Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Vente illégale de vieille ferraille, pollution, routes impraticables… : Les habitants de Rughooputh Lane, Quatre-Bornes, montent au créneau
  • Festival du Livre de Trou-d’Eau-Douce : trois bonnes raisons d’y aller
  • Champions de cross-country - Rencontre avec Sébastien et Christopher Bonnapen : deux frères, une seule passion
  • Yogesh Siraz, côté jardin
  • Santé oculaire : ENL sensibilise les pêcheurs
  • Sahib Meerhossen condamné à perpétuité après l’assassinat de Lara Rijs - Son épouse Nazmeen : «Santans-la tro lour»
  • Ces Mauriciens «so in love» de La Casa de Papel
  • Athlétisme - Charge provisoire de détournement de fonds : Vivian Gungaram accusé et soutenu
  • Met Gala : attention les yeux !
  • À Montréal : quand la vie se conjugue avec la Covid-19

Personnes LGBTQ+ : une formation pour une meilleure couverture presse

La presse en parle oui, mais elle peut s’améliorer. Le 28 juin, au Media Trust, à Port-Louis, s’est tenue toute une journée de formation pour les journalistes sur le reporting concernant tous les sujets ayant trait aux personnes LGBTQ+. Une formation organisée par le Young Queer Alliance et le collectif Arc-en-Ciel, en partenariat avec l’Union européenne. 

Les journalistes présents ont donc appris beaucoup sur cette façon de traiter le sujet, que ce soit dans la presse parlée, écrite ou audiovisuelle (les termes à utiliser ou pas, les terminologies, etc…), à travers de nombreuses interventions, notamment venant des représentants des organisateurs, et aussi de l’avocat Chris Bhaganooa qui a donné un point de vue légal : «C’est surtout le rôle de l’exécutif de faire avancer les choses à travers des lois, le judiciaire prenant souvent des années et coûtant énormément d’argent (…) c’est difficile de faire comprendre cette notion de choix et de liberté à d’autres, et c’est pour ça que plusieurs Mauriciens demandent asile ailleurs. Ils ne fuient pas leur pays, mais les gens qui les persécutent.»

 

Autre intervenant : Ross Murray, Senior Director de l’association Gay & Lesbian Alliance Against Defamation (GLAAD), qui a exposé ce que fait l’association dans les médias et le monde de l’entertainment aux USA (musique, sport, cinéma) pour une meilleure représentation et image des personnes LGBTQ+.

 

Aussi, la formation a vu le témoignage de deux personnes de la communauté LGBTQ+ : José et Ali.  Ils ont donné de beaux insights sur le sujet, avec des regards très aiguisés sur... le regard des personnes LGBTQ+ dans la société. Ainsi, José a déclaré que Port-Louis n’est pas prête pour une marche des fiertés, que pour plusieurs raisons (notamment la dernière marche annulée à Port-Louis à cause d’une contre-manifestation), la Pride devrait continuer à se faire à Rose-Hill. Ali a, lui, signifié son intention de quitter le pays pour la France, car à Maurice «il y a une régression totale de l’acceptation des autres».

 

Le tout s’est terminé par le lancement d’un Expression of Interest, sur une vidéo qui documentera tous les problèmes qui entourent les personnes LGBTQ+ dans la société. Plus de détails sur le site du Young Queer Alliance.