• Kendo – Formation et passage de grade : Rishi Bundhoo décroche son premier dan
  • Callisto Protocol : prisonniers de l’horreur
  • Future Hope Maurice : quand les enfants chantent l’espoir
  • Collision entre une voiture et un camion : vacances meurtrières pour Dayaneebye Ganoo
  • Match de gala Maurice-Réunion : du football inclusif pour malentendants
  • Huawei Nova Y61 : de l’entrée de gamme sympa
  • Le diabète, un danger pour le cœur
  • Qatar : dans l’ambiance d’un pays en fête
  • FoodWise : des recettes gastronomiques, zéro gaspi et économiques
  • Le PM répond à leur lettre : les membres de la communauté rastafari «déçus» mais «le combat continue»

Le cri du coeur d’une mère pour son fils malade

Meeta implore le public de lui venir en aide pour sauver son enfant.

Il a frôlé la mort à plusieurs reprises depuis sa naissance. Souffrant de plusieurs malformations, notamment au coeur, aux reins, au système d’excrétion et à la vessie, Karan Tohooloo n’a pas eu une vie de tout repos et a dû se faire opérer plusieurs fois. Aujourd’hui âgé de 22 ans, il est encore loin d’être tiré d’affaire. À plusieurs reprises, il a voulu abandonner, cesser de se battre, mais grâce au soutien et à l’amour inconditionnel que lui portent ses parents, plus particulièrement sa mère Meeta, il lutte encore aujourd’hui.

Après avoir subi plusieurs interventions chirurgicales, à Maurice comme à l’étranger, il se retrouve à nouveau dans l’obligation de s’envoler d’urgence pour Banglore, en Inde, pour un homograft revision. C’est une intervention au coeur qui nécessite une grosse somme d’argent, soit environ Rs 800 000. Ce n’est que le 26 août dernier que Meeta Tohooloo a su à combien s’élèveront les frais médicaux pour l’intervention de son enfant ; une nouvelle qui l’a complètement bouleversée. «Les médecins m’ont appris qu’il devrait se faire opérer d’urgence et j’ai dû réserver le premier vol pour l’Inde», nous confie-t-elle.

 

Entre-temps, elle a essayé de frapper à toutes les portes possibles pour trouver le financement nécessaire. «Malheureusement, ma demande pour une aide financière de l’État n’a pas été approuvée», regrette Meeta Tohooloo. Dans une correspondance du ministère de la Santé datée du 31 août, elle a appris que son fils avait déjà bénéficié de la somme maximale possible sous l’Overseas Treatment Scheme pour ses précédentes interventions depuis novembre 2000 et qu’elle doit, cette fois, trouver elle-même le financement nécessaire.

 

Si Karan et sa mère ont dû prendre l’avion en urgence dans l’après-midi de ce samedi 3 septembre pour se rendre en Inde, ils n’ont toutefois pas encore été en mesure de régler les frais pour l’intervention et l’hébergement. Meeta Tohooloo lance ainsi un cri du coeur aux Mauriciens pour qu’ils viennent en aide à son fils. Vos dons sur le compte de la Mauritius Commercial Bank 000 441 293 409, au nom de Govind Avtaar Karan Tohooloo, pourront contribuer à lui sauver la vie.