Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Premier League : Manchester City règne sur l’Angleterre
  • Déconfinement et déconfiture
  • Coup d’envoi de la saison hippique hier : chutes en série… et décès du jockey Nooresh Juglall
  • Les trois frères Gurroby arrêtés après la saisie record de Rs 3,7 milliards de drogue - Anna, leur mère : «C’est dur de voir mes enfants accusés à tort»
  • Aidons à sauver le Musée de la Petite Collection
  • Se divertir malgré les restrictions : comme une envie de prendre l’air
  • Autonomisation des personnes en situation de handicap : Vibhesh Santoo, 22 ans, s’engage
  • Crime à Grand-Gaube : la version de Michelle Ropa intrigue les enquêteurs
  • Covid-19 : plusieurs personnes coincées à l'étranger depuis plus d’un an - La Mauricienne Ranini Cundasawmy, en Thaïlande avec son époux : «Comment nous nous sommes retrouvés bloqués là-bas»
  • Mon expérience de la quarantaine

Manifestation du 11 juillet : «Se zis enn reklam»

Des enfants battant du tambour. Une ravann, une maravann, des danseurs. Des jeunes femmes portant des chaînes. De la musique, des slogans, des cris du cœur. Des Mauriciens excédés, fatigués de la gestion politique. Des citoyens rêvant d’un changement, d’équité, de responsabilité, d’intégrité et de justice sociale. C’était hier, samedi 11 juillet, dans les rues de la capitale. Ils étaient nombreux à s’être déplacés pour la manifestation organisée par le mouvement Kolektif Konversasion Solider, qui est né pour tenter de contrer les amendements aux lois dans le sillage de la Covid-19.

 

Des familles, des individuels, des citoyens engagés, des politiciens de l’opposition… Masqués, motivés. Le poing levé. Les pancartes brandies. Répétant, infatigables : «Dominer nou pa le», «Pansion nou drwa», «Aret fer dominer ar travayer», «Diktater nou pa le», «Kapitalis ki bizin fer sakrifis, «Lekip Ali Baba ek so 40 voler bizin lev pake ale», entre autres. Appelant au contrôle des prix, à la sécurité d’emploi, aux retours des Mauriciens bloqués sur les bateaux de croisières… Demandant à être entendus, vus, reconnus et respectés.

 

Pour Ashok Subron, un des organisateurs de cette marche, la mobilisation, «ena plizir milie dimounn», a permis de comprendre une chose : «Lepep Moris, na pa enn lepep soumett.» Face à ce succès, il le dit, il sera question de «mobilisation permanente» : «Sa se zis enn reklam sa. Nous maintiendrons la pression et nous appelons à manifester dans les différentes régions.» Pour lui, les maîtres-mots de ces mouvements de protestation sont le désir pour la vie, la solidarité et la liberté.