• Ashfaq Allgoo & Dubjoy : Un duo au cœur de l'événementiel
  • Gully Boy : Sur les traces d’un rappeur
  • MTC – Assemblée Générale Élective | Paul France Tennant vise un deuxième mandat consécutif
  • Richard Fricot : Nou Baz, son aventure des saveurs
  • Chagos | Olivier Bancoult : «Nous ne baisserons pas les bras»
  • Double noyade à Flacq | Franky Veerasamy : «Comment j’ai perdu deux de mes frères scouts»
  • Violence chez les jeunes : Des parents angoissés racontent le calvaire de leurs enfants victimes
  • Première défaite de Manchester Utd : Le métier rentre pour Solksjaer
  • 5-Plus dimanche lance et projette ce 21 février
  • Rama Valayden : «Je suis plus que jamais pour la légalisation du cannabis !»

Mort au consulat général d’Arabie saoudite d’Istanbul : Réactions mondiales autour du décès du journaliste Jamal Khashoggi

Cette affaire interpelle plusieurs pays.

Choc, indignation, colère… La tragique histoire du décès du journaliste Jamal Khashoggi fait le tour de la planète et déclenche une vague croissante de réactions. Dans un communiqué publié le 19 octobre, le procureur général saoudien Cheikh al-Mojeb a confirmé la mort du journaliste saoudien et contributeur au Washington Post. «Les discussions qui ont eu lieu entre les personnes qui l’ont reçu au consulat saoudien à Istanbul et lui ont débouché sur une bagarre et sur une rixe à coups de poing avec le citoyen Jamal Khashoggi, ce qui a conduit à sa mort, que son âme repose en paix», fait état le communiqué alors que des détails sur les circonstances de la mort du journaliste circulent. Ainsi, selon plusieurs informations, le journaliste aurait été «torturé en musique et décapité».

 

Le journaliste saoudien est porté disparu depuis sa visite au consulat saoudien d’Istanbul le 2 octobre. Il s’y était rendu pour des démarches administratives en vue de son prochain mariage avec une Turque, Hatice Cengiz. Avant de disparaître, Jamal Khashoggi avait appelé à la liberté de la presse dans le monde arabe. Ce fut d’ailleurs son message dans sa dernière tribune. Agé de 59 ans, l’ancien compagnon de route des djihadistes était devenu le pourfendeur en chef du pouvoir quasi-absolu du prince héritier MBS. Il était l’un des reporters les plus connus en Arabie saoudite, suivi par plus de 1,7 million d’internautes sur Twitter. Il était aussi régulièrement invité sur les plateaux des chaînes anglo-saxonnes, comme en octobre à la BBC. Sa carrière lui a permis de développer des liens avec les puissants du monde arabe, dont le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui réclame des comptes à l’Arabie saoudite depuis sa disparition à Istanbul.

 

Cette affaire, de par sa dimension barbare portant atteinte à la liberté de la presse, ne laisse  pas insensible. Si plusieurs pays ont fait part de leurs inquiétudes par rapport à ce qui s’est passé, une position du gouvernement mauricien ou encore une réaction de Showkutally Soodhun, qui ne manque pas une occasion pour défendre le royaume saoudien, est très attendue suite à ce drame. Ce sujet d’actualité a été abordé, hier samedi 20 octobre, lors du point de presse du PMSD. Le porte-parole du parti, Patrice Armance, a ainsi demandé au gouvernement de boycotter la conférence sur l’économie, qui se tiendra prochainement en Arabie saoudite.

 

Les États-Unis parlent de son côté de conséquences graves en faisant référence aux circonstances entourant la mort du journaliste saoudien. Le président des États-Unis Donald Trump a ainsi affirmé que ce qui est arrivé au journaliste saoudien Jamal Khashoggi est inacceptable. Le président du Parlement européen Antonio Tajani, pour sa part, a appelé à une enquête «urgente», «pour examiner les preuves et faire la lumière sur les circonstances de la mort» du journaliste saoudien.

 

Amnesty International s’est aussi exprimé sur le sujet en mettant en avant son inquiétude à l’effet que l’enquête menée par l’Arabie saoudite puisse se transformer en une affaire de disculpation de ce pays, entre autres réactions. Voilà une affaire qui n’a pas fini de faire couler de l’encre.