Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Vente illégale de vieille ferraille, pollution, routes impraticables… : Les habitants de Rughooputh Lane, Quatre-Bornes, montent au créneau
  • Festival du Livre de Trou-d’Eau-Douce : trois bonnes raisons d’y aller
  • Champions de cross-country - Rencontre avec Sébastien et Christopher Bonnapen : deux frères, une seule passion
  • Yogesh Siraz, côté jardin
  • Santé oculaire : ENL sensibilise les pêcheurs
  • Sahib Meerhossen condamné à perpétuité après l’assassinat de Lara Rijs - Son épouse Nazmeen : «Santans-la tro lour»
  • Ces Mauriciens «so in love» de La Casa de Papel
  • Athlétisme - Charge provisoire de détournement de fonds : Vivian Gungaram accusé et soutenu
  • Met Gala : attention les yeux !
  • À Montréal : quand la vie se conjugue avec la Covid-19

Le monde du spectacle revit en Europe - Mario Ramsamy : «Remonter sur scène est incroyable !»

«J’espère que les choses rentreront vite dans l’ordre à Maurice et que les artistes pourront très vite retrouver leur public», nous confie l’artiste d’Émile & Images.

Un rendez-vous qui se faisait attendre. Des retrouvailles qui ont une saveur particulière. Une grande dose d’émotion, le temps d’une communion avec un public retrouvé après une longue période de séparation causée par la Covid-19. Le retour sur scène des artistes français, au fil des semaines écoulées – après la levée des restrictions, la réouverture des salles de spectacles et la tenue des concerts à nouveau –, a été vécu intensément. Parce que la musique, c’est surtout une histoire de transmission. Et ce n’est pas le Mauricien Mario Ramsamy, du groupe Émile & Images, qui a fait danser tout Roland-Garros il y a quelques jours lors du concert dans le cadre de la fête de la Musique sur France 2, qui dira le contraire.

«Ki manyer Moris ?» lâche-t-il d’emblée, dans un éclat de rire, avant de revenir sur les derniers mois écoulés durant lesquels le monde du spectacle était à l’arrêt en Europe, comme dans d’autres parties du monde, crise sanitaire oblige ! «Ce retour sur scène a été terrible», nous dit le chanteur, du soleil dans la voix. Comme à son habitude, l’artiste d’Émile & Images, qui a repris ses plus grands tubes dont le fameux Les démons de minuit lors de cette fête de la Musique qui célébrait les années 80, déborde d’énergie. «Durant la semaine écoulée, j’ai donné des concerts à Fribourg, en Suisse. Puis, je suis rentré en France. Le mercredi soir, quand je suis remonté sur scène, c’était quelque chose de fou, d’incroyable ! C’était un moment de liberté», ajoute notre compatriote, tout en soulignant qu’il avait toutefois quelques interrogations par rapport à cette série de concerts. «Je me suis posé des questions. Je me suis demandé si je pouvais honorer deux heures de répertoire. Mais les choses se sont très bien passées.»

 

Comme tous les artistes, il le confirme : jouer devant un public n’a pas son pareil, même si durant le confinement, beaucoup d’artistes ont tenté l’expérience en ligne et se sont produits pendant des livestreams filmés. «Rien ne remplace le contact humain ! Je peux comprendre ceux qui ont fait des concerts sur les écrans pendant la Covid-19 mais je pense que les gens qui regardaient ces concerts n’entendaient pas ce qui leur était proposé parce que le cœur n’y était pas. Ils étaient concentrés sur leurs problèmes de la vie de tous les jours.»

 

Les mois écoulés ont été, pour lui, riches en enseignements et expériences : «J’ai profité de la période de Covid pour déménager. J’ai quitté Toulouse pour aménager à Bon Rencontre. J’y suis depuis maintenant neuf mois. Cela se passe très bien. Je suis en pleine campagne.» Entre apprentissages et nouveaux réflexes, cette période lui a surtout permis de se recentrer : «J’ai adopté deux chiens pendant cette période et cela me permettait de sortir avec eux parce qu’on avait le droit de le faire avec les animaux. Pendant deux heures par jour, j’allais ainsi me balader dans les bois avec mes chiens et cela me permettait de me vider la tête. Cela me faisait du bien.»

 

«J’étais bien loti mais...»

 

Bien évidemment, la musique a aussi occupé ses journées. «J’ai maintenant ma boîte de production : Belle-Mare Production. Au fil de ces derniers mois, j’ai pu ainsi finir les écritures que j’avais commencées il y a huit ans. Ce temps m’a permis de revoir les thèmes de mes chansons, d’humaniser encore plus mon album parce que la Covid m’a fait avoir un regard de compassion sur l’humanité. Durant cette période, j’étais bien loti mais il y avait d’autres personnes qui ne pouvaient pas vivre correctement et il y avait aussi des artistes qui étaient à la rue. Cela m’a touché très fort et m’aide dans l’interprétation de mes nouvelles chansons. Finalement, je dirais que j’ai composé un album qui parle à l’humanité.»

 

Peu importe où il est, son cœur, souligne-t-il, bat toujours pour sa petite île : «J’ai, bien évidemment, également suivi tout ce qui se passait dans mon île durant cette période difficile. Mon cœur est attaché à Maurice et dans ces moments pénibles, j’ai tenu à aider quelques Mauriciens parce que moi, j’étais bien loti et que d’autres chez moi non. C’était surtout pour qu’ils puissent donner à manger à leurs enfants.»

 

Le chanteur espère que la Covid sera vite maîtrisée : «Je me suis fait vacciner et je conseille à tout le monde de le faire. J’espère que les choses rentreront vite dans l’ordre à Maurice et que les artistes pourront très vite retrouver leur public. Je leur dirais aussi de ne pas hésiter à se faire vacciner pour pouvoir ensuite voyager. Je pense là aux artistes comme Alain Ramanisum et Big Frankii, entre autres. La culture mauricienne a besoin de voyager. Ils sont très attendus ici. J’ai 65 ans cette année. On va dire que j’ai encore quatre à cinq ans devant moi et je vais travailler pour que ma boîte de production, Belle-Mare Production, s’ancre bien dans la culture française, pour pouvoir imposer un Mauricien dans un proche à venir. Je veux donner à d’autres Mauriciens l’opportunité de continuer à promouvoir l’île Maurice et de faire rayonner le pays sous d’autres cieux.»

 

Des paroles d’un amoureux fou de son île natale...