• Arsenal vs Tottenham : qu’est-ce qu’ils ont dans le ventre ?
  • 29e journée : Balouchi sans opposition
  • Quand l’opposition surfe sur une vague populaire !
  • Shotokan - WSKF World Cup : Maurice se positionne pour 2024
  • L’Université de Technologie lance un LL.M en Cyber Law - Viraj Fulena, Lecturer : «C'est un programme unique à Maurice»
  • Europa League : duel entre Amitabh Bachchan et Jürgen Klopp
  • Racing Club de Maurice : exit d’Avrincourt enter Juventus Turin
  • «Leritaz Maronaz» : vulgariser pour mieux comprendre l’esclavage
  • Huawei Nova 11 : du bon milieu de gamme
  • Association pour le Développement Durable : pour un monde plus vert

Projection interdite au MCiné de Trianon : «The Kerala Story», un film controversé qui crée des remous

Ce film réunissant Adah Sharma, Yogita Bihani, Sonia Balani et Sidhi Idnani a créé des controverses aussi bien chez nous que dans une partie de l'Inde.

C’est, à coup sûr, un film qui restera dans les mémoires. D’abord, de par son histoire – The Kerala Story de Sudipto Sen parle de jeunes filles de différentes confessions religieuses, forcées à se convertir et à rejoindre l’ISIS (Islamic State of Iraq and Syria). Ensuite, de par les remous qu’il a provoqués dans l’île. 

En effet, la projection de The Kerala Story avait débuté le vendredi 19 mai dans les salles du MCiné (Flacq, Trianon et Curepipe), soit deux semaines après sa sortie en Inde, avec un Visa 18R approuvé par le Film Classification Board. Cependant, après des incidents survenus pendant le week-end au MCiné de Trianon (un groupe de personnes y a débarqué, demandant à ce que The Kerala Story ne soit plus diffusé), la projection du film a été stoppée dans toutes les salles de cinéma, sur ordre de la police – qui était fortement mobilisée – pour éviter des dérapages.

 

Cependant, après consultation avec le Commissaire de police, qui a donné la garantie que la sécurité des cinéphiles et des employés du MCiné serait assurée, la direction a décidé de remettre le film en circuit, avec une première séance prévue le vendredi 26 mai. Mais là encore, nouveau revirement de situation : le MCiné «est contraint, sur ordre de la direction de La City Trianon, Highway Properties Ltd, d’abandonner la projection de The Kerala Story». Cette décision survient après qu’un courriel anonyme aurait été envoyé au MCiné, dans lequel le/les auteur/s menace/nt de poser des bombes dans les salles de cinéma. À l’heure où nous mettions sous presse, la projection de The Kerala Story était toujours maintenue au MCiné de Flacq.

 

Joint au téléphone, Rajesh Callicharan, le directeur du MCiné, nous a fait la déclaration suivante : «Au début de la semaine, après une rencontre avec le Commissaire de police, qui nous avait donné la garantie que la sécurité des cinéphiles et de nos staffs serait assurée, avec des patrouilles policières régulières et la présence des policiers autour des salles, nous avions décidé de relancer la projection du film qu’on avait interrompue pour calmer la situation. Mais nous avons dû revoir notre décision dans la soirée du jeudi 25 mai car nous avons été sommés par la direction de La City Trianon de ne pas diffuser ce film pour des raisons de sécurité. Par contre, The Kerala Story est à l’affiche au MCiné de Flacq depuis le vendredi 26 mai.»

 

Pourquoi insiste-t-il à diffuser ce film malgré la controverse ? «Nous le diffusons à nouveau car nous avons eu une trop grande demande de la part des cinéphiles. De plus, nous avons eu une nouvelle rencontre après le courriel anonyme, avec le Commissaire de police, qui nous a autorisés à reprendre la projection du film. Il nous a également promis une sécurité renforcée autour de nos salles, avec une patrouille policière régulière et la présence des policiers près de nos salles.»

 


 

La polémique s’étend…

 

Maurice n’est pas le seul pays où The Kerala Story fait polémique. Il n’a pu être projeté dans les États du Kerala, du Tamil Nadu et du Bengale occidental, entre autres. Toutefois, après que la Cour suprême a annulé l’interdiction cette semaine, The Kerala Story est projeté dans les salles au Bengale occidental. Toutefois, une note doit être publiée avant la projection du film, stipulant que l’œuvre est une fiction et ne reflète pas la réalité.