Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Pascal Desroches, arrêté pour agressions sexuelles : portrait du violeur en série aux deux visages
  • Rashmi Rocket : Taapsee Pannu court plus vite que son ombre
  • Nouvel album : Alain Ramanisum va vous faire… «Danse»
  • Malenn Oodiah : «Nous pouvons et nous devons réinventer notre modèle de société»
  • Covid-19 : Maurice tombe le masque, Rodrigues sur le qui-vive
  • Un an depuis la disparition tragique de Soopramanien Kistnen - Hansley, son fils : «Mo gard lespwar pou kone ki sannla inn tir lavi mo papa»
  • Si les «Avengers» n’existaient pas…
  • Tennis de table – ITTF World Youth Championships : A la conquête du Portugal
  • Prince Stave : a Nigerian musician in Mauritius
  • La situation des rastas mauriciens préoccupe l’opinion internationale

Lidersip ek politik - Jonathan Ravat : «Peu importe les moments, tout citoyen doit continuer à s'intéresser à tout ce qui concerne la vie de son État»

«Ce parcours a pour but de continuer d'éveiller la conscience citoyenne et d'inviter les participants à exercer leur responsabilité politique de citoyens mauriciens...» C'est l'une des raisons mises en avant sur l'invitation de la nouvelle formation Lidersip ek politik que proposera l'Institut Cardinal Jean Margéot chaque jeudi, à partir du 2 septembre. Explications du Dr Jonathan Ravat qui assurera ces cours...

Vous proposerez bientôt un parcours de 40 semaines à travers lequel vous invitez les Mauriciens à redécouvrir le vrai sens du politique et de la politique (La politique pour un éveil citoyen à Maurice – Lidersip ek politik)... Avec les changements dans la vie de tout un chacun, liés à la pandémie, la politique est-elle au cœur des préoccupations des Mauriciens ?

 

Il faut inlassablement, continuellement, demeurer intéressé avec tout ce qui est de l'ordre du politique et de la politique. Peu importe les moments, les difficultés que l'on traverse, les choses qui peuvent nous faire soit être dans la joie, soit être dans la révolte, dans la désespérance, or whatever it is, whatever be our mood. Parce qu'il s'agit de notre vivre-ensemble, tout citoyen doit s’intéresser continuellement à tout ce qui concerne la vie de son État, de son pays. Ma réponse est donc oui. Je pense qu'il ne faut pas simplement s'intéresser mais aussi demeurer en mode de posture et de culture d'intérêt concernant la chose politique.

 

À qui s'adressent ces cours ?

 

À tout le monde, hommes, femmes, tous les citoyens de la République, de tous les horizons, de différentes ethnies et cultures, avec différents background académiques, diverses professions et religions. Ça a toujours été mon dada, c'est-à-dire de réunir un pot-pourri de personnes autour d'un pot-pourri de connaissances, avec une cause à cœur. Je l'ai fait pendant 10 ans avec le leadership social et maintenant, on essaie une nouvelle expérience avec le même idéal, le même souffle, le même esprit mais on s'adapte un peu et on se réinvente.

 

Que gagnera une personne qui assistera à ces cours ?

 

Il y a premièrement l'expérience humaine. En termes d'expérience, j'ai confiance dans l'être humain et je pense qu'il y a un enrichissement mutuel en termes d'expérience. Ensuite, très humblement, je crois que sur le plan de la connaissance intellectuelle et sur le plan du savoir, il y aura un enrichissement. Je pense aussi que les citoyens auront un peu d’outils en termes de principe, de modèle ou encore de méthode pour pouvoir continuer à exercer leur part au sein de la République. On ne va pas sortir de ces cours en se disant «je vais maintenant m'engager dans la politique» ou alors en se disant «je vais faire un parti politique» : non ! D'abord et avant tout, participer à ces cours, c'est se donner les moyens d'être davantage dans le politique dans la société, dans un éveil de citoyen concernant son pays, son histoire, sa réalité. Maintenant, quelqu'un qui voudra se lancer dans la politique, je vais l'encourager peu importe le parti, nouveau ou actuel, petit ou gros. Mon mandat, c'est la formation : former avec mes connaissances, mes recherches, pour aider les gens à être engagés, à être en vigilance, en veille dans notre pays.

 

La classe politique actuelle est très critiquée dans notre pays. Comment redonner ses lettres de noblesse à la politique ?

 

La politique, throughout the years and throughout the countries, n'a pas eu tout le temps bonne presse. Peut-être parce qu'il y a un déficit de communication de la part des politiciens mais aussi peut-être parce qu'il y a un désintérêt, parce que les gens sont plus occupés et préoccupés par d'autres choses, comme gagner leur vie. Il y a un gap à combler ou presqu’une réconciliation à faire, entre le peuple et la politique, et entre le peuple et le politique. Je suis un homme qui croit dans quelque chose qu'on appelle l'espérance. Je suis un homme rempli de positivité. Il ne faut surtout pas mettre tous les espoirs dans l'ICJM ou en moi ou en whatever, surtout pas. C'est juste qu'on essaie d'apporter notre contribution. C'est une manière par laquelle on va essayer de redorer le blason du politique et de la politique en espérant que ça fasse mouche. On ne va pas changer le monde avec une formation de 50 personnes mais on va changer le monde de ces 50 personnes-là.

 


 

Infos pratiques : Tous ceux intéressés à suivre cette nouvelle formation sur le leadership et la politique offerte par et à l'ICJM, pourront le faire tous les jeudis en soirée (selon les normes de sécurité en vigueur dans le pays) à partir du 2 septembre 2021, de 18 heures à 21 heures. Le coût est de Rs 10 000 pour l'année par participant. Des facilités de paiement sont disponibles. Inscription obligatoire sur secretariat@icjm.mu. Tel. 464 4109, 5256 1220, 5936 5590. Plus d'infos sur Facebook, ICJM Communication, ou sur le site http://icjm.mu.