Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Pascal Desroches, arrêté pour agressions sexuelles : portrait du violeur en série aux deux visages
  • Rashmi Rocket : Taapsee Pannu court plus vite que son ombre
  • Nouvel album : Alain Ramanisum va vous faire… «Danse»
  • Malenn Oodiah : «Nous pouvons et nous devons réinventer notre modèle de société»
  • Covid-19 : Maurice tombe le masque, Rodrigues sur le qui-vive
  • Un an depuis la disparition tragique de Soopramanien Kistnen - Hansley, son fils : «Mo gard lespwar pou kone ki sannla inn tir lavi mo papa»
  • Si les «Avengers» n’existaient pas…
  • Tennis de table – ITTF World Youth Championships : A la conquête du Portugal
  • Prince Stave : a Nigerian musician in Mauritius
  • La situation des rastas mauriciens préoccupe l’opinion internationale

Le monde sous l’emprise de la Covid-19 : les réouvertures des frontières de tous les espoirs

Eric et sa petite famille espèrent vite pouvoir venir à Maurice.

«Avec la naissance de ma fille en 2020 en pleine pandémie, nous n’avons pas pu faire le déplacement à Maurice et présenter notre princesse à ses grands-parents», nous confie le Mauricien Eric Mootoosamy, installé à Sydney, en Australie, et qui suit avec attention l'actualité autour des réouvertures des frontières...

Petit à petit, de nombreux pays retrouvent leur rythme. Car au fil des jours, et avec la progression des campagnes de vaccination, les autorités, dans plusieurs parties du monde, enlèvent les restrictions qui avaient été mises en place pour contrôler la propagation du virus qui, depuis plusieurs mois, paralyse de nombreuses destinations. Après 20 mois de fermeture de leurs frontières à cause du coronavirus, les États-Unis ont annoncé, ce lundi 20 septembre, une réouverture pour «début novembre».

 

Le pays va ainsi, dans un mois, autoriser l'entrée sur son territoire à tous les voyageurs venant de l’étranger, à condition qu’ils soient entièrement vaccinés contre la Covid-19. D'autres paramètres vont aussi régir cette mesure très attendue. Cette nouvelle est donc accueillie positivement. Selon Jean-Pierre Mas, le président des Entreprises de voyage, la réouverture des frontières aux USA va «peut-être accélérer la reprise globale du tourisme mondial». Depuis que des pays ont annoncé la réouverture de leurs frontières, ils sont nombreux à se dire soulagés et à applaudir cette décision, même si la Covid-19 continue à faire des ravages. Comme les États-Unis, l'Australie a aussi fait savoir que la réouverture de son ciel pour bientôt est envisageable.

 

Le Mauricien Eric Mootoosamy, comme de nombreuses personnes qui n'ont pas revu leurs proches qui se trouvent dans d'autres parties du monde, est scotché à cette actualité. «L'espoir renaît pour moi et pour beaucoup de Mauriciens qui vivent en Australie depuis que le Premier ministre australien a annoncé qu’il encouragera la réouverture des frontières dès que la population aura atteint le taux de 80 % de vaccination. Après la naissance de ma fille en 2020, en pleine pandémie, nous n’avons pas pu faire le déplacement à Maurice et présenter notre princesse à ses grands-parents et à la famille en général», nous confie notre compatriote installé à Sydney.

 

Il suit donc aussi de très près la réouverture des frontières à Maurice. «Je suis vite redescendu de mon petit nuage en voyant les prix exorbitants que certaines compagnies aériennes affichent. Pour une famille comme la mienne, c'est-à-dire deux adultes et deux enfants, nous devons débourser la coquette somme d'environ Rs 750 000, pour les billets d'avion seulement, en période de fin d'année. Déjà que les Mauriciens d'ici se sentent abandonnés depuis des années par notre ancienne compagnie aérienne nationale, quand des vols directs sur d’autres États que Perth ont été annulés, entre autres. J’espère qu’à la réouverture des frontières australiennes, notre paille-en-queue national se permettra quelques vols à des prix encourageants, comme elle le fait pour les pays européens.»

 

Son souhait le plus cher : que les chiffres par rapport à la propagation du virus permettent très vite la réouverture du ciel dans son pays d'adoption. «Les autorités se sont lancées dans une campagne agressive pour la vaccination afin de pouvoir relancer les activités commerciales et sociales, campagne que beaucoup ont critiquée et décrite comme tardive.» Après de longues périodes de stress causées par la pandémie, Eric Mootoosamy, comme d'autres compatriotes, espère vite pouvoir retrouver ses proches. «Maurice, qu’on soit pour ou contre, a planifié la réouverture complète pour bientôt, et ces fils et filles du sol mauricien qui ont été incapables d’être avec leurs proches pendant un si long moment ne désirent que se créer de nouveaux souvenirs», ajoute le Mauricien. Il lance un appel aux autorités : «Je suis sûr que des tarifs préférentiels pour les Mauriciens seraient un bon début, si notre paille-en-queue reprend un jour son envol vers la terre des kangourous !» C’est ce que lui et bien d’autres espèrent ardemment !