• Sahill Persand, 21 ans, meurt dans l’incendie de sa voiture en janvier - Ses parents : «Ena boukou kitsoz lous kinn deroule dan sa zafer-la»
  • Championnats d’Afrique d’haltérophilie jeunes et juniors : une troisième couronne africaine pour Khelwin Juboo
  • Décès du chanteur de «Gangta's Paradise» - le Mauricien Judex Rose : «Le jour où j'ai partagé la scène avec Coolio»
  • Sooraj Laljee en détention pour trafic humain allégué : son épouse l’accuse ; ses proches parlent de «coup monté»
  • Elle est sélectionnée pour l’OplinePrize International - L’artiste Vidya-Kelie, d’origine mauricienne : «Votez pour moi !»
  • [ PUBLI-REPORTAGE ] Use heart for every heart
  • Son nouvel album lancé en exclusivité et en live au J&J Auditorium - Mickaël Pouvin : «Je veux encore toucher le cœur des Mauriciens»
  • Agression sanglante à Résidence Barkly : comment j’ai échappé à une tentative d’assassinat à l’arme blanche
  • Spectacle de Norah Fatehi : le bonheur des sept Mauriciens qui danseront avec elle
  • Yuvan Sungkur, le faux avocat démasqué - Me Sanjeev Teeluckdharry : «Il a trompé beaucoup de monde, je ne comprends pas comment…»

Maintien du prix des carburants : les Mauriciens entre révolte et incompréhension

En décembre 2021 et mai 2022, le prix des carburants dans l’île a augmenté à quatre reprises. Des hausses constantes qui ont aussi entraîné la flambée des prix des commodités ainsi que la hausse du tarif du transport. Si le gouvernement s’était aligné sur la tendance mondiale pour hausser les prix, tel n’est pas le cas maintenant que ceux-ci baissent à l’international. Parlementaires et citoyens s’expriment.

Xavier-Luc Duval, leader du PMSD et de l’opposition : «Aucune justification pour maintenir ce prix»

 

«Sur le plan mondial, le prix de l’essence a connu une baisse de 30 %. C’est pourquoi, nous réclamons une baisse conséquente de ce produit à Maurice également. D’ailleurs, nous n’acceptons pas les explications du gouvernement quant au maintien des tarifs en vigueur en ce moment, surtout que nous connaissons les répercussions que cela engendre sur les consommateurs, avec les prix des denrées et l’inflation qui continuent de les étouffer. De plus, malgré la dépréciation de la roupie, nous continuons de payer le pétrole deux fois le prix d’achat et je souligne qu’il n’y a aucune justification pour maintenir ce prix à la hausse, sinon à cause de ces taxes inutiles qu’impose le gouvernement. Selon moi, si le gouvernement arrête ses gaspillages, ses projets faramineux ou encore ses corruptions, les économies engendrées pourraient aider la population.»

 

Paul Bérenger, leader du MMM : «Nous dénonçons cet agissement»

 

«Au niveau mondial, le prix du pétrole a connu une dégringolade et cela s’est répercuté un peu partout mais pas à Maurice. Alors que tout le monde ici attendait cette baisse. C’est pour cela que nous dénonçons cet agissement. De plus, nous payons toujours les Rs 2 qui servent soi-disant à acheter les vaccins contre la Covid-19 mais qui, au final, servent pour tout autre chose, plus toutes les autres taxes, ce qui fait qu’on paye le carburant deux fois son prix d’achat originel. D’où notre appel à la population de donner un coup de main à l’ACIM lors de sa prochaine marche. Mais nous demandons aussi au gouvernement de baisser le prix du carburant et surtout, qu’il ne vienne pas augmenter le tarif du CEB et se cacher ensuite derrière des prétextes.»

 

Navin Ramgoolam, leader du PTr : «Une baisse du prix aurait dynamisé l’économie»

 

«S’il avait baissé le prix de l’essence, le gouvernement aurait donné un dynamisme à l’économie. Les autres pays l’ont fait mais Maurice, elle, fait le contraire. Selon moi, les prix sont restés inchangés car le gouvernement utilisera cet argent comme une sorte de bribe électorale lors des élections qui approchent.»

 

Nando Bodha, leader du Rassemblement Mauricien : «Faire la politique sur la souffrance du peuple»

 

«Nous connaissons tous l’impact sur la population de ce maintien du prix de l’essence par le gouvernement. En agissant ainsi, le gouvernement démontre une nouvelle fois son mode opératoire qui est de faire de la politique sur la souffrance du peuple, tout en trouvrant des histoires farfelues à raconter.»

 

Tracy Pierre, automobiliste et usager du transport en commun : «Dans l’attente d’une réévaluation des prix»

 

«C'est vraiment étonnant : dès qu'il y a une hausse du prix du pétrole sur le plan mondial, il y a rapidement une hausse du prix à Maurice aussi. Mais là, quand le prix baisse à l’international, le gouvernement n’agit pas en conséquence et trouve toutes sortes de justifications. Nous sommes toujours dans l’attente d'une réévaluation des prix dans les semaines à venir ; la population espère une décision qui lui sera bénéfique. Une réelle baisse du prix du pétrole aura définitivement un impact sur le porte-monnaie des Mauriciens. En tout cas, ce n'est pas normal de nous faire rester dans une telle incertitude plus longtemps.»

 

Owen Lim Chin Fa, usager du transport en commun : «Le gouvernement ne pense qu’à lui»

 

«Le gouvernement ne pense qu’à lui. Le Petroleum Pricing Committee a non seulement maintenu le prix de l'essence mais il voulait aussi w le prix du diesel. Cela démontre les intentions de ce gouvernement et du Petroleum Pricing Committee, surtout que, dans le monde entier, le prix du pétrole a baissé. Dépenser moins sur l'essence aurait un impact conséquent sur le budget des consommateurs car cela équivaudrait à plus d'argent à investir dans d’autres achats. Il y aurait un plus grand cash-flow dans le pays.»