Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Premier League : Manchester City règne sur l’Angleterre
  • Déconfinement et déconfiture
  • Coup d’envoi de la saison hippique hier : chutes en série… et décès du jockey Nooresh Juglall
  • Les trois frères Gurroby arrêtés après la saisie record de Rs 3,7 milliards de drogue - Anna, leur mère : «C’est dur de voir mes enfants accusés à tort»
  • Aidons à sauver le Musée de la Petite Collection
  • Se divertir malgré les restrictions : comme une envie de prendre l’air
  • Autonomisation des personnes en situation de handicap : Vibhesh Santoo, 22 ans, s’engage
  • Crime à Grand-Gaube : la version de Michelle Ropa intrigue les enquêteurs
  • Covid-19 : plusieurs personnes coincées à l'étranger depuis plus d’un an - La Mauricienne Ranini Cundasawmy, en Thaïlande avec son époux : «Comment nous nous sommes retrouvés bloqués là-bas»
  • Mon expérience de la quarantaine

Michelle Ropa accusée d’avoir tué son époux Rafal dans leur villa à Grand-Gaube : comment leur rêve a basculé dans l’horreur

La jeune femme a avoué avoir poussé son mari dans les escaliers lors d’une énième et violente dispute conjugale.

Une énième dispute conjugale a viré au drame pour Rafal et Michelle. Le ressortissant polonais de 49 ans a succombé à ses blessures après avoir fait une chute mortelle. Son épouse, une Camerounaise de 35 ans, a avoué l’avoir poussé dans les escaliers. Les faits se sont produits à Grand-Gaube où le couple s’était installé en décembre 2019, avec ses deux filles de 9 et 2 ans. La famille vivait dans une somptueuse villa RES qui a été témoin de leur descente aux enfers ainsi que d’une horrible scène de meurtre. 

L’histoire de Rafal et Michelle Ropa pourrait bien inspirer le réalisateur de la série policière franco-britannique Meurtres au paradis, créée par Robert Thorogood. L’homme, un Polonais directeur d’une compagnie d’investissements brassant des millions d’euros, a été tué par son épouse, une Camerounaise qui a aussi la nationalité polonaise, dans leur luxueuse villa située dans une île… paradisiaque. Rafal Ropa, 49 ans, a fait une chute mortelle dans les escaliers. Arrêtée par la suite, Michelle Ropa, née Nguefack Epse, 35 ans, a expliqué à la police qu’elle avait poussé son mari dans les escaliers après une énième dispute conjugale.

 

Cette affaire éclate vers 3 heures, le 27 avril. Une dame affolée alerte l’Operations Room de la police qu’un drame s’est déroulé dans une résidence RES située à l’Arya Mandir Road, à Grand-Gaube. En arrivant sur place, les policiers du poste de Grand-Gaube sont accueillis par la dame en question, employée comme baby-sitter par les propriétaires des lieux, un couple polonais.

 

Celle-ci les conduit alors vers les escaliers menant au premier étage de la somptueuse villa, au milieu desquels gît un homme inconscient. C’est Rafal Ropa. Il est nu et recouvert d’une serviette blanche maculée de sang. Son épouse Michelle est agenouillée à ses côtés. Les policiers se rendent vite compte que l’homme, qui a une blessure à l’arcade sourcilière gauche, est mort.

 

Un décès confirmé par le personnel du Samu à son arrivée sur place. Le corps a par la suite été emmené à l’hôpital de Candos pour autopsie. Celle-ci, pratiquée par le Dr Chamane, Police Medical Officer, révèle que le décès est dû à des «cranio cerebral injuries». Le corps est maintenant à la morgue de l’hôpital SSRN en attendant son rapatriement vers la Pologne. Peu après le drame, vers 5 heures, la CID de Goodlands a procédé à l’arrestation de Michelle Ropa. Elle a comparu devant le tribunal du district de Rivière-du-Rempart peu après son arrestation et une accusation provisoire d’assassinat a été retenue contre elle. La police s’est opposée à sa libération sous caution et elle a été placée en détention provisoire jusqu’au 4 mai.

 

Elle a toutefois passé sa première nuit de détention à l’hôpital SSRN sous surveillance policière car, lors de sa comparution en cour, elle s’est plainte de douleurs. La Camerounaise a retenu les services de Me Zakir Mohamed pour la défendre. Interrogé, ce dernier nous a fait la déclaration suivante : «Ma cliente a agi en état de légitime défense.»

 

Lors de son premier interrogatoire le 27 avril, Michelle Ropa a expliqué aux enquêteurs qu’elle a poussé son époux dans les escaliers lors d’une énième dispute conjugale. Une violente altercation a eu lieu entre entre elle et Rafal, raconte-t-elle, quand celui-ci aurait tenté de l’agresser sexuellement avec un objet en métal.

 

La jeune femme précise qu’elle s’est débattue pour éviter d’être blessée et l’a poussé hors de la chambre. La tête de Rafal se serait alors enroulée dans le blind d’une fenêtre et il serait devenu plus agressif. Il l’aurait giflée à plusieurs reprises et menacée de la tuer. C’est alors que Michelle aurait poussé son époux dans les escaliers en essayant de se défendre. Il est tombé sur la plateforme du milieu des escaliers et n’a plus donné signe de vie.

 

Agression sexuelle

 

La Camerounaise a été interrogée une deuxième fois le lendemain où elle a donné plus de détails sur leur vie à Maurice et leur descente aux enfers ayant mené à ce terrible drame. Elle est également revenue sur les lieux du drame avec les enquêteurs dans la matinée du 29 avril. La police a opté pour un exercice de reconstitution des faits avec enregistrement vidéo cette fois, nous explique une source policière. Lorsque Rafal et Michelle Ropa, ensemble depuis 10 ans, décident de s’installer à Maurice, après l’achat d’une belle villa RES, c’est un rêve qui devient réalité pour ce couple et ses deux filles âgées de 9 et 2 ans. Maurice est le lieu idéal pour les mouvements de l’homme d’affaires polonais vers d’autres pays pour son business. Et vivre dans une île permet à la famille de mener une belle vie sous le soleil, en plus de leur permettre d’avoir un beau train de vie.

 

C’est en décembre 2019 que les Ropa emménagent au complexe Mystic and Resort Villa, à Grand-Gaube. Le couple, comme tant d’autres, a parfois des scènes de ménage. Mais après, les choses s’arrangent et les Ropa profitent de leur vie rêvée avec leurs enfants, parfois quittant leur nid douillet pour aller passer des week-ends dans de grands hôtels du pays. Mais tout bascule avec le premier confinement, en 2020. Rafal est cloué à Maurice avec l’arrêt des vols aériens et la situation sanitaire dans les pays où il a ses habitudes. C’est là que, selon son épouse, il serait devenu alcoolique, agressif et très violent. La jeune femme allègue qu’il écrasait parfois des pilules dont elle ignore le contenu pour les consommer avec de l’alcool.  Ce qui le mettait dans tous ses états, à en croire Michelle qui avance qu’il s’en prenait alors violemment à elle, verbalement et physiquement, lui faisant même subir des sévices sexuels.

 

Dans sa déposition à la police, une employée du couple confirme que celui-ci se disputait régulièrement. Depuis quelque temps, le Polonais et la Camerounaise faisaient d’ailleurs chambre à part. Le soir du drame, raconte Michelle, son époux avait consommé une bouteille d’alcool, mélangée à des pilules inconnues. Prévoyant le pire, la jeune femme se serait enfermée dans sa chambre. Peu après minuit, son époux, dit-elle, est venu frapper à sa porte dans un état second et se serait mis dans une grande colère lorsqu’elle a refusé d’ouvrir.

 

Le quadragénaire aurait alors utilisé un tournevis pour forcer la serrure. Après être entré dans la chambre, il aurait insisté pour avoir des relations sexuelles avec son épouse. La situation aurait encore empiré quand il aurait tenté de l’agresser sexuellement avec un objet en métal. La baby-sitter de service ce soir-là dormait avec les deux filles du couple au rez-de-chaussée.

 

À un moment, elle a été réveillée en sursaut par le bruit de la bagarre à l’étage. Elle n’est toutefois pas allée voir, pensant que le couple allait se calmer comme d’habitude. Elle est finalement sortie de la chambre lorsque sa patronne l’a appelée à l’aide. C’est d’ailleurs elle qui a sollicité la police après avoir retrouvé ses patrons dans les escaliers avec des blessures.

 

Après le drame, les enquêteurs ont alerté les autorités polonaises via son ambassade basée à Nairobi, au Kenya, pour les procédures courantes. Les enfants du couple Ropa ont, quant à eux, été pris en charge temporairement par un couple d’amis polonais de Rafal et Michelle, en attendant d’être confiés prochainement aux proches du défunt.

 

Des enfants qui sont pour le moment privés, de manière dramatique, de leurs deux parents. L’un est parti pour toujours et l’autre se retrouve en prison pour une durée indéterminée.