Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Pascal Desroches, arrêté pour agressions sexuelles : portrait du violeur en série aux deux visages
  • Rashmi Rocket : Taapsee Pannu court plus vite que son ombre
  • Nouvel album : Alain Ramanisum va vous faire… «Danse»
  • Malenn Oodiah : «Nous pouvons et nous devons réinventer notre modèle de société»
  • Covid-19 : Maurice tombe le masque, Rodrigues sur le qui-vive
  • Un an depuis la disparition tragique de Soopramanien Kistnen - Hansley, son fils : «Mo gard lespwar pou kone ki sannla inn tir lavi mo papa»
  • Si les «Avengers» n’existaient pas…
  • Tennis de table – ITTF World Youth Championships : A la conquête du Portugal
  • Prince Stave : a Nigerian musician in Mauritius
  • La situation des rastas mauriciens préoccupe l’opinion internationale

À Montréal : quand la vie se conjugue avec la Covid-19

«À Montréal, avec la double vaccination, nous sommes quand même de retour à une quasi-normalité», raconte le Mauricien Bryan Terasawmy.

Même si la pandémie fait toujours rage dans plusieurs pays, de nombreuses destinations ont amorcé la reprise des activités, invitant les populations à apprendre à vivre avec le virus. Bryan Terasawmy, un Mauricien vivant au Canada, nous raconte sa réalité au rythme du virus...

On la connaît un peu mieux. Mais elle ne se laisse pas faire pour autant. Malgré les avancées, dont les vaccins, la Covid-19 continue de susciter des frayeurs. Toutefois, plusieurs pays ont décidé de ne pas laisser le virus dicter ses règles. Au Canada, par exemple, la vie reprend peu à peu ses droits, même si des scènes de vie rappellent, au quotidien, que la Covid-19 est toujours là. Le samedi 11 septembre, 4 000 personnes ont défilé dans les rues de Montréal, certaines contestant la vaccination qu’elles considèrent à risque, d’autres clamant que la pandémie était une fabrication ou encore réclamant le retrait du passeport vaccinal.

 

Pendant ce temps, au Canada comme ailleurs, les populations essaient tant bien que mal de continuer à vivre et à avancer. «À Montréal, avec la double vaccination, nous sommes quand même de retour à une quasi-normalité. Les centres commerciaux, magasins, etc., sont ouverts au public. Le port du masque est requis dans tous les endroits intérieurs et fermés mais on a le droit de l’enlever à l’extérieur, que ce soit dans les parcs ou dans la rue», nous confie le Mauricien Bryan Terasawmy de Montréal.

 

Malgré les moyens déployés et le respect des paramètres de sécurité, le virus n’a pas dit son dernier mot. Ces derniers jours, la transmission s’est accélérée dans les services de garde et en milieu scolaire, qui cumulent désormais près de 40 % des cas de Covid dénombrés dans la métropole, contre 25 % il y a une semaine. «En général, le respect des règles sanitaires se fait bien et partout, avec les distributeurs de gel désinfectant à chaque coin de rue à Montréal et les rappels constants de distanciation sociale, via stickers au sol ou affiches», explique Bryan.

 

Même si la plupart des activités ont repris, la Covid a aussi fait naître des nouvelles façons de faire. «Beaucoup d’entreprises ont implémenté le travail à la maison sur une durée prolongée, donc beaucoup de Québécois travaillent à distance. Les jeunes, pour leur part, ont repris l’école en présentiel, contrairement au semestre dernier où tout se faisait en ligne. Aussi, depuis le 1er septembre, le gouvernement a introduit le passeport vaccinal, qu’on obtient seulement après sa deuxième dose de vaccin contre le virus. Ce passeport vaccinal donne accès à plusieurs établissements considérés comme à risque fort ou modéré, par exemple, les restaurants, bars, gyms, entre autres», souligne notre compatriote.

 

Il est aussi témoin des actions qui contestent les règles imposées. «Certains refusent d’adhérer aux restrictions sanitaires et organisent des manifestations un peu partout au Québec», poursuit Bryan. Mais il a foi en l’avenir : «Il y a certainement un regain d’espoir chez les Montréalais et comme dit le dicton d’ici : “Ça va bien aller” !»