’il n’a pas senti le stress pendant les examens et que le soutien de ses parents lui ont fait le plus grand bien. Sa mère Cyndie renchérit : «Nous ne lui avons pas mis la pression. Car pour nous, le PSAC n’est pas nouveau, nous avons fait l’expérience avec sa sœur l’année dernière. Donc, nous savions à quoi nous attendre et, de plus, Emmanuel est responsable. Il n’a pas négligé ses études même s’il ne prenait pas de leçons particulières et vaquait à ses activités habituelles. Bien évidemment, son père et moi n’étions jamais très loin.»

 

Au programme, donc, pour les vacances : «J’irai chez mon parrain à Montagne-Longue pour changer d’air et je pourrai aussi jouer avec mes cousins. Quand je serai chez moi, j’irai servir à la messe comme d’habitude, jouer aux jeux vidéo, surtout à mon jeu préféré : Fortnite. Je vais aussi me reposer et jouer avec mon lapin Donut que j’ai eu en cadeau pour avoir bien travaillé au premier trimestre. Puis, nous ferons des sorties en famille», fait ressortir le petit Emmanuel avec des yeux rieurs remplis d’innocence.

 

Pour Lorina et Michael Laprovidence, les parents de Mélina, le stress était à son summum depuis la première réunion, à l’annonce du Nine-Year Schooling. Ils sont soulagés de pouvoir souffler un peu en attendant les résultats. «Je me souviens qu’après cette réunion, j’ai eu un mal de tête car j’étais très stressée. Tout ce changement d’un coup faisait beaucoup à gérer. Et là, durant les examens, j’étais plus stressée que Mélina et j’attendais tous les jours qu’elle m’appelle à la sortie des classes pour me dire si tout s’était bien passé. Mon mari et moi ainsi que sa grand-mère avons vécu cette période sous tension même si nous avons confiance en ses capacités. Ces vacances sont plus que méritées car pendant une année, elle a sacrifié ses week-ends et ses loisirs», souligne Lorina Laprovidence.

 

Deepak est confiant que sa fille Nidhi aura de bons résultats.

 

La fillette est, elle, à la fois contente et stressée en attendant les résultats. «Je suis triste de quitter mes amis, mais j’ai hâte de découvrir l’univers du collège. En attendant, je vais profiter de mes vacances en faisant du dessin, de la danse et du chant. J’irai aussi passer quelques jours chez ma tatie à Rose-Belle.» Pour Lorina et Michael, les sorties en familles seront aussi au programme pour décompresser après cette période d’examens car, le stress, ils ont l’impression de l’avoir plus ressenti que Mélina.

 

Finalement, la période des examens comme celle des vacances ne semble pas de tout repos pour les parents. Toutefois, en attendant le 12 décembre où les résultats seront connus, les enfants méritent de s’amuser pleinement. Vive les vacances !