Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5-PLUS DIMANCHE

Pendant cette période de confinement, profitez de 5-Plus Dimanche, l’express, Business Mag, Weekly, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

  • Manifestation du 11 juillet : «Se zis enn reklam»
  • Hippisme - 4e journée : Rule The Night dans un finish qui enflamme le public
  • Décédé vendredi : Rodney Penny quitte définitivement les terrains
  • Entre nous, c’est nous-mêmes…
  • Réouverture des frontières : les opérateurs touristiques au front
  • Conseils pour les angoissés du déconfinement
  • PME Story - Julian Thomas de Lakaz A Samy : «Les dettes se sont accumulées mais…»
  • Stephen Chang, gagnant concentré de «Red Bull River Runes»
  • Quelques jours avec le P40 Pro
  • Kolektif Rivier Nwar : des poules, des œufs et un appel au don

L’opposition discute et...

... ça donne ça : des messieurs masqués qui parlent du déconfinement mais pas que. À l’issue de cette rencontre entre Arvind Boolell, Paul Bérenger et Xavier-Luc Duval, au Hennessy Park Hotel, le vendredi 24 avril, le premier nommé, leader de l’opposition, s’est adressé aux journalistes présents en maintenant le social distancing, bien sûr.  Arvind Boolell a déclaré que trois  principales thématiques avaient été au menu des discussions : la fin du lockdown, la reprise parlementaire et la situation à Air Mauritius où il a été question de la nécessité d’une restructuration sans ingérence politique et sans mettre les emplois en péril.

 

L’homme du PTr a également déclaré qu’il avait l’impression que le déconfinement avait déjà eu lieu au vu de la quantité de personnes qui sont sur les routes et des 137 000 permis de travail délivrés. Justement, en raison du flou autour de l’octroi de ces permissions, entre autres questions, ses camarades de l’opposition et lui estiment qu’il est temps que le gouvernement cesse de tergiverser et explicite sa stratégie post-4 mai. Surtout que ça permettrait, estime-t-il, que les Mauriciens se préparent : «Il y a les précautions à prendre. Il faut prendre des mesures, pas à la légère mais basées sur des données scientifiques.»