• La vie de... fashionista d’Amanda
  • La PS5 rend impatient
  • Tennis de table - formation : ouverture d’une école à Port-Louis
  • Pétanque – Championnat national doublette mixte : Wong et Sookharry conservent leur titre
  • 15 ans du Collectif Arc-en-Ciel : Mon meilleur souvenir autour d’une Marche des Fiertés
  • Le «kombucha» : à adopter ou à éviter ?
  • Techno - Huawei Y8P : joli et pas cher
  • Huawei Matebook : salut les (petits) musclés !
  • Un million de repas redistribués : réduire l’insécurité alimentaire, le pari de FoodWise
  • Anil Digumber : la Case 75, une histoire de cœur

Les partis de l’opposition : «Que les ministres Ramano et Maudhoo démissionnent»

À l’unisson. Le samedi 8 août, les leaders des partis de l’opposition se sont réunis une seconde fois – ça se fera tous les 15 jours – pour discuter des sujets d’actualité. Paul Bérenger, Navin Ramgoolam et Xavier-Luc Duval se sont donc retrouvés à l’hôtel Hennessy Parc et suite à cela, ils ont animé une conférence de presse présidé par le leader du MMM. Le principal sujet était, bien sûr, la situation autour du Wakashio. Paul Bérenger, Navin Ramgoolam et Xavier-Luc Duval ont réclamé unanimement la démission immédiate du ministre de l’Environnement Kavy Ramano et du ministre de la Pêche Sudheer Maudhoo.

 

«Oui, nous demandons la démission de ces deux ministres mais il ne faut pas non plus que le Premier ministre mette ça que sur leur dos (…). C’est après 12 jours qu’on vient nous dire qu’il n’y a pas d’équipement ni d’expertise. Et en temps et lieux, il faudra aussi éclaircir ce qui s’est passé avant le naufrage», a déclaré Paul Bérenger.

 

Navin Ramgoolam a, lui, fait référence au passé tout en fustigeant l’«incompétence impensable» du gouvernement actuel. «En 2011, on était face à un problème similaire, avec un navire près de nos côtes. Je me rappelle avoir géré le problème avec Anil Baichoo. Et pas une goutte d’huile n’était tombé en dehors.» 

 

Pour finir, Xavier-Luc Duval a évoqué un autre cas : «Les leçons du MV Betina n’ont pas été tirées. Des mesures auraient dû être prises, d’autant que le gouvernement voulait qu’on devienne un hub maritime. On aurait dû notamment acheter des tugs (remorqueurs) qui nous auraient servi dans ce genre de situation ou encore éloigner les sea lanes de nos côtes pour que les bateaux passent plus loin de nous.»

 

Le vendredi 7 août, les membres de l’opposition et leurs leaders étaient aussi sur place pour constater de visu la situation, tout en s’entretenant avec les pêcheurs et les habitants de l’endroit. On a même vu le leader de l’opposition Arvind Boolell s’approcher de l’eau, se tremper la main et sentir l’eau en grimaçant…