Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Vente illégale de vieille ferraille, pollution, routes impraticables… : Les habitants de Rughooputh Lane, Quatre-Bornes, montent au créneau
  • Festival du Livre de Trou-d’Eau-Douce : trois bonnes raisons d’y aller
  • Champions de cross-country - Rencontre avec Sébastien et Christopher Bonnapen : deux frères, une seule passion
  • Yogesh Siraz, côté jardin
  • Santé oculaire : ENL sensibilise les pêcheurs
  • Sahib Meerhossen condamné à perpétuité après l’assassinat de Lara Rijs - Son épouse Nazmeen : «Santans-la tro lour»
  • Ces Mauriciens «so in love» de La Casa de Papel
  • Athlétisme - Charge provisoire de détournement de fonds : Vivian Gungaram accusé et soutenu
  • Met Gala : attention les yeux !
  • À Montréal : quand la vie se conjugue avec la Covid-19

Maurice accueille à nouveau des visiteurs étrangers : la réouverture des frontières de tous les espoirs

Les visiteurs qui débarquent dans le pays depuis le jeudi 15 juillet vont dans des Resort Bubbles décrétés Covid-safe.

La première phase de réouverture des frontières de notre île, effectuée le jeudi 15 juillet, est considérée comme un premier pas pour la relance du tourisme, créant ainsi de grandes attentes de la part des opérateurs de ce secteur. Témoignages...

Entre impatience et espoir. C'est une étape que beaucoup attendaient. Depuis le jeudi 15 juillet, l'île Maurice a entamé une nouvelle étape de la réouverture de son territoire. Depuis cette semaine, et cela après plus d'un an, le pays accueille à nouveau des visiteurs étrangers, qu'ils soient vaccinés ou pas. Pour les acteurs évoluant dans les domaines touchés ces derniers mois par la fermeture de nos frontières, cette mesure fait souffler un vent d'optimisme. Bien que le virus circule toujours dans l'île – au cours de la semaine écoulée, le pays a enregistré plus d’une centaine de cas positifs en une journée –, les opérateurs de ce secteur en souffrance veulent croire en une reprise.

 

La réouverture des frontières tant attendue – avec un objectif des autorités d'accueillir 650 000 touristes pour les 12 prochains mois – se fera donc à travers différentes phases dont la première durera jusqu'au 30 septembre. Ainsi, depuis le 15 juillet, les touristes peuvent séjourner dans un des établissements hôteliers se trouvant sur une liste approuvée par les autorités (www.mauritiusnow.com). Ces visiteurs peuvent avoir accès aux facilités de l’établissement hôtelier choisi, notamment la piscine ou encore la plage. Les vacanciers qui ont choisi un séjour de plus de 14 jours pourront découvrir les différentes attractions de l’île en se prévalant de tests PCR négatifs. Depuis l'entrée en vigueur de cette procédure, chaque visiteur doit se soumettre à un test PCR à son arrivée à l’aéroport ainsi qu'au 7e et 14e jour du séjour. Dans la deuxième phase de réouverture complète, à partir du 1er octobre, aucune restriction ne sera appliquée pour les voyageurs vaccinés. Ils pourront débarquer chez nous sur présentation d'un test PCR négatif effectué dans les 72 heures ayant précédé leur départ.

 

Le Premier ministre adjoint et ministre du Tourisme, du logement et des terres, Steven Obeegadoo, s'est exprimé sur le sujet durant la semaine écoulée, sur la chaîne internationale CNN. Il a ainsi expliqué le concept de Resort Bubble, mis en place par la Tourism Authority et qui permet à certains établissements hôteliers d’accueillir «en toute sécurité les voyageurs étrangers». Le ministre Obeegadoo a également parlé de la campagne de vaccination et a souligné le fait que «we are relatively Covid-safe». Mettant en avant les mesures mises en place par les autorités, il a déclaré que «luxury in times of Covid is safety. We can offer safety and security to the traveler».

 

«Plus de 15 mois de paralysie»

 

Ceux évoluant dans ce secteur espèrent vraiment que les choses vont bouger dans le bon sens. Christian Lefèvre, Managing Director de l'agence réceptive Coquille Bonheur, confie ses attentes : «Après plus de 15 mois de paralysie, nous accueillons avec plein d’espoir la première phase de l’ouverture des frontières. Nous n’avons aucun doute qu’un protocole sanitaire renforcé mis en place de manière rigoureuse devrait assurer que la réputation de l’île Maurice reste intacte. La diversité de notre nation nous unit de manière significative et il était temps que nos compatriotes, nos familles, puissent nous visiter de nouveau et se reconnecter avec les leurs. Ceux qui viendront pendant la première phase devront passer par une quarantaine de 14 jours. Les tour-opérateurs ont commencé la promotion de la destination et la majorité des réservations sont pour un départ à partir du 1er octobre. À noter qu'il n'y a pas de vol direct de Londres vers Maurice par MK.»

 

Il attend avec impatience la deuxième phase de la réouverture : «Malgré toute la bonne volonté du gouvernement, nous déplorons que seule une dizaine d’hôtels et deux réceptifs travaillent pendant cette première phase. "Le progrès ne vaut que s’il est partagé par tous", affirme la publicité d’une grande société internationale. Nous sommes conscients des enjeux. Nous attendons donc avec hâte le 1er octobre pour une ouverture plus large et un véritable retour du tourisme sur l'île. Le tourisme constitue un secteur essentiel de notre économie, une activité majeure pour notre pays, porteur d’innovation, de savoir-faire et de progrès social par son importance et par l’impact qu’il peut avoir sur d’autres secteurs d’activités qui lui sont connexes.»

 

Les agences de voyages suivent également cette première phase de réouverture avec attention. «Étant donné que nous sommes dans ce domaine, le plus important pour nous était d'avoir des points pour entamer la relance. Du coup, on a ces deux dates-clés qui sont le 15 juillet, avec la première phase de réouverture, et le 1er octobre. C’est une bonne nouvelle parce que, depuis que le pays a fermé ses frontières en mars 2020, on était scotchés à tous les updates pour savoir comment allait s'organiser la suite», souligne Umarfarooq Omarjee, Executive Director d’Omarjee Aviation.

 

Pour lui, la reprise des activités dans le tourisme dépend aussi beaucoup de la situation à l'échelle internationale : «Les mesures qui ont été mises en place resteront, à mon avis, proactives par rapport à la situation mondiale. La Covid ne disparaîtra pas. On vivra donc avec le virus mais, bien sûr, avec les nouvelles mesures qui ont été mises en place. C'est vrai qu'il y a toujours des cas de contamination dans l'île mais la population commence à être vaccinée et les autorités mettent en place des zones rouges quand il le faut. Les touristes vont venir. Par exemple, ceux qui arrivent actuellement vont dans les resorts dédiés qui leur assurent un séjour en toute sécurité. Mais avec ce qui se passe à travers le monde, j'espère aussi que les choses vont s'améliorer dans d'autres pays. Si on prend l'exemple de l'Afrique du Sud et la situation sanitaire difficile qui y prévaut, notre île n'accueille pas les visiteurs qui viennent de là-bas. D'où mon souhait que la situation ailleurs s'améliore pour contribuer à la relance de l'univers des voyages. On va donc avancer et continuer à faire ce qu'il faut pour recevoir les touristes et redémarrer la machine de l'aviation et du tourisme. L'espoir est là. Les gens sont sereins et ils veulent venir à Maurice. Ils sont restés beaucoup de temps confinés. Et dans la culture européenne, partir en vacances une fois par an est important et la Covid a empêché cela.»

 

Bien que le pays ouvre, depuis cette semaine, ses portes pour recevoir les voyageurs étrangers, il y a ceux qui préfèrent attendre la deuxième phase de réouverture pour venir dans l'île. Marie Rapinat, une Française qui, avant la Covid, se faisait une joie de venir chaque année pour des séjours dans l'île, pense déjà à réserver ses billets. «Nous attendions la réouverture avec beaucoup d'impatience. Nous n'avons pas encore pris nos billets mais on ne devrait pas tarder à le faire vers début novembre. Nous espérons de tout cœur qu'il n'y aura plus de quarantaine en octobre/novembre car si c’est le cas, beaucoup de nos amis ne viendront pas. Nous avons hâte de retrouver cette si belle île», nous confie cette amoureuse de Maurice qui, entre impatience et espoir, souhaite que les choses s'améliorent très vite pour pouvoir enfin revenir profiter du soleil de notre île...