Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5-PLUS DIMANCHE

Pendant cette période de confinement, profitez de 5-Plus Dimanche, l’express, Business Mag, Weekly, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

  • Manifestation du 11 juillet : «Se zis enn reklam»
  • Hippisme - 4e journée : Rule The Night dans un finish qui enflamme le public
  • Décédé vendredi : Rodney Penny quitte définitivement les terrains
  • Entre nous, c’est nous-mêmes…
  • Réouverture des frontières : les opérateurs touristiques au front
  • Conseils pour les angoissés du déconfinement
  • PME Story - Julian Thomas de Lakaz A Samy : «Les dettes se sont accumulées mais…»
  • Stephen Chang, gagnant concentré de «Red Bull River Runes»
  • Quelques jours avec le P40 Pro
  • Kolektif Rivier Nwar : des poules, des œufs et un appel au don

Masque, gel... - Sortez couvert : ces «must-have» du moment

On les dégaine face au danger. Grâce à eux, on peut faire barrière à la propagation du coronavirus et se protéger.

 Eux, ce sont les masques et le gel hydroalcoolique, qui sont considérés comme de véritables armes d’attaque contre ce mal qui, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), se transmet principalement «d’une personne à l’autre par le biais de gouttelettes respiratoires expulsées par le nez ou par la bouche lorsqu’une personne malade tousse, éternue ou parle». Selon les professionnels de la santé, «ces gouttelettes sont relativement lourdes, ne parcourent pas de grandes distances et tombent rapidement au sol. Il est donc possible de contracter la Covid-19 en cas d’inhalation de ces gouttelettes. C’est pourquoi, il est important de se tenir à 1 mètre au moins des autres personnes». En outre, «ces gouttelettes peuvent se retrouver sur des objets ou des surfaces autour de la personne malade (tables, poignées de porte et rampes, par exemple). On peut alors contracter la Covid-19 si on touche ces objets ou ces surfaces et si on se touche ensuite les yeux, le nez ou la bouche. Il faut donc se laver régulièrement les mains à l’eau et au savon ou avec une solution hydroalcoolique».

 

Si au départ, plusieurs interrogations s’affrontaient autour du port du masque, attestant que son usage était recommandé uniquement lorsqu’une personne est malade pour éviter de contaminer les autres, ou encore que son utilisation n’était pas jugée nécessaire, ce discours a depuis changé. En France, par exemple, il y a quatre mois, les autorités minimisaient son utilité mais depuis le 11 mai, le gouvernement impose le port du masque dans les transports en commun. Dans notre île, le Public Health Act, amendé, fait désormais provision du port du masque, devenu un objet indispensable de notre quotidien. Zoom sur ces «must-have» du moment.

 

La touche Black Roots

 

C’est l’intrus du moment ! Le masque s’est imposé et s’est invité dans nos vies... Pourquoi ne pas lui donner un look tendance, du coup ? Et du style, ce n’est pas ce qui manque aux masques de Black Roots. «J’ai eu le déclic il y a quelques semaines, quand j’ai vu ma mère sortir pour aller faire des courses en portant un masque en papier», nous confie Marie Angélique Eugenie de Black Roots, qui a lancé depuis un peu plus de deux semaines sa gamme de masques hauts en couleur. «J’ai pris mon temps, je me suis beaucoup documentée sur les masques et j’utilise ainsi du polypropylène, qui est utilisé dans la fabrication de masque chirurgical, pour celle de mes masques. Comme on doit en porter souvent maintenant, pourquoi ne pas faire en sorte qu’ils soient colorés et stylés.»

 

Les produits avec des impressions africaines (à découvrir sur la page Facebook Black Roots) sont disponibles sur commande. Les intéressés (pour les hommes, les femmes et les enfants) peuvent envoyer un message en inbox et ils recevront alors les motifs disponibles. Les masques se vendent en lots de deux à Rs 200, incluant les frais postaux, et sont aussi disponibles avec headwrap assorti.

 

So fashion

 

Quand deux créateurs réunissent leurs talents, ça donne des masques très originaux. C’est pour leurs proches que Fabien Fauzou et Cédric Vincent de Call Him Dude, deux artistes connus dans le milieu de la mode local, ont voulu apporter leur petite touche en élaborant des masques pas comme les autres. «Depuis que je me suis lancé comme designer, les masques ont souvent été à l’honneur dans mes défilés et photoshoots car je trouvais que ça donnait un certain sex-appeal. Je n’aurais jamais pensé que cela ferait partie intégrante de notre quotidien. Quand la pandémie a frappé l’île, les masques étaient devenus des denrées rares. Du coup, il a fallu en fabriquer soi-même pour nos proches, surtout pour ceux qui devaient sortir pour aller dans des endroits à risques comme les supermarchés. Il faut bien garder en tête que les masques en tissu ne sont pas efficaces à 100 %. Je recommande fortement de les superposer sur un masque chirurgical pour égayer votre tenue ou créer votre style. Fabien Fauzou et moi avons, dans cette optique, créer des masques colorés, fun, avec divers motifs et matières, allant du coton au similicuir. Pour le moment, nous le faisons principalement pour nos amis et proches. C’est donc gratuit, d’autant que nous le faisons avec des restes de tissu que nous avions en masse», nous explique un Cédric Vincent fier et heureux de ses petits masques so fashion...

 

Sous les couleurs de Busy B

 

On connaît la marque Busy B pour ses belles tenues et maintenant, on la connaît aussi pour ses super masques. Ils sont attrayants et résolument in. Pour Béatrice Bijoux Bellepeau, il s’agit d’une nouvelle aventure dans laquelle son équipe et elle se sont embarquées pour ainsi continuer à opérer et à surprendre la clientèle malgré le confinement. «J’avais eu la présence d’esprit avant le confinement de déplacer certaines machines à domicile chez mes machinistes. Le lockdown nous a pris de court mais on a pu se débrouiller. Nous avions fait toutes sortes de brainstorming avec les employées et elles avaient proposé cette solution, entre autres. On s’est dit, puisqu’on est dans la mode, faisons quelque chose de gai à porter, qui n’inspire pas la peur et le dégoût», explique Beatrice Bijoux Bellepeau.

 

 

Pour le reste, le résultat et ses masques à la mode parlent d’eux-mêmes. «Busy B s’est basée sur les spécificités de LAFNOR pour la production à domicile de masques non sanitaires dits masques barrières. Des masques qui viennent compléter les gestes barrières pour des personnes saines à la reprise du travail – la distanciation sociale d’un mètre, le port du masque, le lavage des mains – et qui ne seront pas en présence de personnes porteuses du virus. Ce ne sont pas des masques médicaux pour les hôpitaux», précise la directrice de Busy B.

 

Ceux qui veulent commander ces masques peuvent le faire en inbox sur la page Facebook de Busy B et la livraison se fait partout dans l’île pour Rs 175. Les masques (pour hommes, femmes et enfants) se vendent par packs de 10 mais le client peut choisir de mélanger 5 pièces de deux modèles différents ainsi que ceux pour enfants. Les masques unis sont en trois épaisseurs de poly cotton à Rs 80 l’unité et les imprimés en deux couches de coton à Rs 100 l’unité. Le paiement se fait par Juice ou transfert bancaire.

 

À la mode de Tamak

 

Du choix, en veux-tu en voilà ! «Nous proposons des masques médicaux à Rs 20 la pièce, des masques KN95 à Rs 120 la pièce, des masques KN 95 avec valve à Rs 240 la pièce et des masques KN95 avec filtre et valve à Rs 275 la pièce. Nous proposons aussi des masques homemade et réutilisables à Rs 40 la pièce», nous confie Jason de Tamak. Il y en a ainsi pour tous les goûts chez Tamak qui propose aussi du hand sanitizer de la marque Essentz. «C'est du Made in Moris avec un taux d’alcool de 65 % et c’est en logement de 5 litres à Rs 1 000», précise Jason. Pour plus d’infos et pour commander, les intéressés peuvent le faire sur le site suivant : https://www.stayhome.mu/staysafe.

 

Alerte «make-up»

 

Comment se maquiller avec le port du masque ? Ci-dessous, les conseils de Kurline Jean-Pierre (photo), Make-up Artist. «L’accent est mis sur le regard car nous avons la moitié du visage caché», explique Kurline Jean-Pierre. Elle détaille les gestes de maquillage. «1. Utilisez une crème hydratante sur le visage et le cou. 2. Avec l’exposition au soleil, il est aussi primordial d’appliquer une crème pour la protection contre les rayons UV (50 SPF). Afin d’éviter un bronzage marbré. 3. Pour les lèvres, à appliquer un baume hydratant. 4. Pour le teint : utiliser un fond de teint n’est pas conseillé car il vient boucher les pores d’une peau déjà enfermée derrière un masque mais il peut être utilisé comme de l’anticerne pour estomper les nuances violacées en dessous de l’œil et la paupière mobile. 5. Utilisez une fine couche de poudre sous le regard et le front. 6. Le maquillage des yeux : laissez libre cours à votre imagination, tout en vous maquillant d’après votre code vestimentaire. Un coup d’eye-liner, ombre à paupière, de khôl noir et de mascara, selon les habitudes. 7. Pour les sourcils qui dessinent votre visage, comblez à l’aide d’un crayon ou d’une poudre spécifique.»

 

Jamais sans mon «hand sanitizer» : soyez Ecopro !

 

Dans le sac à main, dans la poche, à la maison, dans les bus, au bureau, dans les supermarchés, à l’entrée des institutions publiques... Bref, c’est à être utilisé partout. Le gel hydroalcoolique est devenu indispensable dans cette lutte pour faire reculer le coronavirus à travers un simple geste : en disposer sur les mains pour les nettoyer. Et en ce qu’il s’agit du hand sanitizer, Ecopro en connaît un rayon. «Ecopro est une société spécialisée dans la production et le développement des produits nettoyants et gels hydroalcooliques. Comme produits antibactériens, nous offrons le gel hydroalcoolique, du nettoyant de surface à base d’alcool et du savon hypoallergénique, entre autres. L’usage d’un gel hydroalcoolique participe à la prévention contre les risques d’infections. Le produit offert par Ecopro est préparé selon les formulations recommandées par l’OMS. La concentration est contrôlée et ajustée pour obtenir une préparation contenant 70 % d’alcool, par conséquent antibactérienne. Le produit est disponible en différents parfums, comme l’aloe vera et l’orange douce», nous explique un responsable de l'entreprise.

 

Le nettoyant de surface, lui, est un détergent multiusage ultra-performant à base d’alcool, que l’on peut utiliser à la fois comme désinfectant et nettoyant, poursuit-il. «Il est utilisable sur de nombreux types de surfaces et sert à éliminer les virus, bactéries et d’autres pathogènes émergents. Le produit a été conçu pour éliminer la contamination croisée des micro-organismes dans les hôpitaux, écoles ou bureaux, sans avoir à rincer avec de l’eau. Adapté pour tout le monde, le handwash d’Ecopro est un savon hypoallergénique pour l’hygiène des mains. Il nettoie vos mains en douceur en respectant tous les types de peaux, même sensibles, sans causer d’irritations. Le produit, disponible en plusieurs parfums, est bactéricide, levuricide et agit efficacement contre les virus, tout en laissant sur vos mains un parfum et une sensation de fraîcheur.» Pour les prix et plus d’infos concernant les commandes, vous pouvez vous renseigner sur le numéro suivant : 5840 0500.

 

Ce que dit la loi

 

Selon le Public Health Act, rendu public le 17 mai, le port du masque est impératif pour toute personne qui sera hors de son domicile. Ceux enfreignant cette règle sont passibles d’une amende n’excédant pas Rs 50 000 et une peine de prison ne dépassant pas deux ans. Tout enfant âgé de 5 ans ou plus devra également impérativement porter un masque en tout lieu hors de son domicile. Le parent devra ainsi veiller à ce que le masque couvre correctement la bouche et le nez de l’enfant. Le port du masque n’est toutefois pas obligatoire dans les cas suivants : si la personne voyage seule à bord de son véhicule privé ou avec les membres de sa famille habitant sous le même toit, lorsqu’elle est contrôlé par les services de l’ordre et dans le cadre d’un emploi où aucun masque ne peut être porté pour la bonne marche de cette activité.