Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Vente illégale de vieille ferraille, pollution, routes impraticables… : Les habitants de Rughooputh Lane, Quatre-Bornes, montent au créneau
  • Festival du Livre de Trou-d’Eau-Douce : trois bonnes raisons d’y aller
  • Champions de cross-country - Rencontre avec Sébastien et Christopher Bonnapen : deux frères, une seule passion
  • Yogesh Siraz, côté jardin
  • Santé oculaire : ENL sensibilise les pêcheurs
  • Sahib Meerhossen condamné à perpétuité après l’assassinat de Lara Rijs - Son épouse Nazmeen : «Santans-la tro lour»
  • Ces Mauriciens «so in love» de La Casa de Papel
  • Athlétisme - Charge provisoire de détournement de fonds : Vivian Gungaram accusé et soutenu
  • Met Gala : attention les yeux !
  • À Montréal : quand la vie se conjugue avec la Covid-19

Lindefandab : au nom des victimes de crimes atroces

Michaël Lavigilante (à droite) et Lekip Good To Go invitent les Mauriciens à découvrir leur univers à travers le titre Lindefandab sur YouTube.

Ils mettent des mots sur des maux. Zoom sur Michaël Lavigilante et une petite équipe, qui ont lancé une chanson et une vidéo en hommage à des personnes qui ont perdu la vie dans de terribles crimes...

Elles s’appelaient Nadine Dantier, Anita Jolita, Marie-Ange Milazar ou encore Eleana Gentil. Leurs noms sont tristement associés à de terribles drames. Leurs visages sont à jamais liés à des faits divers qui, du jour au lendemain, ont fait d’elles des symboles. Elles ont quitté ce monde dans d’atroces souffrances, alors qu’elles respiraient la vie. Leurs destins ont basculé lorsqu’elles ont croisé la mauvaise personne sur leur chemin, et qui, par un acte malveillant, a fermé à jamais leurs yeux.

 

Nadine Dantier avait 20 ans. L’étudiante de l’Université de Maurice avait été agressée et tuée près de sa maison à Albion. Son corps avait été retrouvé sur un terrain vague. C’était le 25 juin 2003. Depuis, sa famille attend toujours de savoir ce qui lui est arrivé.

 

Marie-Ange Milazar, alors qu’elle était enceinte de 8 mois, avait été retrouvée le 10 novembre 2009 dans une bouche d’égout sous le pont de la rue Labourdonnais à Port-Louis. Trois personnes, qui ont avoué avoir fait subir des sévices à Marie-Ange Milazar avant de se débarrasser d’elle, ont été arrêtées dans le cadre de cette triste affaire.

 

Le 3 juillet 2005, le pays se réveille en apprenant une terrible nouvelle. La petite Anita Jolita, 2 ans et demi, est retrouvé sans vie, nue, avec de nombreuses blessures, dans un marécage, non loin du lagon de Mare-La-Chaux. L’autopsie révèle que la petite a été victime d’abus sexuels. Deux jeunes ont été trouvés coupables de cette terrible tragédie.

 

Le dimanche 5 avril 2015, c’est la disparition d’Eléana Gentil, 11 ans, qui provoque l’émoi. Son corps en état de décomposition est retrouvé 11 jours plus tard. L’enquête a conclu que la fillette a été victime de violences sexuelles avant d’être assassinée. Ses proches attendent toujours justice. D’un récit à l’autre, une grande émotion...

 

Ce sont là des drames qui ont inspiré le projet Lindefandab qui se veut avant tout être un hommage à ces victimes. C’est pour qu’on ne les oublie pas, pour que le pays se rappelle que notre petit paradis a aussi cette facette où la violence règne, que Michaël Lavigilante a immortalisé les histoires de ces victimes de crimes atroces dans Lindefandab, un clip et une chanson de 7 min 25, qui rendent hommage à ces enfants de notre île parties trop tôt, laissant des familles entières dans une grande souffrance. «Nou pa le sa ankor !» lance une proche d’Eleana Gentil dans la vidéo. Sa tristesse est palpable. Sa souffrance aussi. Elle souhaite que personne n’ait à vivre ce genre de pertes.

 

Un cri du cœur

 

C’est cela qui a animé Michaël Lavigilante : que notre pays ne connaisse plus ce genre de drames. «C’est avant tout un cri du cœur que j’ai lancé. Il faut qu’on se souvienne de ces tristes et horribles histoires qui, quand elles sont arrivées, avaient monopolisé l’actualité. Il faut que la jeune génération connaisse ce qui est arrivé dans notre île et mesure la place de la violence dans notre société. Il s’agit de rappeler que ces choses sont arrivées. Certains de ces cas n’ont toujours pas révélé leurs secrets et Lindefandab se veut être un coup de projecteur sur ces drames pour que les proches des victimes, ceux qui restent, sachent qu’il y a des gens qui attendent avec eux des réponses», nous confie Michaël Lavigilante qui a donné vie à ce projet. Et c’est avec une équipe dynamique et enthousiaste, la bande de Lekip Good To Go, que la chanson et le clip ont pris vie.

 

Pour Lindefandab, Michael et son équipe énumèrent ainsi tous ces drames, et des proches d’Eleana Gentil y ont aussi participé pour rappeler que ces tristes histoires marquent à vie. «Nous ne comptons pas nous arrêter à Lindefandab. Nous voulons toucher et réfléchir avec nos mots. Nous mettons en avant des textes engagés et nous travaillons sur un album. L’idée aussi, c’est de proposer, au fur et à mesure, un titre différent qui abordera différents thèmes qui touchent notre société», conclut Michaël Lavigilante qui invite qui le veut à découvrir Lindefandab et son hommage aux victimes de crimes atroces sur YouTube. Ce sont, souligne-t-il, de tristes histoires qu’on ne doit jamais oublier...